Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 23:56

Algérie - Lac de Réghaïa: Un lieu de villégiature et de détente

lac-de-reghaia-copie-1.jpg

 

Le site d’importance internationale est un réservoir de biodiversité, mais aussi un lieu de villégiature par excellence.

Le long d’une roselière sur une route sinueuse bordée d’une ceinture étroite de maquis que caractérise une végétation, l’entrée de la réserve naturelle de Réghaïa n’est perceptible qu’au dernier virage de la tortueuse route. A peine le portail franchi, c’est une nature radieuse qui s’offre au regard des visiteurs. Le rivage sur la gauche est ponctué par de petits débarcadères presque enfouis sous une végétation à grosses tiges, mais qui laisse apparaître au loin des nuées d’oiseaux. Sur le flanc droit, ce sont les agencements dédiés au public qui se mêlent à une végétation merveilleusement entretenue. Bien qu’aménagé, le lac n’est guère visité.

L’allée principale de la réserve se trouve ainsi désertée et n’est foulée que par les travailleurs du site qui vaquent à leurs occupations. « La réserve est dotée de nombreuses commodités consacrées aux visiteurs, telles que les aires de jeu, les cafétérias, les kiosques et les toilettes », nous indique-t-on sur place. En effet, les promeneurs peuvent, le temps d’une virée à la réserve, savourer des boissons tout en contemplant le lac et sa population d’oiseaux, ou s’asseoir sur l’un des bancs confectionnés à partir de troncs d’arbres. Les enfants, peuvent s’adonner aux plaisirs des balançoires et des toboggans installés entre les arbres.

Pour les promeneurs, en dehors de l’allée principale, des sentiers pédestres leurs sont spécialement aménagés. « La réserve a été fermée au public pendant un laps de temps, elle n’a rouvert ses portes que dernièrement, et c’est la raison pour laquelle les visiteurs se font rares », affirme un travailleur de la réserve. Avec la réouverture du site, qui de par le passé s’est forgé une réputation de lieu de villégiature par excellence, les travailleurs espèrent qu’il retrouvera, dans les prochains jours, sa dynamique d’antan. D’autant plus qu’une bonne partie du lieu est exclusivement réservée aux visiteurs. Elle est délimitée par un autre portail qui se trouve sur l’allée principale et qui scinde la réserve en deux parties distinctes, indiquant que les promeneurs doivent s’abstenir de le franchir car c’est une zone qui sert de lieu de ponte : les nids y sont à foison, et il n’est nullement permis au grand public de perturber ce processus fragile.

Le lac en quelques mots

Une virée au lac de Réghaïa nous a permis de saisir la portée de ce réservoir d’eau et la richesse de la diversité biologique remarquable qui le constituent. Un patrimoine faunique composé de plus de 200 espèces d’oiseaux sédentaires et migrateurs ainsi qu’une flore riche de 233 espèces peuplant la réserve naturelle qui s’étend sur une superficie d’environ 550 ha et abrite un plan d’eau et des marais de 150 ha.

Source El Watan K . Saci

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires