Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 23:18

 

Algérie - Lahouari Addi : « Le livre de

 

Sadi a délégitimé les fondateurs du régime »said-sadi.jpg

 

« Le livre de Saïd Sadi est un essai, non une écriture académique de l’histoire, parce que son auteur n’est pas un historien. Il n’a pas parlé seulement de la Kabylie. Il ne faudrait pas que ce livre soit perçu comme un ouvrage d’un Kabyle qui défend la mémoire d’un Kabyle. L’auteur a utilisé un symbole national, qui est le personnage de Amirouche », a déclaré, mercredi, le politologue Lahouari Addi, lors d’une conférence qu’il a animée à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. « Sadi a parlé d’un personnage national pour délégitimer les fondateurs du régime qui n’ont même pas pu se défendre. Le régime est idéologiquement épuisé », a martelé le conférencier avant d’ajouter que ce régime est issu « du coup de force de 1962. Il ne subsiste que grâce à la rente pétrolière et la violence ». Pour le professeur de l’Institut d’études politiques de Lyon, en France, l’histoire de l’Algérie indépendante « est une succession de complots et de trahisons », car, a-t-il estimé, « le peuple reste toujours un acteur abstrait ». Evoquant la période post-indépendance, l’orateur a laissé entendre que « Boumediène a freiné la Constitution de la société civile en Algérie. Il était intellectuellement limité. D’ailleurs, son projet utopique était voué à l’échec. Il voulait construire une nation apolitique pour contrôler la société ». L’invité de la communauté universitaire de Tizi Ouzou a relevé également que « Boumediène n’a jamais été un combattant de l’intérieur ». Sur un autre volet, Lahouari Addi a précisé que le FFS n’a pas été créé par les Kabyles seulement. Et pour étayer ses propos, il a indiqué que « le FFS a été créé par des personnalités de dimension nationale comme le commandant Si Moussi qui revendiquait le multipartisme avec Aït Ahmed juste après l’indépendance. » -

Source El Watan F. Bouhaci

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires