Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 06:00

Algérie - La LADDH se démarque de la marche du 12 février

marche sur alger

 

 

Le président de la Ligue algérienne de des droits de l'Homme (LADDH) a déclaré hier qu'il ne prendra pas part à la marche de la coordination nationale pour le changement démocratique (CNCD) prévue le 12 février à Alger. Maître Zahouane avance comme raison l'incapacité des acteurs de la CNCD à s'entendre sur les revendications de cette action.

La Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH) de Hocine Zahouane a organisé, hier en son siège à Alger, une conférence de presse sur la thématique : révolution et contre révolution dans le monde arabe. Le conférencier fait de prime abord le constat que les masses dans le monde arabe exigent les moyens de vivre au moment où les régimes en place sont dans l'incapacité d'apporter des réponses à leurs demandes». La politique de «la carotte et du bâton ne paye plus» et le gouvernants doivent se rendre à l'évidence de se mettre à l'écoute du citoyen. Zahouane, mettra en avant autant que le droit à la vie, le droit à la subsistance. Le chômage, pour lui, est la cause du désespoir de la jeunesse et «c'est pour cela qu'il est urgent pour nous, dans notre pays que le gouvernement se débrouille» pour répondre à la demande pressante d'emploi. La ligue qu'il préside a déjà rédigé un mémorandum pour sortir de la situation. Selon Zehouane, trois à quatre années devraient suffire à doter ces demandeurs d'emploi d'une formation et d'un savoir-faire, d'un travail et d'un logement avant que cela ne soit trop tard. Il soutient que les moyens existent et qu'il suffit de s'y mettre. Et de revenir ensuite sur «le démantèlement» du secteur économique qui a commencé par le secteur public puis a atteint le secteur privé, au point que «tous les produits qui sont sur le marché nous viennent de l'étranger», regrette-t-il.

Le conférencier est ensuite passé à ce qu'il appelle le «blocage institutionnel». Il faut, selon lui, une réforme constitutionnelle qui garantira la stabilité des institutions «qui passent de génération en génération avec un président qui aura pour rôle seulement d'incarner la souveraineté de la nation». La LADDH, selon Zahouane, est prête pour lancer un débat sur l'élaboration d'une «constitution cadre» qui garantirait de vraies élections d'où découlera une assemblée représentative devant laquelle le gouvernement sera comptable des ses actes. La ligue suggère également l'introduction dans cette constitution de la clause dite de «législature» qui prémunirait du vide gouvernemental en cas de sa destitution par l'assemblée. Ce qui assurerait, selon lui, un fonctionnement régulier et stable du gouvernement. Sur ce même chapitre l'orateur prône aussi la création d'un dispositif de veille sur la constitution.

Même si l'on n'est encore pas à ce stade, la ligue de Zahouane appelle, néanmoins, à anticiper sur les réformes économiques et de garantir un standard minimum, de prendre de mesures sociales en faveur de la population. Pour Zahouane «nous croyons que c'est ici que résident les solutions pour notre pays», pour sortir de la «cryogénie» ou crises successives à l'origine du blocage. Par ailleurs le président de la LADDH ne voit pas «l'utilité» de s'associer à la marche du 12 février prochain dont les organisateurs n'arrivent pas à définir leurs revendications. En tous cas Hocine Zahouane «ne marchera pas». Qualifiant l'état d'urgence d'illégal, le conférencier, dit ne pas voir ce que peut apporter cette marche pour changer le cours des choses.

Source Le Quotidien d’Oran Salah-Eddine K.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires