Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 05:21

Algérie: le président Bouteflika annonce des réformes politiques

Bouteflika 2

 

Le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé vendredi soir un programme de réformes politiques prévoyant d'ici un an une modification de la Constitution, de la loi électorale et celle concernant la vie des partis politiques.

Dans un discours très attendu, son premier depuis les révolutions qui embrasent le monde arabe, M. Bouteflika a précisé que ces réformes doivent être réalisées avant les "prochaines échéances électorales nationales" prévues en mai 2012.

"Conscient de la responsabilité qui m'incombe, fort de votre soutien et soucieux de préserver l'équilibre des pouvoirs, j'oeuvrerai à introduire des amendements législatifs et constitutionnels en vue de renforcer la démocratie représentative dans notre pays", a assuré M. Bouteflika

La Constitution de 1996 a été légèrement amendée en 2009 pour permettre à M. Bouteflika, 74 ans, de briguer un troisième mandat.

La modification annoncée vendredi soir était réclamée à la fois par l'opposition et par les trois partis de l'Alliance présidentielle.

"J'ai exprimé, à maintes reprises, ma volonté de faire réviser la Constitution et j'ai réaffirmé cette conviction et cette volonté à plusieurs occasions", a rappelé le chef de l'Etat algérien en annonçant la création d'une commission constitutionnelle "à laquelle participeront les courants politiques reconnus et des experts en droit constitutionnel".

La commission fera des propositions que M. Bouteflika va ensuite soumettre soit à l'approbation du parlement, soit par voie de référendum, a-t-il dit.

M. Bouteflika a également annoncé une "révision profonde" de la loi électorale pour permettre aux Algériens d'"exercer leur droit dans les meilleures conditions, empreintes de démocratie et de transparence".

Les partis politiques, présents ou non à l'Assemblée nationale, seront associés à la révision de cette loi, a assuré le chef de l'Etat.

Cette garantie concerne notamment le Front des Forces Socialistes (FFS) du dirigeant historique, Hocine Ait-Ahmed qui milite pour l'élection d'une Assemblée constituante. L'Algérie compte 26 partis reconnus. Une dizaine d'autres attendent, depuis des années, leur agrément par le ministère de l'Intérieur.

La loi sur les partis sera elle aussi révisée, a ajouté M. Bouteflika. Elle permettra, selon lui, une contribution "plus efficace de ces partis au processus de renouveau du pays".

Alors que l'opposition se plaint du verrouillage des médias audiovisuels, monopole de l'Etat, le président algérien a promis une révision de la loi sur les médias permettant "la création de chaînes thématiques spécialisées et ouvertes à toutes les opinions, dans leur diversité".

M. Bouteflika ne s'est pas engagé explicitement sur l'ouverture de l'audiovisuel aux investisseurs privés.

La loi sur l'information va garantir, selon lui la "dépénalisation du délit de presse".

Le président Bouteflika a rappelé qu'après "le recouvrement de la paix et de la sécurité" lors de son premier mandat (1999-2004), "le lancement de programmes de développement ambitieux" durant le deuxième quinquennat (2004-2009), il avait "décidé de parachever cette démarche par un programme de réformes politiques visant à approfondir le processus démocratique".

Evoquant brièvement les révolutions qui secouent le monde arabe, M. Bouteflika a réaffirmé l'attachement de l'Algérie "à la souveraineté des pays frères et à leur unité, son rejet de toute ingérence étrangère et son respect de la décision de chaque peuple découlant de sa souveraineté nationale".

Source 20minutes.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires