Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 23:29

La crise du Sahel : Essai d’analyse

afrique_sahel.jpg

L’espace sahélien a dans le passé été un axe stratégique pour les caravanes qui se déplaçaient entre la mer rouge et l’océan atlantique.  Cet axe disposait de pénétrantes qui le reliaient aussi bien aux pays du Maghreb qu’aux pays de l’Afrique de l’Ouest.  Donc contrairement à ce que laissent prétendre certains « nouveaux spécialistes du Sahel », l’espace sahélien n’est pas une zone tampon ni une barrière entre l’Afrique noire et l’Afrique blanche. Il est bel et bien (il a toujours été) un espace de contact et d’échanges entre l’Afrique de l’Est et l’Afrique de l’Ouest d’une part et l’Afrique noire et l’Afrique blanche d’autre part.

Bien qu’inhospitalière, cette partie du monde n’a jamais été quittée des yeux par certaines puissances.

En effet vers la fin des années 1970 – début des années 1980, les puissances occidentales considéraient l’espace qui allait de la mer rouge (Soudan + Corne d’Afrique) jusqu’à l’océan Atlantique (Mauritanie en passant par le Tchad, le Niger, et le Mali) comme un axe stratégique qui pouvait être utilisé par les forces du pacte de Varsovie pour le contrôle de l’accès à la Méditerranée (Europe occidentale).  Ce ci explique en partie la présence militaire occidentale dans certains pays tels le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie, le Sénégal et le Maroc.

Dans leur stratégie visant à lutter contre le communisme, les USA ont utilisé l’Arabie Saoudite. Cette dernière  a construit des centres culturels et des mosquées dans la région Sahélo saharienne et a même octroyé des bourses pour la formation des imams en Arabie Saoudite.  Cette démarche arrangea également les dirigeants des pays subsahariens qui voulaient se débarrasser de l’emprise des puissantes confréries dont la Tidjania.

La formation des imams subsahariens en Arabie Saoudite a engendré l’apparition du Wahhabisme dans les pays du Sahel.  Le Wahhabisme est l’islam pratiqué par les salafistes et les djihadistes. Cet islam prône le rejet de toute « bid’â » (innovations jugées contraires au message islamique) et le retour  au Salaf El Salih (les ancêtres éclairés) par une application rigoureuse de la lettre de la chari’â (règles légales de l’Islam). Ce qui se traduit par des préoccupations vestimentaires et par le rejet du « matérialisme occidental ».  L’un des promoteurs de la salafia Abou El Alaë Maoudoudi (1903 – 1979), fondateur indo-pakistanais des « Djamaâtes Islamya », suggère que l’islam doit être imposé à toute l’humanité, la femme doit être recluse et le contrôle des naissances interdit.

Donc l’avènement du wahhabisme au Sahel, l’incapacité des Etats à asseoir leur autorité sur leur territoire (Soudan « guerre civile », Tchad « instabilité du régime et crise du Darfour », Libye « crise avec les voisins », Algérie «crise politique et terrorisme », Niger « rébellion au Nord », Mali « rébellion au Nord » et Mauritanie « instabilité du régime et crise avec les voisins ») et la présence de richesses (sel et or, pétrole, gaz, fer, phosphate, cuivre, étain et uranium ) ont fait que les groupes islamistes terroristes ont trouvé un terrain favorable pour s’y installer.

Il faut signaler ce pendant que ces derniers, agissant sous le label « AQMI » ne représentent qu’une infime partie des forces anarchiques qui règnent dans l’espace « Sahel ».  En effet le trafic d’armes, de drogues, des déchets, des médicaments, des cigarettes et l’immigration clandestine génèrent annuellement un « revenu » de plus de deux milliards de dollars qui sont partagés entre les forces précitées. A cette situation « chaotique», il faut ajouter les ingérences de certaines puissances qui cherchent à s’assurer le contrôle des richesses de cette région (l'or, le pétrole, le gaz, le fer, le phosphate, le cuivre, l’étain et l’uranium).  L’agressivité de certaines puissances étrangères à l’égard de quelques pays de l’espace sahélien dont notamment celle des USA à l’égard du régime soudanais s’inscrit dans le cadre d’une stratégie des occidentaux visant à contrer la poussée géopolitique chinoise en Afrique.

L’AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique) n’est en fin de compte que l’arbre qui cache la forêt. Sa sur médiatisation n’est qu’un coup d’épée dans l’eau ou répond à des desseins qui méritent d’être décryptés. L’envoi des troupes et de matériel high-tech ainsi que les réunions des chefs d’Etats major des armées ne sont que de simples gesticulations car la solution aux problèmes de l’espace sahélien n’est pas militaire. 

Belkacem.dz 

 

Le Pèlerin 


Partager cet article

Repost0

commentaires