Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 08:54

Le Français Total et l’Algérien Sonatrach sont sur le pont de plusieurs projets au Sahel.

areva niger otages

Les deux groupes pétrol iers se jouent des coudes pour avoir le plus de projets, au Mal i et au Niger, apprend-on auprès d’un ancien cadre de Sonatrach.En fait, les découvertes récentes de richesses minières, dans le bassin de Taoudéni, large de 1,5 million de kilomètres carrés, partagé entre le Mali, l’Algérie, la Mauritanie et le Niger, provoquent un vif intérêt pour cette région, naguère sans importance.

En effet, les dernières informations rapportées par des médias, et attribuées à Jean François Arrighi de Casanova, directeur Afrique du Nord de Total, font état d’immenses découvertes gazières freinant la progression du puits vers la zone pétrolière, en Mauritanie.

Ceci a poussé quelques responsables de Total et leurs partenaires chinois à céder à l’euphorie en parlant d’«importantes découvertes et d’un nouvel Eldorado», malgré la consigne de prudence.

La stratégie de Sonatrach reste «floue» puisque le mastodonte national s’efforce de retarder ses forages, alors que total a déjà procédé aux siens dans le bassin de taoudéni

Désormais, le groupe français Total a mis les bouchées doubles et a déjà entamé la deuxième phase de forage, alors que Sonatrach a sollicité a contrario les ministères des Mines malien et nigérien de proroger respectivement les premières phases des contrats d’exploration! En extrapolant, la stratégie de Sonatrach reste «floue» puisque le mastodonte national s’efforce de retarder ses forages, alors que Total a déjà procédé aux siens dans le bassin de Taoudéni.

D’après notre interlocuteur, les responsables de Sonatrach attendent les résultats des forages de Total pour avoir une idée claire sur le potentiel des bassins. «Bien qu’elle n’ait aucun problème financier, elle tente de gagner du temps dans l’attente des résultats du côté mauritanien du bassin de Taoudeni où elle a des participations sur les TA7 et TA8 aux côtés de Total et Qatar Petroleum», note-t-il.

A travers sa filiale internationale Sipex, Sonatrach a obtenu récemment l’approbation du ministère des Mines nigérien pour rentrer dans la deuxième période de son contrat d’exploration, à savoir procéder à des forages expérimentaux.

Pour rappel, la Sipex est présente au Niger depuis 2005, plus précisément au périmètre de Kafra, situé à la frontière algéronigérienne. Sipex a également obtenu fin 2009 une prolongation d’un an de la première période d’exploration, arguant d’une situation politique difficile dans le pays. Aussi, Sonatrach va devoir forer seulement deux puits durant les quatre prochaines années, ajoute la même source.

De son côté, Total a lancé récemment un deuxième forage après les résultats encourageants du premier puits creusé durant l’exercice 2009/2010. Au Mali, la situation de Sonatrach est presque la même. Sipex qui y est présente depuis 2007 et opère dans le bloc 20 a acquis aussi une prolongation de deux ans, émanant du ministère malien des Mines, pour la première phase d’exploration qui prendra fin en 2013.

D’après notre source, ce report va permettre à la société algérienne de prendre son temps pour le forage. «Dans le droit minier malien, la première période d’exploration, durant laquelle l’opérateur doit effectuer un forage, est de quatre ans», a-t-on également appris.

Or, Sonatrach, à travers sa filiale Sipex ne voulait pas forer cette année et il sera difficile de justifier ce report par une instabilité politique. D’après notre observateur, il était également «périlleux» pour Bamako de refuser la demande de prorogation de Sonatrach.

On apprendra aussi que le consortium entre Sipex et l’italien ENI n’opère plus que dans le bloc 4 au sud du bloc 20, après avoir rendu à l’Etat malien les blocs 1-2-9 et avoir fusionné les blocs 2 et 4. Les deux sociétés négocient aussi actuellement pour repousser leur obligation de forage. In fine, il ne faut pas oublier les problèmes géopolitiques et sécuritaires de la région qui sont utilisés à mauvais ou à bon escient pour appuyer les influences des forces présentes dans la région.

Source Le Financier Benachour Med

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires