Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 09:08

L'armée française est officiellement engagée au Mali

L-armee-francaise-engagee-au-Mali.jpg

Le président de la République, François Hollande, et le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur le perron de l'Elysée, le 29 juin 2012.

 

L'intervention au Mali durera "le temps nécessaire". Le président de la République a confirmé vendredi 11 janvier l'engagement français aux côtés de l'armée malienne, après la dernière offensive islamiste dans le centre du Mali, survenue jeudi, tandis que l'armée malienne et ses alliés a annoncé avoir stoppé l'avancée de islamistes. 

Francetv info fait le point sur les derniers éléments connus :

Hollande confirme l'engagement français

L'armée française est officiellement engagée au Mali. "Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là quand il s'agit de défendre la liberté", a déclaré François Hollande lors d'une brève intervention, confirmant l'engagement de l'armée française aux côtés de l'armée malienne, annoncé un peu plus tôt par des sources maliennes. "Cette opération durera le temps nécessaire", a-t-il ajouté, et "le Parlement sera saisi lundi". François Hollande a précisé que Paris agissait "dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU". 

Selon Le Figaro, des forces militaires françaises et allemandes ont pris position jeudi à Sévaré, une localité proche de Mopti. Le quotidien explique que ce déploiement s'accompagne de la présence de huit avions.

La France fait "tout pour libérer les otages"

Dans la foulée de l'intervention de François Hollande, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a pris la parole pour évoquer le sort des otages français au Mali. "Ils sont depuis de longs mois dans une situation extrêmement périlleuse", a rappelé le ministre, assurant que la France faisait "tout pour les libérer". "Nous sommes en train de prévenir les familles", a ajouté Laurent Fabius. "Il faut avoir à l'esprit que ce sont les mêmes groupes qui sont les preneurs d'otages et qui progressent vers le sud du Mali", a-t-il déclaré, estimant que Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui détient les otages, et les islamistes d'Ansar Dine, qui tiennent le nord du pays, étaient liés.

L'armée malienne et ses alliés stoppent l'avancée des islamistes 

Dans la soirée de vendredi, le président malien par intérim Dioncounda Traoré a affirmé que "la situation sur le front était globalement sous contrôle" dans son pays dont l'armée est engagée dans une offensive contre des groupes islamistes contrôlant les régions du Nord. "Courageusement, nos forces armées, les fils de ce pays font face à la situation", a-t-il déclaré dans un message à la Nation. 

"L'avancée des islamistes a été stoppée par l'armée malienne avec le soutien des troupes étrangères. Nous poursuivons l'offensive", a déclaré à l'AFP le capitaine Oumar Daw, basé à Mopti, dans le centre du pays. L'armée a affirmé avoir récupérer le contrôle Konna qui était aux mains des islamistes depuis jeudi. 

L'armée malienne avait lancé vendredi matin, depuis Sévaré, à 70 km au sud de Konna, une offensive contre les islamistes, selon un officier de l'armée malienne. "L'objectif est de reprendre le contrôle total de la ville de Konna et de progresser après" vers les positions des islamistes, avait déclaré cet officier depuis Mopti, à environ 70 km au sud de Konna. "Actuellement, nous et nos alliés, nous organisons des tirs contre les positions des islamistes à Konna, pour les repousser et contrôler entièrement la localité", et ces tirs proviennent "d'appareils militaires de pays amis", a-t-il ajouté.

L'état d'urgence décrété au Mali

L'état d'urgence est entré en vigueur vendredi, a annoncé le gouvernement. La décision a été prise lors d'un Conseil des ministres extraordinaire "compte tenu de la situation actuelle", a affirmé le porte-parole du gouvernement. Le ministre de l'Administration du territoire, Moussa Sinko Coulibaly, a précisé de son côté que la mesure "entr[ait]en vigueur immédiatement et sur toute l'étendue du territoire national". "Le Conseil (...) donne les moyens légaux aux autorités militaires de pouvoir maîtriser une situation à tous points de vue préoccupante", a affirmé le porte-parole.

Les ressortissants français appelés à quitter le pays

Avant l'annonce de François Hollande, la France avait demandé à ses ressortissants "dont la présence n'est pas indispensable au Mali" de "quitter provisoirement le pays" en raison de "la forte dégradation de la situation sécuritaire". "Il est formellement déconseillé de s'y rendre, y compris à Bamako, jusqu'à nouvel ordre", précise un communiqué publié sur le site de conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères. Selon la Maison des Français de l'étranger, il y aurait environ 6 000 Français présents au Mali.

Source Francetv info avec AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires