Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 09:32

Il a rendu publique une série de conclusions

algerie eldorado

 

Une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Alger, du 29 octobre au 11 novembre. Elle a eu des discussions avec les hautes autorités de l’Etat, avec des opérateurs économiques, ainsi qu’avec des représentants de la société civile. Elle a fait connaitre hier ses conclusions au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée à Alger.     La mission a formulé des recommandations relatives à la règle du 51/49, une disposition que l’Algérie a instituée dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2009, pour recadrer l’investissement étranger en Algérie. Pour Zeine Zeidane, chef de la délégation du FMI à Alger, l’Algérie pourrait se passer de restrictions dans la majorité du capital dans les secteurs non stratégiques, pour dégager de la valeur ajoutée et la partager. Les restrictions dans les secteurs stratégiques, le FMI n’y voit pas d’inconvénient. La mission du Fonds monétaire recommande, entre autres, dans ce registre, des réformes structurelles soutenant une croissance tirée par le secteur privé et l’accroissement de la productivité globale des facteurs. Cela nécessite, selon le FMI, une stratégie d’amélioration du climat des affaires, un allègement des «contraintes pesant sur les investissements étrangers». La mission a noté qu’il y a des choses qui ont été faites (la création du guichet unique et le foncier….), mais qu’il reste beaucoup à faire en termes de fiscalité et de facilitations relatives à la création d’entreprises. La délégation du Fonds monétaire a, par ailleurs, relevé que le taux de chômage a été ramené, ces dernières années, dans des proportions relativement basses, mais le chômage des jeunes reste élevé, parce que les mécanismes du marché de travail demeurent «rigides». La mission en question estime que l’on ne peut résorber le chômage que si l’on arrive à dégager de la croissance. La croissance devrait se situer autour de 2,5%. Elle va grimper à 3,4% en 2013, avance le FMI qui explique qu’il y a volonté à Alger d’imprimer une croissance à deux chiffres. L’inflation (8% actuellement) ne s’éloigne pas des prévisions établies par le FMI qui prévoit une inflation de 8,4% pour 2012 et de 5% pour 2013. Le Fonds monétaire international met en exergue une situation extérieure «solide» de l’Algérie. Il relève l’excédent du compte courant, qui devrait atteindre 8,2% du PIB du pays, la hausse des cours de pétrole compensant le volume des hydrocarbures exporté. Et que le compte courant resterait excédentaire en 2013, à 7,1% du PIB. En 2012 comme en 2013, les réserves de change devraient rester très confortables. La mission du FMI, a ce sujet, s’est déclarée satisfaite de la manière dont la Banque d’Algérie les gère. De même, elle a salué les autorités algériennes pour la décision prise concernant le prêt (5 milliards de dollars) qu’elles vont accorder au FMI. Ce faisant, l’Algérie gagnerait énormément à l’amélioration de la conjoncture internationale, estime le chef de la mission du FMI à Alger, pour qui l’Algérie jouit d’une aisance financière qui lui permettrait de participer à l’effort international pour améliorer cette conjoncture, mais aussi augmenter les ressources du Fonds.

Source Horizons Youef Salami

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires