Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 04:21

Sarkozy engagé comme conseiller spécial ?

Nicolas_Sarkozy_au_Maroc_en_2011.jpg

 

À en croire les dernières rumeurs propagées dans les médias marocains et français, l'ancien président français, Nicolas Sarkozy, serait en passe de devenir le conseiller spécial du roi du Maroc, Mohammed VI. Une dépêche de l'AFP du 6 août dernier, s’appuyant sur une information du quotidien marocain “Akhbar Al Yaoum”, rapporte que Rabat "serait intéressé par le réseau de relations que Sarkozy a tissé durant sa présidence à travers le monde et dans les milieux d'affaires français". À l’origine de cette information non confirmée, mais non démentie non plus, la récente visite privée du couple Sarkozy à Jnane El-Kebir, propriété luxueuse du généreux roi à Marrakech. Cette visite privée a été l’occasion d’une rencontre très officieuse et pour le moins surprenante entre l’ex-président de la France, connu pour ses prises de position anti-islamistes et le nouveau Premier ministre marocain, le très "islamiste" Benkirane. L’entrevue tendrait à confirmer que Sarkozy s’est bien vu proposer de mettre son carnet d’adresses et son expérience politique au service du Commandeur des croyants. Aussi bizarre que cela puisse paraître, Sarkozy, comme plusieurs autres politiciens français et espagnols, est depuis longtemps un fervent défenseur des intérêts de sa majesté, le roi du Maroc.
La France sarkozienne a maintenu la tradition de son soutien inconditionnel à l'aventure coloniale marocaine au Sahara Occidental. Sarkozy et son administration n'ont pas seulement soutenu le Maroc aux Nations unies, en faisant obstacle à toute solution politique juste et durable, dans le cas d’un conflit de décolonisation, mais ils ont aussi empêché le Conseil de sécurité de l’ONU d'inclure l'observation et la protection des droits de l'homme dans le mandat de la Minurso. Une position d’ailleurs largement critiquée par les organisations internationales de défense des droits de l'homme, qui ne cessent de réclamer de l'ONU la protection du peuple sahraoui dans les territoires du Sahara occidental sous occupation marocaine depuis 1975. Pis encore, le gouvernement Sarkozy a multiplié les services rendus au palais royal, d’abord en défendant le statut de partenariat privilégié du royaume au sein des institutions européennes, sans exiger de Rabat de respecter les conditions qui doivent théoriquement conditionner un tel "privilège"… Et qui mieux que la France, berceau des droits de l’homme, peut affirmer que le Maroc est un pays démocratique, respectueux des droits de l'homme et du droit international, moderne et havre de stabilité. Sur un autre plan, le Maroc sait comment récompenser ses bons amis. Sarkozy est de ceux-là bien sûr. Depuis 2008, il passe des vacances dignes des histoires des Mille et Une Nuits, chaque année, au Jnane El-Kebir, le palace Royal Mansour et à la Mamounia, l'hôtel de luxe où tous les amis de sa majesté se croisent et se réunissent, pour mieux servir leur hôte royal. L'information d’une future nomination de Sarkozy à une mission de lobbyiste au service du  Maroc, si elle se confirme, sera une nouvelle honte pour la France et pour la réputation du milieu politique français, déjà mise à mal par la corruption et les relations scandaleuses que la plupart des hauts fonctionnaires français avaient et ont toujours avec des dictateurs tels Ben Ali, Kadhafi et autres. Mais, le plus inquiétant, c’est la passivité des citoyens français qui ne réagissent pas à de tels agissements. Devrons-nous souhaiter voir des révolutions européennes contre cette mise en danger des principes fondateurs de la démocratie et de la paix ? Aurons-nous en Afrique encore la force de subir la continuelle corruption des gouvernements occidentaux ? Aurons-nous, peuples du Sud, mais aussi peuples du Nord, à souffrir encore longtemps du dédain de ceux qui font tourner le monde vers sa perte ? Les années à venir vont certainement fournir des réponses... mais à quel prix ?

Source Liberté Malainin Lakhal

Secrétaire général de l'Union des journalistes  et écrivains sahraouis.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires