Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 04:26

Village global

democratie

 

L’Algérie n’est pas à l’abri d’une révolution à la tunisienne ou à l’égyptienne. Même si beaucoup estiment que la situation en Algérie diffère de celles qui prévalaient dans ces deux pays sous Ben Ali et Moubarak, il n’en demeure pas moins que la soif de liberté et de modernité, de justice et d’une vie meilleure est la même partout à travers le monde arabe.

Le monde arabe est en train de changer de visage, et l’Algérie n’y échappera pas. La recette des révolutions pacifiques a trouvé preneur, et même les plus hésitants ont fini par s’y intéresser, voyant que l’Oncle Sam, l’Union européenne et les pays alliés aux régimes arabes sont en train de soutenir ces révolutions, au détriment de dirigeants honnis par leurs peuples.

En 1964, Marshall Mc Luhan inventait le concept de “village global”. Le temps a fini par donner raison à ses thèses, “révolutionnaires” à l’époque. Aujourd’hui, Internet a déjoué toutes les censures des régimes despotiques. WikiLeaks est passé par-là. Facebook s’occupe de finir le travail !

L’Algérie n’est pas à l’abri d’une révolution à la tunisienne ou à l’égyptienne. Même si beaucoup estiment que la situation en Algérie diffère de celles qui prévalaient dans ces deux pays sous Ben Ali et Moubarak, il n’en demeure pas moins que la soif de liberté et de modernité, de justice et d’une vie meilleure est la même partout à travers le monde arabe.

Que les médias occidentaux et les chancelleries s’intéressent à l’Algérie actuellement, cela était tout à fait prévisible, comme cela pourrait être le cas, demain, pour le Maroc, la Syrie ou la Libye, ou tout autre pays de la région.

Au-delà du patriotisme étroit et des slogans creux, force est de mentionner que les déclarations des officiels américains, européens, français et allemands, au sujet de l’Algérie, et la réponse du chef de la diplomatie algérienne mettent en évidence la nouvelle donne sur la scène internationale : le monde arabe est sous la loupe de la communauté internationale. Les dirigeants arabes, qui font encore le dos rond au vent du changement, savent qu’ils ne peuvent plus agir à huis clos et qu’ils doivent rendre des comptes à leur peuple et à la communauté internationale, des changements réels en termes d’ouverture démocratique et de libertés.

Le lâchage de Ben Ali, mais surtout de Moubarak, par leurs plus grands alliés, prouve, si besoin est, que la nouvelle configuration politique du monde arabe devrait se faire avec un nouveau personnel.

Comme à la fin des années 80 en Europe de l’Est, lorsque la chute du mur de Berlin avait sonné le glas du bloc socialiste, ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe ne manquera pas de provoquer des mutations encore insoupçonnées.

Source Liberté Azzeddine Bensouiah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires