Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 05:29

Visite inattendue de Dioucounda à Doha

qatar doha

 

Le président malien par intérim, Dioucounda Traoré, se trouve depuis hier à Doha, capitale du Qatar. Au-delà de sa politique extérieure qui vise à s'imposer dans le monde arabe et en Afrique pour remplacer l'ère Moubarak, avec la bénédiction des pays occidentaux, là où il y a des mouvements islamistes armés, le Qatar pointe son nez. Une «arme» à double tranchant que Doha tente d'exploiter pour arriver à ses fins. Le Mali, une nouvelle étape pour le Qatar, là où de nouveaux intérêts sont en jeu.

Le président malien par intérim, Dioucounda Traoré, se trouve depuis hier au Qatar. Un avion spécial lui a été affrété par l’Emir du Qatar, Ben Jassim, pour le transporter à Doha, en compagnie d’une forte délégation composée notamment de généraux maliens, du conseiller aux Affaires commerciales qatari à Nouakchott et de l’ambassadeur du Qatar à Bamako. Les raisons de cette visite de trois jours tournent autour de la situation qui sévit au Nord-Mali, mais aussi l’intervention militaire étrangère à laquelle Doha veut à tout prix s’interposer comme un sérieux échiquier, et  surtout, taquiner la politique algérienne dans la région. Selon une source sûre, le président malien par intérim, Dioucounda, a vite accepté l’invitation de son homologue qatari, l’émir Ben Jassim, car des intérêts communs sont en jeu. Le Qatar, qui a déjà soutenu en armement les rebelles libyens contre le régime de Kaddafi, tente de rééditer le coup avec le Mali. Cependant, il se trouve que l’Emir du Qatar a, il y a quelques mois, soutenu en armement également les islamistes d’Ansar Edine, en acheminant dans des cargos sous forme d’aides humanitaires, des armes de poing. Une politique étrange pour un pays géographiquement peu intéressant, mais en matière de richesses très puissant. C’est avec sa richesse que le Qatar veut s’imposer. La politique du Qatar est connue pour son soutien sans limite aux mouvements islamismes armés. Il semble encourager les islamistes algériens à renverser le pouvoir par la voie politique. C’est  Ben Jassim qui a soutenu les Tunisiens pour écarter Ben Ali. Le Qatar qui joue la carte «islamiste» tente, à travers l’invitation de Dioucounda, de fourrer son nez dans les affaires du Mali. Et qui dit Mali dit Sahel. Cette région, déjà convoitée par les  Français et les Américains, semble intéresser les Qataris. Fort de ses richesses en pétrole et en gaz, le Qatar veut devenir une puissance sur le plan régional et arabe, et pourquoi pas dans le monde musulman. En s’invitant dans le conflit malien, le Qatar veut tirer les ficelles, surtout si le brouillard se dissipe au Mali, en arrachant des contrats à long terme dans le secteur des hydrocarbures. Face à cette «ingérence» qatarie ce sont les intérêts algériens qui sont en jeu. L’Algérie, pays puissant dans la région, risque de payer un lourd tribut si le Qatar arrive à ses fins. Des intérêts d’ordre sécuritaire, politique, économique et même stratégique sont en jeu dans le Nord-Mali. Une région qui  déterminera l’avenir du Sahel et celle de l’Algérie. 

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires