Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 04:50

Algérie - Alors que les projets de réformes ont été adoptés, le FFS renoncerait-t-il à la Constituante ?

ait ahmed

 

Au moment où le chef de l’Etat a coupé court à toutes les spéculations autour des réformes qu’il a initiées, des voix s’élèvent pour revoir la démarche réformatrice engagée dans la foulée des révolutions qui ont secoué le monde arabe. Le Front des forces socialises (FFS) revient à la charge, cette fois-ci, non pour demander l’élection d’une Assemblée constituante, mais pour la révision de la loi fondamentale de la République, la Constitution en l’occurrence. Le FFS qui faisait de la constituante son cheval de bataille, se voit aujourd’hui un

défenseur de la révision de la Constitution. Changement de stratégie ou bien une simple défaite, puisque l’idée de l’Assemblée constituante, décriée de toutes parts, peine à trouver des adeptes ? Le plus vieux parti d’opposition en Algérie ne nous explique pas plus. Une chose est sûre, le FFS n’abandonne jamais l’idée de la constituante. Ce changement de cap trouve toute son explication

dans le contexte politique actuel caractérisé par l’approche des prochaines législatives. L’idée d’une Assemblée constituante étant pratiquement écartée, notamment après le discours «silencieux» de Bouteflika à Laghouat, le FFS s’accommode, en fait, de la conjoncture actuelle. Invité à l’émission «Tiaadh lkhmis» (Forum de jeudi), de la Radio nationale, Chaîne II, Smaïl Keceli, membre du conseil national et ancien maire de Yakouren, a affirmé que son parti «souhaite la tenue d’une constituante». Celle-ci, dit-il, «ne va pas remettre en cause les acquis démocratiques du peuple algérien». Au

contraire, «elle lui permettra de souffler encore plus de liberté». «En Tunisie, cette Assemblée a effacé la dictature de Ben Ali», argumente-t-il. Pour le FFS, «il est temps de donner naissance à une deuxième République en Algérie». Cela passe inévitablement par la révision de la Constitution avant tout projet de loi organique. «Le paradoxe dans la démarche du président, c’est qu’on a commencé par la promulgation des textes de loi sans toucher à la Constitution. Il serait judicieux de commencer par la révision de la Constitution qui est la source de toutes les lois avant d’entamer la confection des projets de loi organiques.

C’est comme si on mettait la charrue avant les bœufs», a soutenu l’ancien président de l’APW de Tizi-Ouzou, ajoutant que «le choix fait par le régime est une manière de contourner une véritable Constitution».

L’invité de la Radio nationale n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour critiquer les réformes politiques en cours, plébiscitées et soutenues par le binôme FLN RND.

«Tous les projets de loi adoptés au Parlement ont été décriés, n’empêche que les deux partis de l’Alliance ont fait leur forcing pour les faire passer. Ces réformes ne sont qu’un ravalement de façade, puisque nous n’avons entendu personnes ni les universitaires ni les femmes ni les journalistes», dit-il. Le représentant du FFS n’a pas ménagé les partis politiques qui constituent l’Alliance présidentielle y compris le MSP qui est en passe de devenir un parti «d’opposition». «Ce que je ne comprends pas, c’est que le président a décidé d’engager des réformes à travers des moutures examinées à l’APN.

Les partis de l’Alliance, qui jadis n’ont que le programme du président à appliquer, n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les projets de loi», souligne-t-il, estimant que «le fait d’évoquer le mot réformes à maintes reprises est un aveu d’un échec du système actuel». Interrogé sur la participation du FFS aux prochaines législatives, l’orateur a indiqué que le président du parti, Hocine Aït Ahmed, a convoqué une «convention nationale» pour décider de cette question. S’agissant du changement intervenu récemment à la formation d’Aït Ahmed, notamment avec le retour des ténors du parti, Smaïl Keceli a affirmé que cela «répond à une logique et un principe de démocratie, à savoir l’alternance». L’orateur a tenu à souligner que Karim Tabbou, l’ex-premier secrétaire national du FFS, «n’a pas été écarté du parti».

Source Le Jour d’Algérie Hocine Larabi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires