Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 23:34

Airbus - Libye : Rafale 3 – Eurofighter 0

le-rafale.jpg

 

Cette fois-ci, on allait voir ce qu'on allait voir. Pensez-donc : l'Eurofighter enfin engagé sur un théâtre d'opérations, la Libye, par la Royal Air Force et l'armée de l'air italienne. L'occasion était trop belle de juger sur pièce le chasseur développé par BAe, EADS et Finmeccanica, et de le comparer à un Rafale déjà utilisé, lui, en Afghanistan depuis 2007. Les fans du Typhoon, nom anglais de l'Eurofighter (photo EADS), se léchaient les babines à l'idée de voir le joujou en action ; les contempteurs de l'appareil -nombreux en France- prédisaient un bide total à cette avion jamais testé en conditions réelles de combat.

Résultat des courses : il n'y a pas photo. Si la bataille commerciale est pour l'instant à l'avantage de l'Eurofighter, avec ses commandes export en Arabie Saoudite et en Autriche, le Rafale apparaît clairement mieux adapté, et bien plus efficace, que son concurrent sur le théâtre libyen. L'avion français multiplie les missions de reconnaissance et d'attaques au sol, prouvant tous les jours ses capacités « multirôles ». Les Eurofighter Typhoon britanniques, eux, se cantonnent à des missions de supériorité aérienne d'une utilité douteuse, l'aviation de Kadhafi étant clouée au sol suite à l'embargo ou dégommée par les frappes de la coalition.

Développé pendant la Guerre Froide dans l'optique d'interception aérienne de chasseurs soviétiques, l'Eurofighter a dû entamer une mue douloureuse vers le caractère multirôle des chasseurs modernes, en gros un avion capable de frappes au sol, de combat air-air, et de reconnaissance. Le problème, c'est que selon le NAO, l'équivalent britannique de la cour des comptes, il faudra attendre 2018 et dépenser 560 millions de livres pour que le Typhoon puisse mener efficacement des frappes au sol. En attendant, ses capacités - bonnes, à priori - de combat aérien pur ne servent à rien, ou presque. Le fait que le dernier chasseur libyen à avoir décollé - avant d'être dégommé, sitôt de retour au sol, par un missile AASM français - soit un antique Galeb yougoslave prouve que pour les duels high tech à la Top Gun, il faudra repasser.

Côté britannique, ce sont donc les bons vieux Tornado (photo ci-dessus, EADS) qui font le job, en « délivrant » des missiles Storm Shadow (MBDA), version anglaise des missiles Scalp, sur les cibles identifiées par la coalition. Les mauvaises langues soulignent que l'Eurofighter sera peut-être plus à sa place lors des cérémonies de mariage du prince William le 29 avril : deux Typhoons doivent passer au dessus de Buckingham Palace...

Source Challenge.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires