Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 09:45

Sud algérien - Le Grand Sud à l’heure du développement

Region de Djanet

 

Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia, a annoncé de nouveaux projets de développement socio-économique qui seront réalisés dans les wilayas du Grand sud.

Ces projets seront réalisés dans les wilayas d’Adrar, Tamanrasset, et Illizi grâce à un programme complémentaire décidé par les pouvoirs publics en faveur des populations locales, a précisé le ministre lors de la cérémonie de clôture d’un séminaire international sur les Foggaras.

Ces projets vont s’ajouter à ceux déjà réalisés, qualifiés par les experts de ‘’grandes infrastructures du développement des régions du Sud’’, et récemment inaugurés par le président de la République. Parmi ces réalisations, il y a notamment le mégaprojet de transfert d’eau de In Salah vers Tamanrasset sur une distance de 750 km, qui va assurer désormais l’approvisionnement en eau potable de toute la ville de Tamanrasset et sa périphérie, ainsi qu’un tronçon de la transsaharienne de 420 km. MM. Ould Kablia et Sellal devaient procéder, lors de leur visite dans la wilaya d’Adrar, au lancement des travaux d’un barrage inféro- flux (souterrain) pour capter les eaux d’oueds à Timiaouine. Confié à l’entreprise nationale Hydrotechnique, ce projet porte sur la réalisation d’une réserve souterraine destinée à stocker les eaux et à les protéger contre l’évaporation provoquée par la température très élevée dans la région. D’autres projets relatifs au secteur de l’hydraulique sont également au menu de cette visite de travail des deux ministres. Il s’agit notamment de la construction de châteaux d’eau, de forages et de traitement de la salinité des eaux dans les localités de Bordj Badji Mokhtar et Timiaouine.

DÉVELOPPEMENT ET SÉCURITÉ VONT DE PAIR

Les projets à caractère socio-économique destinés au régions du sud du pays, dont des pans importants ont été inaugurés récemment par les plus hautes autorités de l’Etat, traduisent une volonté de rattraper les retards accusés en matière de développement, mais aussi de renforcer la sécurité dans ces zones frontalières sensibles, relèvent les observateurs. Les projets réservés à ces régions, au titre du plan quinquennal 2010-2014 et autres programmes complémentaires, portant particulièrement sur le développement humain (santé, éducation, jeunesse), visent d’un autre côté à assurer un meilleur cadre de vie à la population locale.   Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia avait affirmé récemment, lors d’une réunion avec des notables et des représentants de la société civile des wilayas du Sud, que l’Etat accordait un «intérêt particulier» au développement économique des régions du Sud et à l’amélioration des conditions de vie de leurs habitants, les jeunes en premier. Il avait annoncé que des programmes complémentaires pour le développement de ces régions étaient «en cours d’élaboration», pour une enveloppe supplémentaire (hors budget alloué pour le programme 2010-2014) de quelque 17 milliards de DA, et qu’il s’agissait de programmes touchant à tous les secteurs d’activité. Le ministre annonçait la bonne nouvelle mardi dernier au moment où que le président Abdelaziz Bouteflika inaugurait le mégaprojet de transfert d’eau potable In Salah -Tamanrasset. Ces dotations financières réservées au développement de la wilaya de Tamanrasset, dans l’extrême sud du pays, témoignent d’efforts publics substantiels en vue de réduire les disparités de développement entre les différentes régions du pays, notamment les moins avancées d’entre elles et, surtout, les plus vulnérables à tout soubresaut régional comme c’est le cas actuellement dans les zones frontalières sud.

Conscients que sans la sécurité et la stabilité, aucun effort de développement ne saurait aboutir, les pouvoirs publics accordent également «un intérêt particulier» à la question du renforcement de la sécurité aux frontières notamment dans la région du Sahel et maintenant avec la Libye, en proie à une grave crise interne. C’est dans ce contexte que s’était inscrite la visite de travail qu’a effectuée mercredi dernier le ministre de l’Intérieur dans la commune d’In Guezzam (Tamanrasset) où il s’est rendu au poste frontalier et inspecté les bureaux de la police des frontières et ceux de la douane.

De Tamanrasset, où il accompagnait le chef de l’Etat mardi dernier, M. Ould Kablia en avait appelé à la vigilance des habitants de ces régions aux confins du pays, en déclarant que la sécurité des frontières sud dépendait aussi du degré de vigilance des habitants de ces régions. Le ministre avait expliqué que les habitants des régions frontalières sud, de par les relations qu’ils entretiennent avec les citoyens des pays voisins, peuvent jouer un rôle dans la sécurisation des frontières car ils seraient, a-t-il dit, «les mieux informés sur ce qui se passe dans les localités frontalières».

Rappelant le principe de non ingérence sur lequel est fondée la politique extérieure de l’Algérie, M. Ould Kablia n’avait pas manqué de souligner que l’Etat algérien devait toutefois améliorer la sécurité à ses frontières «surtout, avait-il observé, avec la situation de crise que vit la Libye et qui peut être exploitée par les ennemis de l’Algérie».

Source Le Financier Adda A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires