Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 04:33
Promouvoir la destination Algérie axe stratégique à l’horizon 2030
le petit fute
 
Le tourisme en Algérie
Alger - Le schéma directeur d’aménagement touristique qui s’étale jusqu’à l’horizon 2030 constitue un cadre stratégique et une référence pour la politique touristique en Algérie visant à diversifier l’économie nationale et à drainer les investissements étrangers comme alternative à la dépendance aux hydrocarbures.
Le schéma directeur d’aménagement touristique 2030 s’inspire du schéma national d’aménagement du territoire (SNAT 2030) qui met en exergue les moyens de réaliser le développement durable dans tous les secteurs, y compris le tourisme.
Adopté en 2008, ce schéma vise à promouvoir la destination touristique algérienne, à développer les centres touristiques de haut niveau, à promouvoir le partenariat entre les secteurs public et privé, à encourager l’investissement et à soutenir le tourisme local selon des sources au ministère du Tourisme et de l’artisanat. Pour ce faire, toutes les wilayas du pays doivent élaborer des plans d’orientation visant à promouvoir le tourisme local précise-t-on.
Le schéma directeur d’aménagement touristique 2030 repose sur cinq dynamiques essentielles de développement du secteur touristique, que sont la valorisation de la destination Algérie, l’amélioration de la qualité des prestations touristiques, la promotion du partenariat entre tous les opérateurs et les acteurs, le renforcement du financement et la création de nouveaux pôles touristiques d’excellence.
Ce schéma traduit la volonté de l’Etat algérien à valoriser les potentialités naturelles, écologiques, culturelles, historiques et archéologiques du pays. Il met également en exergue les orientations de la stratégie d’aménagement touristique dans le cadre du développement durable à travers la promotion des potentialités touristiques disponibles à l’échelle nationale et le soutien à l’investissement dans le domaine du tourisme.
Le schéma directeur d’aménagement touristique 2030 vise, par ailleurs, à faire du tourisme une alternative aux hydrocarbures et à réunir les moyens à même de réaliser le développement touristique durable.
L’importance de la concertation pour la relance du secteur
Le plan insiste sur la nécessité d’assurer une concertation permanente en vue d’instaurer une relation basée sur "la transparence" entre l’Etat et tous les opérateurs économiques pour la "relance" du secteur du tourisme en Algérie.
Ce plan souligne la disposition des autorités publiques à accompagner les investisseurs et les professionnels du secteur, à leur donner les orientations nécessaires et à les accompagner auprès des entreprises, des institutions partenaires et des centres de décision, tant au niveau national que central.
Par ailleurs, le schéma directeur d’aménagement touristique permet de réaliser "des mutations radicales dans le mode de réflexion et de prise de conscience de l’importance de la relance du secteur du tourisme", citant les importants atouts touristiques à exploiter en vue de parvenir à la promotion de la destination Algérie notamment le tourisme saharien.
Il met l’accent sur l’importance de changer les mentalités et les comportements pour asseoir une culture touristique nouvelle et durable en Algérie", d’autant que le secteur "nécessite de nouvelles approches pour redorer l’image du secteur".
L’activité touristique ne concerne pas uniquement les responsables mais nécessite la conjugaison des efforts de tous les partenaires en vue d’améliorer l’objectif de la destination touristique de l’Algérie notamment vers les régions des hauts plateaux et du Sahara, selon le plan.
Le plan souligne en outre la nécessité de réhabiliter le patrimoine historique, d’autant que l’Algérie recèle un riche patrimoine dont des ruines historiques, des ksours et des gravures rupestres. Ces ruines archéologiques inestimables qui sont la mémoire de la nation sont à même de contribuer à la relance de l’activité touristique culturelle et pédagogique, de créer de nouveaux postes d’emploi et de contribuer au développement de l’artisanat.
Le document souligne de plus la nécessité d’œuvrer à "redorer l’image touristique" de l’Algérie dont elle jouissait dans les années 1970. Par ailleurs, le plan insiste sur la nécessité de créer des zones d’expansion touristique (ZET), qui sont actuellement au nombre de 207 ZET au niveau national, outre la nécessité de les doter de plans d’aménagement touristique et de sept pôles touristiques d’excellence.
En matière de formation, le plan estime nécessaire l’amélioration de la formation dans les différentes spécialités touristiques en vue d’améliorer la qualité des prestations et satisfaire les exigences des touristes. A cet effet, le plan a souligné la nécessité de doter les structures d’hébergement d’équipements modernes, de les aménager et de les moderniser, outre la réalisation de nouveaux hôtels de haut standing.
Le schéma directeur d’aménagement touristique pour l’horizon 2030 a souligné l’importance de généraliser l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC), de veiller à assurer l’hygiène et la propreté, de respecter l’environnement, de garantir la sécurité et de varier les prestations touristiques.
Plus de 700 projets touristiques en cours de réalisation au niveau national
Alger - 763 projets hôteliers d’un coût global de plus de 410 milliards DA sont en cours de réalisation à travers les différentes régions du pays au titre des programmes d’investissements touristiques.
Le secteur du tourisme et de l’artisanat ambitionne de hisser ses capacités d’accueil estimées actuellement à 94000 lits et à créer de nouveaux emplois, ont fait savoir des sources du ministère.
Avec ces projets, cette capacité d’accueil sera augmentée de 86.000 lits supplémentaires avec la création de 36000 emplois, selon les mêmes sources qui ont rappelé les facilités accordées par les pouvoirs publics aux investisseurs dans le domaine touristique à travers l’octroi des crédits bancaires et l’offre immobilière en faveur des projets touristiques notamment dans les Hauts plateaux et les régions du sud.
Par ailleurs, un (1) milliard de dollars ont été alloués à la réhabilitation de plusieurs infrastructures hôtelières relevant du secteur public à travers le territoire national, réalisées au lendemain de l’indépendance ou durant les années 70.
Ces projets ambitieux d’investissement sont actuellement en cours de réalisation notamment dans les régions qui recèlent un important potentiel touristique à la faveur des efforts fournis par les autorités publiques pour la relance du secteur et les décisions prises récemment en faveur de la réhabilitation des zones d’expansion touristique (ZET).
L’Algérie compte actuellement 207 ZET ouvertes aux investisseurs sur un périmètre de 56000 hectares.
Sept pôles touristiques d’excellence seront de plus réalisés dans ce cadre et seront répartis en pôles régionaux (nord-est, nord-centre, nord-ouest, sud-est-oasis, sud-ouest-Touat-Gourara).
A cet effet, des facilités sont accordées par l’Etat pour l’octroi d’assiettes immobilières destinées aux projets touristiques en procédant à l’aménagement de terrains inscrits au titre de l’exercice 2012. Ainsi, l’octroi de l’immobilier par vente aux enchères est annulé et remplacé par la concession de terrains de gré à gré avec les domaines de l’Etat soit une vente selon le prix fixé par l’Etat.
Des mesures incitatives pour booster le secteur du tourisme
Dans ce cadre, la loi de finance complémentaire 2009 (LFC) comprend neuf mesures incitatives d’ordre économique, financier et fiscal visant à booster le secteur du tourisme.
Ces mesures ont pour objectif la mise en œuvre du "schéma directeur d’aménagement touristique 2030" (SDAT) qui consacre le tourisme comme activité de soutien à la croissance économique à travers la création d’emplois permanents.
Il s’agit également de la réduction de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) de 17 % à 7 % sur les prestations liées aux activités touristiques, hôtelières, thermales, de restauration classée, de voyages et de transport touristique.
Les investisseurs bénéficient d’un "taux réduit" de droit de douane pour les acquisitions d’équipements et d’ameublement, non produits localement selon les standards hôteliers, entrant dans le cadre de l’opération de modernisation.
La LFC 2009 accorde aux investisseurs un "abattement de 50% pour les Hauts Plateaux et 80% pour le Sud sur le coût de la concession des terrains nécessaires à la réalisation des projets d’investissement touristique". Ils bénéficient également d’une "bonification de 3% à 4,5 %" pour les projets touristiques à réaliser respectivement au niveau des wilayas du Nord et celles du Sud.
La LFC 2009 prévoit la mise en place d’un dispositif d’aide d’investissement à travers le "fonds d’appui à l’investissement, à la promotion et à la qualité des activités touristiques" et l’exemption du droit d’enregistrement lors de la constitution de sociétés activant dans le tourisme ainsi que les augmentations du capital.
Par ailleurs, le secteur du tourisme a tenu à faciliter l’investissement en établissant un partenariat avec six banques publiques. Dans ce cadre, six accords ont été conclus en février dernier avec ces banques pour faciliter l’accès aux crédits pour le financement de projets touristiques. Un guide de l’investisseur touristique contenant des informations sur les facilitations accordées aux investisseurs et les lois et décisions y afférentes vient d’être élaboré.
Plus de 8.600 étudiants bénéficiaires de formations spécialisées en hôtellerie
ALGER - Plus de 8.600 étudiants ont bénéficié d’une formation technique, professionnelle ou managériale dans les instituts nationaux de formation en hôtellerie et tourisme depuis l’indépendance.
1.154 étudiants ont bénéficié d’une formation en gestion hôtelière depuis la création de ces écoles au début des années 70, a indiqué à l’APS la Directrice de la formation et de la valorsation des ressources humaines au ministère du tourisme et de l’artisanat, Saliha Nacer Bey. 4.141 étudiants ont bénéficié d’une formation de technicien supérieur en tourisme et hôtellerie et 2.936 ont été formés aux métiers de base du secteur.
Mme Nacer Bey a notamment mis l’accent sur les mesures arrêtées pour la mise à jour des programmes de formation notamment en termes de prestations (restauration, accueil, hébergement...) et souligné l’importance des technologies de l’Information et de la communication dans le traitement avec les clients.
Dans ce contexte, Mme Nacer Bey a cité la carte de la formation du secteur adoptée en octobre dernier par le Gouvernement et qui prévoit l’élaboration des statuts des quatre instituts de formation touristique et hôtelière situés à Alger, Tizi-Ouzou, Tlemcen et Boussaada.
Cette carte permet de connaître le nombre d’étudiants ayant déjà bénéficié de formations en hôtellerie et tourisme et d’identifier les véritables besoins en matière de formation tout en garantissant une répartition équitable de la formation en fonction des besoins de chaque pôle touristique.
La carte qui définit les différentes branches et spécialités du secteur prévoit la modernisation de la formation et l’adaptation des programmes de formation technique et professionnelle tout en garantissant une gestion adaptée des ressources humaines et matérielles de la formation.
Parmi les objectifs de cette carte figure l’examen des moyens à même d’adapter l’offre nationale en termes de formation aux derniers développements survenus dans le secteur conformément au Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT-2030).
Tourisme régional : l’ambition de la wilaya d’Ain Temouchent
Ain Temouchent - La wilaya d’Ain Temouchent dispose de nombreux atouts pour s’ériger en pôle du tourisme régional dans le cadre de la nouvelle politique de développement touristique.
Cette wilaya, qui renferme d’innombrables potentialités inexploitées, en plus de sa position géographique stratégique au carrefour de trois importantes wilayas (Oran, Tlemcen et Sidi Bel-Abbes), peut devenir un "modèle" à effet d’entraînement dans les segments du balnéaire, du thermalisme et du culturel, a -t-on soutenu à la direction du tourisme de la wilaya.
Elle possède d’ atouts touristiques de choix, un environnement naturel encore vierge, un réseau routier moderne et une proximité de ports et d’aéroports (rayon de 70 kilomètres), a-t-on précisé.
En outre, Ain Temouchent a su préserver son potentiel foncier inestimable dans le cadre des zones d’expansion touristique (ZET) en attendant la concrétisation de nombreux projets proposés par des investisseurs potentiels étrangers et nationaux.
Pour cela, les pouvoirs publics locaux attendent l’avis de l’Agence nationale de développement touristique (ANDT), destinataire de toutes ces propositions afin de matérialiser ces différents projets.
Longeant le littoral sur 80 kilomètres, plusieurs milliers d’hectares de forêts (Béni Saf, Sassel et Sbiat, notamment) sont prédestinés à être investis dans le tourisme. Plusieurs promoteurs privés se sont succédés pour visiter la région qui renferme dix zones d’expansion touristiques (ZET). Des horizons prometteurs se sont dessinés avec les complexes touristiques de Rachegoune, Terga et Bouzedjar.
Les demandes d’investissement déposées à la direction du tourisme présagent la création de 20.000 lits, tandis que les projets hôteliers, en cours de réalisation, devraient ajouter 1.700 lits supplémentaires, plaçant Ain Temouchent parmi les premières destinations touristiques du pays.
Durant la dernière saison estivale, environ six millions de vacanciers ont afflué de tous les coins du pays pour goûter aux plaisirs de la mer au niveau d’une vingtaine de plages aménagées.
Il est prévu d’autres formes de tourisme dont les randonnées pédestres, les visites de sites historiques et archéologiques, entre autres, des vestiges d’un patrimoine culturel de plusieurs millénaires (Siga), l’Ile de Rachgoune, un site classé au niveau mondial, et les rives de la Tafna.
La ville de Hammam Bouhadjar abrite, pour sa part, l’une des stations thermales les plus connues en Algérie. Récemment rénovée, elle accueille de nombreux curistes. Pendant les grandes chaleurs de l’été, plusieurs familles originaires du sud du pays profitent de cures thermales et des soins.
Entre autres actions programmées dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, il y a lieu de noter l’étude du schéma directeur d’aménagement touristique de la wilaya, la réalisation d’un institut national de l’hôtellerie et du tourisme à Ain Temouchent, l’étude d’aménagement de la zone d’expansion touristique (ZET) de Bouzedjar et celle de quatre ZET (Terga, Chatt El Hillal, Rechgoune et Sbiaat).
Ces opérations portent, également, sur l’étude d’aménagement de la plage de Madagh et l’étude pour la réalisation de deux centres d’information touristiques et d’un siège de direction du tourisme.
Le secteur du tourisme sera renforcé, par ailleurs, par cinq hôtels et deux résidences touristiques qui sont en cours de réalisation. Ces investissements doteront la wilaya d’une capacité d’accueil de 1.475 lits qui s’ajouteront aux 1.318 lits disponibles actuellement au niveau de six résidences touristiques et 688 lits des dix hôtels urbains et semi urbains en exploitation à travers la wilaya, soit au total 2.006 lits et généreront 273 nouveaux postes d’emploi permanents, a-t-on souligné.
Une fois achevés, les projets en cours porteront les capacités d’accueil de la wilaya d’Ain Temouchent à 3.486 lits répartis entre 15 hôtels et huit résidences touristiques. Ces capacités enregistreront, par ailleurs, l’apport de 804 lits et 297 postes d’emplois, à la suite de l’agrément de 17 projets d’investissement touristiques, a-t-on encore signalé.
Les structures d’accueil seront davantage renforcées à l’issue de l’achèvement des études d’aménagement des zones d’expansion touristique (ZET). Le littoral de la wilaya d’Ain Temouchent compte, en effet, dix ZET d’une superficie totale de plus de 1.400 ha, dont une superficie constructible de plus de 700 ha.
Parmi les études entamées, la plus importante concerne le schéma directeur de l’aménagement touristique (SDAT) de la wilaya d’Ain Temouchent qui constituera une "véritable feuille de route" pour la mise en valeur des spécificités touristiques de la région, a-t-on indiqué.
Ainsi, la daira de Hammam Bouhadjar sera versée vers le tourisme thermal avec sa station, celle de Oulhaça vers le tourisme familial et la localité Sbiâât vers le balnéaire. Ce schéma fera, en outre, l’inventaire de toutes les ressources de la wilaya d’Ain Temouchent et de ses produits à proposer aux touristes, a-t-on ajouté.
Le secteur du tourisme dispose de plus de 800 places pédagogiques
Alger - Le secteur du tourisme dispose de 880 places pédagogiques dans la formation hôtelière et touristique réparties sur quatre instituts nationaux publics, a indiqué Mme Saliha Nacer Bey, directrice de la formation au ministère du tourisme et de l’artisanat.
Dans une déclaration à l’APS, Nacer Bey a précisé que sur les 880 places pédagogiques, 200 sont assurées par l’institut national du tourisme sis à l’Hôtel Aurassi à Alger.
L’Institut national des techniques hôtelières et du tourisme de la wilaya de Tizi-Ouzou dont l’éventail des spécialités a été élargi pour englober les techniciens et techniciens supérieurs dans différents métiers touristiques forme 300 élèves.
Quant à l’annexe située dans la wilaya de Tlemcen elle dispose de 80 places pédagogiques dans la formation de techniciens supérieurs en tourisme et hôtellerie.
Le centre d’hôtellerie et de tourisme spécialisé dans la formation de techniciens en tourisme et hôtellerie dans la wilaya de Boussaâda, promu dernièrement au rang d’institut national d’hôtellerie et de tourisme pour la formation de techniciens et techniciens supérieurs dispose de 300 places.
Le nombre d’élèves dans la formation touristique est appelé à augmenter dans les prochaines années, a assuré Mme. Nacer Bey après le transfert de l’institut national de l’Aurassi dans la wilaya de Tipasa où il pourra assurer la formation de 1200 élèves.
La directrice de la formation a annoncé l’ouverture en 2013 d’un nouvel institut dans la wilaya de Témouchent d’une capacité de 400 places pédagogiques.
Elle a rappelé les nouvelles mesures prises après l’adoption par le gouvernement de la nouvelle carte de la formation dans le domaine touristique en octobre dernier qui prévoit notamment une répartition géographique homogène en matière de formation selon les pôles touristiques et la définition de nouvelles filières en matière de formation hôtelière notamment dans les métiers ainsi que l’actualisation des connaissances en la matière et la modernisation de la formation conformément aux normes internationales.
"L’objectif de cette démarche est d’offrir une formation de qualité en prenant en considération les besoins du marché du travail et l’amélioration des prestations touristiques", a ajouté Mme Nacer Bey soulignant que le secteur du tourisme a bénéficié en 2012 d’une enveloppe financière de 200 millions de da pour appuyer la formation.
Mme Nacer Bey a, d’autre part, évoqué la contribution du secteur privé dans la formation d’agents du tourisme notamment dans les métiers et les prestations.
Il existe, selon elle, 36 établissements agrées qui assure 20% de la formation touristique comparativement au secteur public dont le pourcentage de formation ne dépasse pas 2%. Les 78% restant sont assurés par le secteur de la formation professionnelle qui dispose de 141 entreprises spécialisées dans le tourisme.
Source APS
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires