Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 16:52

Rapport du FMI : Affaiblissement de l’Algérie

FMI

 

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) vient de réitérer des recommandations de prudence à l’Algérie, appelée à faire attention aux signes d’affaiblissement que laisse apparaître, depuis quelques mois, sa position financière extérieure.

Après une première évaluation faite en novembre dernier par le chef de la mission du FMI, Zeine Zeidane, qui a mené en Algérie des discussions dans le cadre des consultations annuelles au titre de l’article IV, l’institution financière internationale confirme les conseils de vigilance adressés au gouvernement algérien pour les années à venir.

L ’institution de Bretton Woods s’appuie sur un diagnostic qui – sans être alarmant dans l’immédiat, l’Algérie gardant une position financière extérieure «très forte» – insiste sur des recommandations de réajustement des dépenses en raison de la diminution des recettes tirées des exportations d’hydrocarbures.

Le FMI constate notamment un déséquilibre qui s’accentue entre les revenus tirés des hydrocarbures et les dépenses consacrées aux importations du fait d’une consommation intérieure toujours en croissance. «Pour inverser le repli des exportations, il faudra accroître les investissements en vue de stimuler la production et adopter des mesures destinées à réduire la consommation intérieure d’hydrocarbures et diversifier les exportations», avait indiqué, à Alger en novembre, l’expert Zeine Zeidane.

Un constat que le conseil d’administration du FMI vient de confirmer, axant sur «les risques auxquels l’Algérie pourrait faire face dans le cas où se prolongerait la baisse déjà enclenchée des prix du pétrole dans un contexte d’aggravation de l’environnement économique mondial, une pression supplémentaire sur la rente des hydrocarbures et une intensification des tensions régionales».

Tout en notant que les performances économiques réalisées par l’Algérie en 2013 sont «satisfaisantes» avec une inflation «qui a ralenti considérablement» par rapport à 2012 grâce à la consolidation budgétaire et à une politique monétaire «prudente», l’institution de Bretton Woods préconise une «large réforme structurelle» pour accélérer la croissance économique et réduire davantage le chômage. Outre les vulnérabilités budgétaires, le FMI estime que la faiblesse de la compétitivité et de la productivité pèse sur la croissance économique, laquelle reste en deçà des potentialités et du niveau requis pour réduire sensiblement le chômage, en particulier celui des jeunes et des femmes.

Sur ce point précis, l’institution suggère des réformes visant à accroître la flexibilité du marché du travail et à doter les demandeurs d’emploi de conditions leur assurant de «bonnes compétences». Par ailleurs, le conseil d’administration du Fonds affirme que le secteur financier algérien est «stable» mais «insuffisamment développé», ce qui limite l’accès au financement, en particulier pour les PME. Pour accompagner le développement du secteur financier, le FMI préconise de favoriser la concurrence dans le secteur bancaire, d’accélérer le développement des services de crédits, de développer le marché des capitaux, de revoir les mécanismes de garantie et de renforcer les mécanismes parant à l’insolvabilité.

Par ailleurs, le FMI encourage, dans son rapport, l’Algérie à prendre des mesures en faveur d’une stabilité macroéconomique et financière, la viabilité budgétaire à long terme et la promotion d’un secteur privé fort pour assurer une croissance robuste et la création d’emploi. La contraction de la masse salariale, la suppression progressive des subventions, la réduction des exonérations fiscales sont encore réitérées par le conseil d’administration du FMI, qui prône aussi d’améliorer le climat des affaires, d’attirer les investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur des hydrocarbures et de mettre en œuvre rapidement les plans d’investissement de Sonatrach.

Source El Watan  Zhor Hadjam

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires