Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:18

Tourisme saharien : une saison morte annoncée

abbe-pierre-assekrem.jpg

 

Le Sahara algérien, qui commençait à redevenir la destination la plus prisée des touristes étrangers risque fort de faire les frais du regain de terrorisme enregistré dans la région sahélo-saharienne depuis juillet dernier. Plusieurs gouvernements étrangers recommandent à leurs ressortissants d'éviter ou de ne pas se rendre dans cette zone, et les tour-opérateurs abondent, en général, dans le même sens.
L'assassinat en juillet dernier de 11 gardes frontières algériens à Tinzaouatine, dans la wilaya de Tamanrasset, près de la frontière algéro-malienne, était déjà un signe de l'existence d'un risque sécuritaire. Revendiqué par le groupe terroriste de l'ex-GSPC, rebaptisé depuis 2007 «Al Qaïda au Maghreb islamique» (Aqmi), cet assassinat a créé un climat d'incertitude qui s'aggrave maintenant avec l'enlèvement depuis quelques semaines, au Niger voisin, de sept étrangers. La tournure prise par les évènements a fini par faire baisser les bras des opérateurs parmi les plus résistants à l'image de «Point Afrique». La société présidée par Maurice Freund a été à l'avant-garde de la relance du tourisme saharien après notamment le kidnapping de 32 touristes étrangers en 2003. La destination «Sahara algérien» avait alors complètement chuté.
«Point Afrique» renonce
La prise en main du secteur du tourisme par Chérif Rahmani avait alors donné un coup de fouet à l'activité. Le tourisme saharien a été inscrit comme une priorité dans le cadre du Schéma Directeur d'Aménagement Touristique (SDAT). Le sud du pays a été divisé en quatre centres régionaux du tourisme : Tamanrasset, Djanet, Timimoun et Ghardaïa. De grands projets adaptés au Sahara ont été retenus, dont la modernisation de neuf hôtels et la réhabilitation de la boucle dite des Oasis. Dans le même temps, avec le concours d'Air Algérie, du ministère algérien du Tourisme, «Point Afrique» spécialisée dans le tourisme solidaire s'est impliqué dans l'organisation de circuit à des prix abordables pour des touristes venant notamment de France à partir notamment de Paris ou de Marseille. Ni «Point Afrique», ni les services algériens du tourisme n'ont, pour le moment, évalué numériquement et économiquement ce flux touristique. Après l'enlèvement de sept étrangers au Niger le mois dernier, Point Afrique a annoncé qu'il se voyait «contraint de stopper complètement son activité (vols et circuits) en Algérie, dans le nord Niger (Agadez) et le nord Mali». Il ne maintient que des vols sur Mopti (Mali) et de l'activité touristique en pays dogon (Mali) mais il «suspend ses vols vers la Mauritanie jusqu'à Noël». Motif de ces décisions qui mettent en péril l'existence même de «Point Afrique» : «la récente dégradation des conditions de sécurité dans le Sahara central». S'exprimant sur son site, le président de «Point Afrique» se confie : «voici quelques mois, nous nous battions pour rester présents dans ces zones fragiles et déshéritées... Notre stratégie reposait sur une forte conviction: le tourisme peut être une arme pour la paix!». Aujourd'hui, Maurice Freund est dépité : «Inutile de vous décrire ma profonde révolte et l'impuissance de Point-Afrique à faire face à la situation actuelle. Nous avons perdu une bataille contre Aqmi».
«Le risque Aqmi»
De l'aveu même de Maurice Freund, il existe encore une demande pour la destination Sahara. D'ailleurs d'autres tour-opérateurs étrangers n'ont pas renoncé à la promouvoir pour cette saison 2010 qui commence. Personne ne sait si la demande résistera à ce que certains opérateurs appellent «le risque Aqmi». Pour le moment, hormis Point Afrique, il y a une offre d'autres voyagistes en Europe, dont le sort pourrait se jouer en fonction de l'évolution de l'affaire des sept otages, de sa forte médiatisation et de ses effets sur l'opinion publique.
Si l'on en juge par les informations, diffusées notamment par Internet, selon lesquelles les groupes terroristes labellisés «Al Qaïda» seraient plus nombreux et qu'ils se déplacent aisément à travers les déserts mauritanien, nigérien, malien et algérien, cela n'incite pas à la randonnée pédestre au Sahara ! A priori, c'est une saison touristique morte qui s'annonce au détriment de la vie économique de milliers de personnes, touchées directement ou indirectement dans toute la zone sahélo-saharienne.
En 2009, le «nombre d'arrivées de touristes en Algérie a atteint près de 2 millions de touristes», a indiqué récemment à Alger, Smaïl Mimoun, le ministre du Tourisme et de l'Artisanat. Il a ajouté que les recettes du tourisme sont estimées à 330 millions de dollars. Le ministre n'a pas fourni de précisions au sujet de la nature des touristes accueillis, ni leur destination finale, ni sur la durée de leurs séjours. Mais selon des sources informées, il s'agit en majorité de personnes venues en Algérie pour du tourisme d'affaires dont le séjour relativement court se déroule généralement dans le nord urbain du pays.

Source Le Quotidien d’Oran Driss Oulis

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires