Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 11:04

Algérie - L’Alliance présidentielle vit ses derniers jours

Le FLN n’écarte pas la possibilité de claquer la porte.
abdelaziz-bekhadem.jpg
Le FLN et Belkhadem symboles d'une époque révolue sont sur le reculoir 

L’Alliance présidentielle est-elle au bord de l’implosion? Le climat prévalant actuellement ne laisse aucun doute. Les sénatoriales ont encore réduit à néant cette coalition. Le FLN remet, d’ores et déjà, en cause son efficacité. «Des commissions travaillent au niveau du parti sur le bilan de cette coalition», confie une source proche de la direction centrale.
Ce rapport sera présenté lors de la réunion de l’instance exécutive prévue le 9 février prochain à Zéralda en prévision du 9e congrès. Après la sortie fracassante du RND qui s’est allié avec le PT, le FLN compte crever l’abcès. «Le pacte conclu entre le RND et le PT nous pousse sérieusement à revoir nos rapports avec nos alliés», avoue ce responsable qui reconnaît que le FLN n’a pas tiré profit de cette coalition. «Bien au contraire, nous avons beaucoup perdu sur le plan politique», soutient-il. Ce constat ne date pas d’aujourd’hui. «Au FLN nous avons toujours dit que cette alliance ne sert à rien», affirme un sénateur qui estime que «l’accord conclu entre le PT et le RND est la goutte qui a fait déborder le vase». Pour lui, il est temps pour le parti de faire le bilan et de revoir ses calculs et le rapport de force avec ses alliés.
Cette idée fait l’unanimité au sein du FLN. Lassés par ce soi-disant «pacte politique», les militants et les responsables veulent débattre sérieusement de l’avenir de cette alliance. «Il n’y a aucun souci pour le FLN de se retirer de cette alliance, bien au contraire nous aurons tout à gagner», a affirmé un autre parlementaire. Avant d’enchaîner: «La tenue du 9e congrès ordinaire prévu le 19 mars prochain, sera l’occasion pour réviser l’orientation du parti et de trancher cette question.»
Pour lui, maintenant que le programme du Président est soutenu par le peuple, cette alliance n’a plus sa raison d’exister. Cette question allait être débattue lors du conseil national tenu la semaine dernière à Zéralda. La direction n’a pas voulu précipiter les choses et a préféré attendre que l’échéance des sénatoriales arrive à son terme pour tirer les conclusions. Les propos recueillis auprès des différents cadres du FLN donnent un avant-goût de l’état d’esprit prévalant au sein de l’Alliance. Comme ils sont des signes avant-coureurs de ce que sera le sort de l’Alliance.
Pour le FLN, la situation de 2004, date de naissance de la coalition, n’est plus la même. Le «mariage» politique entre le RND et le PT et le divorce consommé entre Menasra et Soltani au sein du MSP sont deux éléments décisifs qui incitent le FLN à revoir ses choix. Le bras de fer entre le nouveau couple RND-PT et le FLN ne cesse de se durcir. «J’espère que c’est une alliance conjoncturelle, on parlera de cette question au moment opportun», a déclaré M.Belkhadem, lors de la conférence de presse sanctionnant les travaux du conseil national.
En réplique, la secrétaire générale du Parti des travailleurs a assuré qu’il s’agit «d’un accord politique qui est appelé à se développer à l’avenir». Mme Hanoune a même souhaité l’éclatement de l’Alliance présidentielle. Cette guerre livrée par presse interposée risque de bouleverser l’échiquier politique.
Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) en a, lui aussi, ras-le-bol. Le comportement de ses alliés l’irrite et l’agace même. Alors qu’il plaidait sans cesse pour la conclusion des alliances au niveau local, l’appel du MSP n’a pas eu l’écho escompté auprès des partenaires. Le RND lui a tourné le dos en allant vers le PT, et le FLN a choisi de négocier avec la branche Menasra. Pourtant, dans l’acte de naissance de l’Alliance signé en 2004, les trois partenaires se sont engagés à élargir cet accord au niveau de la base.
En effet, mis à part le soutien au programme du Président, l’alliance n’a jamais fonctionné comme il se doit. L’activité des trois partenaires se limite à des cérémonies de passation du flambeau, suivies d’un communiqué laconique. Cette hypocrisie a apparemment volé en éclats.
Le test des sénatoriales d’hier a fait tomber les masques en dévoilant le vrai visage des partenaires. Evidemment, la course au pouvoir n’obéit à aucune règle de déontologie. La fin justifie les moyens
Source L’Expression Nadia Benakli
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires