Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 14:20

Quelles réformes pour les pays arabes ?

contestation dans le monde arabe

 

L’absence des libertés démocratiques dans cette région peut s’expliquer par le paradigme khaldounien, selon lequel la prise du pouvoir politique ne s’accomplit pas sans le recours à la force et la légitimation du sacré.
Le séminaire sur les origines et les perspectives du printemps arabe, organisé dimanche et lundi à Montréal dans le cadre de la 12e édition du Festival du monde arabe (FMA), a remis au centre des débats la problématique de la démocratie dans les pays de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. L’absence des libertés démocratiques dans cette région peut s'expliquer par le paradigme khaldounien, selon lequel la prise du pouvoir politique ne s’accomplit pas sans le recours à la force et la légitimation du sacré. C’est cette structure conceptuelle, qui remonte aux temps anciens de l'empire romain et Saint-Donat, qui est aujourd'hui à l’origine du déficit démocratique dans les pays arabes. Toutefois, ce déficit en matière de liberté n’a été possible qu’avec le soutien apporté par l’Occident aux dictatures qui commencent à s’effondrer grâce au vent de liberté qui souffle sur le Sud. C’est cet aspect qu’a abordé Nouh Harmouzi, chercheur à l'université d'Ibn-Tufaïl, qui qualifie les régimes politiques de cette région de “répressifs, corrompus, sclérosés, empêchant tout changement pacifique”. “Les sociétés arabes sont gouvernées, soit par des monarchies, des régimes à parti unique, des régimes militaires, des dictatures personnelles, soit une combinaison de tout cela, le plus souvent aux mains d'une famille, d’un clan, d'une tribu et, dans la majorité des cas, hautement dépendantes du soutien de l'étranger”, fera remarquer le conférencier. L’universitaire Aziz Mechouat s'est intéressé, lui, au malaise identitaire qui a accompagné les révoltes arabes. Il a ainsi abordé les dogmes idéologiques qui ont dominé le discours identitaire depuis les indépendances pour démontrer que le Printemps arabe est le résultat de l'échec de trois idéologies : le nationalisme, le panarabisme et l’islamisme. Pour l'intervenant, la réislamisation des sociétés arabes a abouti à une impasse. C'est quoi l’alternative ? D'abord un préalable : sortir de l'économie rentière. Comment ? Le Marocain Hichem Moussaoui, enseignant en sciences économiques, avance une sortie de crise qui se veut pragmatique ; celle-ci passe par “l’instauration d'un État de droit et la mise en place de conditions institutionnelles permettant des privatisations réussies, l'élaboration de lois de transparence budgétaire, notamment lorsqu'il s'agit de revenus pétroliers”. L'orateur n'a pas manqué de faire un constat amer du caractère rentier des économies arabes. “Si la rente peut être une aubaine quand elle est engrangée par un pays démocratique, dans les pays arabes, force est de constater qu'elle a été captée par l'élite au pouvoir”, regrette-t-il. Pour sa part, l'économiste Emmanuel Martin a suggéré de saisir les liens de causalité entre répression politique et régression économique. “La corruption ne peut que saper les conditions institutionnelles du développement économique”, soutient M. Martin, qui reconnaît que le passage à la démocratie est une transition délicate. À ce propos, la réflexion constitutionnelle devrait permettre, selon lui, de poser les bases du fonctionnement de la future démocratie qui a besoin d'un État fort respectueux des libertés et encadré par de solides contre-pouvoirs. Mais comment y parvenir ? “Il faut revenir à l’idée de constitution pour en saisir la dimension essentielle : non pas un simple outil d'organisation du pouvoir qui se transforme en justification du pouvoir, mais un outil de limitation du pouvoir (arbitraire)”, a-t-il argumenté. Autrement dit, avoir les institutions fondamentales pour asseoir la démocratie sur ces terres qui ont inspiré Ibn Khaldoun.
Source Liberté Yahia Arkat

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires