Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 08:17

Sahara Occidental : Strasbourg désavoue Rabat

Parlement-europeen.jpg

 

C’est un Parlement européen (PE) «choqué» par les violences marocaines contre des civils sahraouis qui s’est réuni jeudi à Strasbourg pour réaffirmer le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. Une première.

Le PE, qui a chargé sa Commission des affaires étrangères d’ouvrir mercredi prochain un débat avec des représentants des parties impliquées dans le conflit sahraoui, appelle toutes tendances confondues, à briser le mur du silence imposé par le Maroc avec le soutien de la France officielle. Les eurodéputés demandent «instamment» dans une résolution, un,  «une enquête internationale indépendante et transparente» pour faire, sous les auspices de l’ONU, la lumière sur ce qui s’est passé  à El Ayoun, après le démantèlement le 8 novembre du camp de Gdeim Izik, deux, le libre accès aux journalistes, observateurs et parlementaires au Sahara Occidental, trois, une augmentation de l’aide humanitaire aux réfugiés, quatre, l’arrêt de l’exploitation des ressources naturelles sahraouies sans « retombée pour la population locale », cinq, l’instauration, par les organes des Nations unies, d’un mécanisme de surveillance des droits de l’homme au Sahara Occidental.

Ces « cinq » demandes,  même si elles ne font pas état du sort des prisonniers sahraouis et de l’envoi d’eurodéputés sur place, constituent indéniablement autant de revers pour le Maroc qui a essayé de faire repousser l’examen de la question sahraouie à la session de décembre. « Ici c’est le Parlement européen et non celui du Maroc », auraient répondu les eurodéputés le 18 novembre dernier à Taeib Fassi Fihri,  après lui avoir rappelé deux choses. Primo, l’ONU est l’organe le plus approprié pour mener une enquête internationale et indépendante sur les événements, les décès et les disparitions. Deusio, l’Union européenne soutient  les efforts de l’ONU « pour trouver une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permettra l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental ». Tertio, la question du Sahara Occidental, dont l’exploitation des ressources naturelles, figurera dans l’agenda du Conseil d’association Maroc-UE.

Le Maroc, plaque tournante de la drogue et de tous les trafics, regrette cette résolution. Elle est «précipitée, partiale, injuste et non objective », selon Khalid Naciri, le ministre de la Communication, convoquant les partis du Royaume à organiser demain à Casablanca des marches de soutien  du Trône car, selon lui, la résolution européenne « risque de menacer la  stabilité dans la zone euro-méditerranéenne ». A Rabat, on murmure que  Mohamed VI s’apprêterait à couper des têtes et à remettre en selle le général Hamidou Laânigri, l’ex-patron de la police.

Source El Watan Djamel Boukrine

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires