Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:12

Saïd Sadi pour combler le vide ?

Said Sadi

 

Après le RND, le FFS, El Karama… le RCD, pourtant  étanche et imperturbable, fait face depuis avant-hier à un mouvement de redressement mené par un groupe d'anciens militants et cadres  qui, chose étonnante, sollicitent le retour de Saïd Sadi, ex-président du parti, qui a démissionné il y a une année.

Etonnante et détonante est  la demande d’anciens militants et cadres du RCD, autoproclamés «redresseurs», qui réclament ni plus ni moins que le retour  de l’ex-président du parti, Saïd  Sadi, qui  s’est retiré de son propre gré de la présidence du  parti en mars  2012  pour devenir un simple militant. La rencontre, tenue avant-hier à Akbou dans la wilaya de Béjaïa, initiée par un groupe  d’anciens membres de la direction du parti  et d’anciens membres du Conseil national du parti, à l’image de Zahir Benkhellat, Rabah Boucetta, Nadir Hamouche, avait pour ordre du jour la destitution de Mohcène Belabès de son poste de président du parti, contesté  par ses  adversaires. Et  voilà que Saïd Sadi qui avait  annoncé qu’il ne briguera pas un nouveau mandat à la tête du RCD, est aujourd’hui   sollicité pour  «re» prendre les rênes  du parti. Pourtant, Sadi avait tranché de  se retirer de la présidence de son parti,  une décision à laquelle peu de gens, du moins  son entourage, ne s’attendaient pas. Aussi, sa démission  était  un évènement politique majeur  de l’année 2012. Pour le commun  des citoyens  imprégnés de culture politique, le nom de Saïd Sadi  évoque  souvent son parti, RCD  qu’il a créé et dirigé depuis 23 ans. Une année de sa démission et à l’occasion du 24e anniversaire de la création du RCD  qui coïncide avec le 9 février, les  «redresseurs» ont exigé la tenue  d’un congrès extraordinaire   pour  réinstaller Saïd Sadi à la tête  du parti.  Pour  la direction du parti, on ne donne  aucune importance à ce mouvement de redressement né  avant-hier à Béjaïa. Les partisans de ce mouvement, des dissidents et ex-militants expulsés par l’actuelle direction nationale du parti, se sont réunis à Akbou, sous la houlette de Rabah Boucetta, ex-membre du Conseil national du RCD chargé de l’organique, pour structurer leur mouvement. Ces dissidents réclament la destitution de Mohcine Bellabas et l’organisation d’un congrès extraordinaire pour réinstaller Saïd Sadi. Parallèlement à cette réunion, les membres du bureau de Béjaïa se sont réunis hier au siège régional du parti, pour contrecarrer ce mouvement de redressement, initié par d’anciens militants exclus par la direction du parti, parmi lesquels figure l’ex-député Djamal Ferdjallah. Il est utile de souligner  que le président du RCD Belabbas qui est intervenu lors du 24e anniversaire de la création du parti, a rappelé les valeurs, les méthodes et les objectifs auxquels travaille le RCD. «Nous avons payé le prix fort mais nous avons réhabilité le projet démocratique condamné et décrié depuis l’indépendance… vous pouvez compter sur moi pour défendre ces valeurs et renforcer avec vous cette dynamique de l’espoir.», a-t-il souligné. Dans son intervention, le président du RCD a  salué également  la présence de  l’ancien  président Saïd Sadi, «militant à jour de ses cotisations qui a résisté à la pression des congressistes qui exigeaient son maintien».Contrairement à d’au-tres, ajoute-on, Saïd Sadi n’a été contraint au départ ni par l’âge ni par les militants, là aussi le RCD a innové. Le président du RCD a également salué la présence de Maître Ali Yahia qui a plus de 90 ans continue à lutter sans rien attendre en retour pour défendre ses idées. Comme d’habitude les anciens maquisards restés fidèles à leur combat et des acteurs du monde associatif et syndical ont partagé l’événement avec les militants d’Alger où la présence féminine était particulièrement importante, selon  un communiqué du parti publié sur le site du parti. 

Source Le Jour d’Algérie Yazid M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

salay 20/02/2013 22:55





En vous souhaitant de retrouver votre santé, je vous transmet un article que j'avais inséré dans le reseau social RCD trois jours après cette manipulation contre le Parti par "le
conclave des redressés d'Akbou"


"Non à la normalisation du RCD"
La police politique perd son âme à Akbou, à supposer qu'elle en avait une. Des
redressés, de et par cette police politique, se regroupent à Akbou pour exiger la destitution du Président du RCD, Mohcine Bellabas. Rien que ça!
Doit-on comprendre que la fratrie du Hammam d'Oujda n'a pas digérer la dernière
sortie du président du RCD dans laquelle, soucieux de son pays, Mohcine Bellabas a demandé l'application de l'art.88 de la Constitution compte tenu de l'état de santé du chef de l'Etat, au point
d'appeler et de fomenter à la destitution du jeune président du RCD ???
Pour mieux enfoncer le clou, le groupuscule de redressés d'Akbou exigent le retour
du Dr Said Sadi à la tête du RCD!
Encore un aveu d'impuissance rendu public via ces redressés d'Akbou par la police
politique et le fratrie du Hammam d'Oujda devant l'acte pédagogique et moralisateur du Dr Said Sadi qui avait décidé au dernier Congres de ne pas se reporter à la tête du RCD. Un acte
démocratique sans précédent que les restes moribonds de l'imposture de l'été 62 ne pouvaient tolérer, admettre ou accepter de leur vivant. Ils ont tenté de pervertir cet acte démocratique,
moralisateur et pédagogique en fomentant coups d'état, redressements et autres intrigues dans des partis des services, de service et en service comme le FLN, le RND, HMS... La présence au milieu
des militants du Dr Said Sadi lors des festivités du 24 ème anniversaire du RCD est une réponse simple à toutes leurs manigances
La majorité de ce groupuscule d'Akbou a eu à occuper des postes dans les structures
du RCD. Ce qui rend leurs culpabilités entières. Quelque soit le différend entre militants, qu'ils soient investis ou pas de mission, de responsabilité, les textes existent, sont précis, clairs
et nets. Tout militant a le droit et le devoir d'en référer, d'en user. Au lieu d'aller conspirer durant les festivités de commémoration de la création du Parti, les statuts et règlement
intérieur du RCD permettent aux militants de demander la convocation du CN extraordinaire, seul habiliter à convoquer la tenue d'un Congrès extraordinaire pour une situation extrême.
Sommes-nous en situation extreme, grave? OUI! L'Algerie traverse la période la plus
critique depuis sa réhabilitation sur la scène internationale avec la fermeture et l'Etat d'exception sur ses frontières, la corruption nationale s'exporte, pollue la scène internationale et
discrédite Peuple et Nation algérienne etc, etc, etc. Point de cela! Des militants, mécontents de leur situation d'un jour, se regroupe de par leur mécontentement pour se vendre à ceux qu'ils
dénonçaient la veille ((police politique et félons) pour s'en prendre à un président élu par quelques 2500 Congressistes. Aucun respect aux congressistes, encore moins aux textes du parti surtout
que le chef de file de ces redressés (à ne pas douter de et par la fratrie de tayabet El Hammam) fut l'Organique d'Hier et Président de la commission textes au dernier Congrès. Vraiment un
non-évènement qui servirait sans doute aucun le RCD à voir plus clair dans ses rangs et dans...l'avenir
Salay

salay 11/02/2013 23:52


IL faut dire que le RCD a plus gagné que perdu en se delestant de ce groupuscule en concalve douteux à Akbou. La cogitation de ce groupuscule à ras des paquerettes oublie que convoquer un Congres
extraordinaire passe obligatoirement selon les textes adoptés par le dernier congrès (Boucetta était président de la commission organique) par la convocation d'un conseil national extraordinaire
habilité à juger de l'oportunité de la tenue d'un congrès extraordinaire.


Faut-il aussi rappeler que le président actuel du RCD, Mohcine Belabbas, a été élu par quelques 2500 congressistes que ce groupuscule semble négliger, ignorer   

Le Pèlerin 12/02/2013 08:40



Bonjour Salay,


J’ai toujours eu une profonde admiration pour Saïd Sadi et pour ses idées


Je respecte sa décision de s’être retiré


Un parti qui n’accepte pas le renouveau est voué, à court ou moyen terme à l’échec


Je sais que le RCD et Saïd Sadi en particulier est présenté comme un colistier de
l’occident….Comme si faire preuve d’esprit d’ouverture était une tare en Algérie.


L’Algérien échaudé par le passé a peur du changement…..Pas étonnant que des
« Politiques » octogénaires soient encore aux rennes du pays


J’ai eu des problèmes de santé ces derniers temps qui m’ont empêché de me faire une
religion sur la nouvelle équipe dirigeante du RCD


Le RCD est un parti en devenir, du moins à mon avis….


Si je comprends bien votre commentaire le RCD a bien fait de se débarrasser de ce
groupuscule qui semble faire fi des principes de démocratie auquel le parti fait référence


Je vous remercie pour votre commentaire et pour l’intérêt que vous portez à mes
blogs


Cordialement,


Le Pèlerin