Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 06:34

Algérie - Benbouzid : «La gestion des œuvres sociales par l’UGTA, c’est terminé»

benbouzid.jpg

 

Le ministre de l’Education en visite de travail dans la wilaya de Tipasa, mercredi dernier, avait affiché une mine détendue, apparemment nullement affecté par les multiples mouvements de contestation et de grève qui avaient caractérisé son secteur depuis le début de l’année.

«Nous avons vécu une année tranquille et il n’y a pas eu de perturbations», dit-il, ajoutant : «Je suis extrêmement touché par l’attitude et le comportement de nos enfants, d’autant plus que je viens de constater que les programmes scolaires arrivent à leur terme et les élèves auront toute latitude pour réviser les leçons et se préparer à leurs examens.» S’agissant du poids du cartable, Boubekeur Benbouzid affirme que cette question a été transformée en «problème politique national». «Dans les pays développés, ce problème ne se pose pas, car tous les livres sont disponibles, explique-t-il, mais dans un pays pauvre, vous allez vous rendre compte que les cartables des élèves sont légers, car les livres sont indisponibles ou insuffisants. L’Algérie est comme les pays développés dans ce domaine. L’Etat a offert tous les livres et les moyens pédagogiques pour permettre à ses enfants de s’instruire. Sinon, faites comme dans certains pays où on voit des enfants acheter les livres en double. Le premier exemplaire, ils le laissent dans leur casier en classe et le second reste à la maison. Ainsi, l’élève dispose de son livre en classe et chez lui sans souffrir du poids de son cartable.»

Le ministre passe sous silence les enfants qui n’ont pas les moyens d’acheter les livres en 2 exemplaires. Le ministre de l’Education a reconnu implicitement l’existence de sept syndicats dans son secteur. «Le président de la République m’avait instruit le mois de Ramadhan passé de régler le problème des œuvres sociales, selon les textes de lois», a-t-il déclaré, ajoutant : «La gestion des œuvres sociales par l’UGTA, c’est terminé, nous avons sept syndicats. Le dossier des œuvres sociales se trouve au secrétariat du gouvernement. Il sera résolu. C’est une question de semaines. Les œuvres sociales dans le secteur de l’éducation nationale génèrent un revenu annuel de sept milliards de dinars, une masse d’argent importante. Nous avons décidé que la gestion de ces fonds se fera par des travailleurs élus démocratiquement. Chaque syndicat aura le droit de regard sur les mouvements des fonds des œuvres sociales», conclut-il. 

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

H


Merci pour le partage de ces informations, je trouve forum très formidable Merci !!!



Répondre
L

Bonjour Horoscope, Vous faire plaisir tel est mon objectif Vous êtes mon 2 500 000 ème visiteur Le blog se porte bien Cordialement, Le Pèlerin Cordialement, Le Pèlerin