Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 04:15
Des prix qui vont crescendo

 

poisson algerie

 

Après les viandes rouges, le poisson est, également, devenu inaccessible aux petites bourses.

Un tour à la pêcherie nous renseigne amplement sur la cherté des produits de la mer. Juste quatre étals avec trois ou quatre cageots remplis de divers poissons. Hormis la seiche et le poulpe qui bougent encore sous la pression de la main, les autres poissons sans alignés sous une grosse couche de glace. Les prix donnent le tournis. La crevette rouge royale est proposée à 2200 dinars, le merlan, la dorade et la sole à 1600 dinars, l’espadon et le liman à 1700 dinars. Il faut dire que les clients ne se bousculent pas. Mais dès qu’une personne est guidée par l’odeur du poisson, elle est littéralement happée pour lui sériner la même chose, à savoir que « le poisson est frais et que les prix sont étudiés ».Si la personne a l’intention d’acheter, on lui propose « un prix imbattable ». Et cerise sur le gâteau, si cette même personne prend plus d’un kilo ou tout le contenu de ce qui reste dans le cageot, un « prix spécial » lui est proposé. A midi, les revendeurs à la pêcherie peinent à écouler leur marchandise. Pourquoi ces prix hors de portée des petites bourses ? Un ancien pêcheur dira que « la mer est devenue avare en poissons, c’est ce qui explique sa rareté donc sa cherté sur le marché ». Un autre répliquera que « les pêcheurs n’ont pas de matériel moderne. Ils pêchent avec les moyens du bord et avec des embarcations vétustes ». Le troisième rétorquera que « notre poisson est victime de trafiquants de tous bords. « Crevette, espadon et autres fruits de mer sont pêchés et vendus en haute mer sans transiter par les pêcheries », a-t-il affirmé. A une question sur la disparition de la sardine, accessible aux petites bourses, un autre revendeur a indiqué que « c’est à cause du repos biologique ». Un revendeur, qui suivait la conversation, a assuré qu’« elle est boudée par les pêcheurs à cause des fêtes de fin d’année ». En effet, conviendra un autre poissonnier, « en décembre, la demande est centrée sur les poissons de gros calibre et la crevette royale ».

Source Horizons Rabéa F.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires