Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 04:32

Monde arabe - Le rêve détruit

contestation dans le monde arabe

 

Les révolutions arabes peinent à sortir du noir vers la lumière, de la privation des libertés vers des horizons heureux qui n’ont existé que dans les rêves des intellectuels. Voilà deux ans que les sociétés tunisienne et égyptienne battent le pavé pour se faire entendre et porter leur voix au-delà des frontières comme un appel au secours à la communauté internationale et à certains pays plus ou moins impliqués.
Mais la pièce est programmée et se joue sur les tréteaux, scène après scène, sans que personne ne puisse toucher au texte tout juste écrit et déjà sacré.
La spontanéité de ces mouvements de révolte menés contre l’ordre établi par des citoyens sincères, pauvres ou en dehors du sérail, s’est retrouvée prise au piège tendu par ceux qui attendaient, depuis des années, de tirer les marrons du feu. Les islamistes, car c’est d’eux qu’il s’agit.
Il faut rappeler que l’étincelle qui a déclenché ce qui a été appelé “révolution du Jasmin” est un simple, vendeur ambulant, apolitique qui a été vite suivi par une société civile composée de syndicalistes, d’enseignants et d’avocats.
Les premiers occupants de la place Tahrir étaient dans leur grande majorité des jeunes ouverts sur le monde par le canal des réseaux sociaux avant d’attirer vers eux une population d’intellectuels.
Le rêve a été de courte durée et a été détruit. Les islamistes d’Ennahda en Tunisie et les Frères musulmans en Égypte tenus aux aguets sont sortis au moment propice pour cueillir le fruit mûr de l’arbre qui tendait ses branches. Du discours mielleux qui a servi à amadouer les crédules et les observateurs étrangers, ils sont passés aux actes avec violence où le mot démocratie n’était que paravent trompeur.
Pensant jouer sur le temps et l’effet de surprise par leurs victoires aux élections législatives pour la Tunisie et présidentielle pour l’Égypte, les tenants du nouveau pouvoir, tout aussi dictatorial que l’ancien, font du forcing pour adopter la loi fondamentale selon leurs visions et repères, avec toujours cette référence à la charia. Comme s’il pouvait exister un islamisme modéré ou oser prétendre ériger un pouvoir sur le modèle turc.
Les dictatures et le système de gouvernance arrivés par la force ou cooptation aux lendemains des indépendances avec leur déprédation et dépravation sont responsables de la misère de leur peuple, devenu malgré lui, l’otage de cet islamisme de façade.

Source Liberté Outoudert Abrous

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires