Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 08:21

Ça c'est de la culture Nom di Diou

poireaux

 

Le poireau, du latin porrum, se présente sous la forme d'une tige dont la longueur est variable suivant l'âge du sujet. Nous considérerons dans cet exposé uniquement le cas du poireau adulte.

Il se distingue par un tube oblong, garni de poils abondants à l'une de ses extrémités, d'une saveur fade et d'une douceur âcre mais bien préparé, il devient exquis.

L'origine du poireau est très ancienne. C'est notre ancêtre ADAM qui l'introduisit le premier et pas seulement dans les Bouches du Rhône, comme le prétendent certains. 

Dès le début, le poireau fut introduit dans le corps enseignant. Henri IV, lui, voulut mettre le poireau dans le pot.

Bien que cet usage ne soit pas entré dans les mœurs, il est encore pratiqué de nos jours.

Plus tard, vers le dix-huitième siècle, St Germain, qui en possédait un beau spécimen, l'introduisit un peu partout en France.

La culture du poireau, florissante jusqu'à nos jours, a eu de nombreuses maisons spécialisées dans l'art de la plantation.

Depuis quelques années, ces maisons sont fermées, mais la plantation du poireau n'a nullement souffert de cet état de choses puisque, depuis, elle se propage d'une manière artisanale et familiale.

Il y a différentes manières de planter le poireau. Il est bon de le planter dès que sa longueur atteint 15 centimètres. Prendre alors un poireau adulte, bien ferme et barbu à souhait, l'enfoncer par la tête de préférence dans les terrains vierges de toute culture, bien ombragés et humides. Il réussit particulièrement dans les terrains gras situés dans les vallées. Le poireau s'accommode très bien du voisinage de l'oignon qui, dans certains cas, favorise son développement.

Dans sa jeunesse, le poireau se plante souvent derrière l'église et, comme le fait remarquer le spécialiste alsacien SCHPUNTZ,

Sa culture sur les bords de la Vistule donne de bons résultats. En revanche, le voisinage de la mer lui est néfaste, les maladies du poireau s'attrapant au bord d'elle.

Il est recommandé, avant de planter le poireau, de le faire fumer. Il est signalé que certains composants chimiques, comme les bromures, sont contraires à son développement.

On constate assez souvent un durcissement subit du poireau, particulièrement lorsqu'il est légèrement effleuré ou trop longtemps manipulé : il perd son jus et s'amollit.

Il suffit dans ce cas, de le laisser en attente pendant un certain temps. C'est ce qu'on appelle "faire le poireau" il retrouvera ensuite ses qualités premières.

Selon certains, le jus de poireau sert à arroser le persil, selon d'autres, il sert à confectionner le café des pauvres.

Mais ceci est une affaire de goût personnel.**

Le poireau véritable, et recherché, paraît être celui dont la taille et la saveur sont appréciées des connaisseurs. Il est également très recherché des ménagères qui le mettent dans leur pot au feu, accompagné souvent d'un morceau dans la culotte.

L'abus de poireau donne aux ménagères une tendance à l'embonpoint.

Pour éviter cet inconvénient, notamment dans le cas du poireau à la crème, il est recommandé de le préparer suivant la vieille méthode dite "anglaise"

En Bretagne, on met le poireau dans les moules marinières.

Certaines personnes prétendent qu'il existe 32 manières de présenter le poireau. A Paris, dans le quartier des halles, il est très courant d'entendre proposer la botte.

Nous mettons en garde contre de tels procédés, la marchandise s'avérant souvent défraîchie. Il est préférable de mettre la main au panier pour se rendre compte de la qualité.

Nous vous signalons enfin que la plupart des maladies du poireau sont curables. Bien traité et bien accommodé le poireau est prêt à n'importe quel moment. Usez donc du poireau, surtout si vous en faites un usage délicieux et fréquent

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires