Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 04:26

Hommage à Madame de Grignan
(1646-1705)

Madame-de-grignan.jpg

Portrait par Pierre Mignard  (1612-1695) - Musée Carnavalet, Paris 1669

 

Madame de Grignan était la fille de Madame de Sévigné.  La plus grande parties des fameuses lettres de la Marquise de sévigné fut adressé à Madame de Grignan. Cette dernière répondait, mais on dit que le plupart de ses réponses ont été brûlés par la famille. Reste celle-ci d'un érotisme savoureux ('peut-être apocryphe)
Attention ce qui suit n'est pas de la lecture pour les petits z'enfants

 

Ah ! vous dirais-je Maman,
à quoi nous passons le temps
avec mon cousin Eugène ?
Sachez que ce phénomène
nous a inventé un jeu
auquel nous jouons tous les deux.
 Il m'emmène dans le bois
et me dit : "déshabille-toi !".
Quand je suis nue tout entière,
il me fait coucher par Terre,
et de peur que je n'aie froid
il vient se coucher sur moi.

Puis il me dit d'un ton doux :
"écarte bien tes genoux !"
Et la chose va vous faire rire,
il embrasse ma tirelire !
Oh ! vous conviendrez, Maman,
 qu'il a des idées, vraiment....

Puis il sort, je ne sais d'où,
un petit animal très doux.
Une espèce de rat sans pattes
qu'il me donne et que je flatte.
Oh ! le joli petit rat !
D'ailleurs il vous le montrera....

Et c'est juste à ce moment
que le jeu commence vraiment.
Eugène prend sa petite bête
et la fourre dans une cachette
qu'il a trouvée, le farceur,
où vous situez mon honneur....

Mais ce petit rat curieux
très souvent devient furieux.
Voilà qu'il sort et qu'il rentre,
et qu'il me court dans le ventre.
Mon cousin a bien du mal
à calmer son animal.

Complètement essoufflé,
Il essaye de le rattraper.
Moi je ris à perdre haleine
devant les efforts d'Eugène.
Si vous étiez là, Maman,
vous ririez pareillement.

Au bout de quelques instants
le petit rat sort en pleurant.
Alors Eugène qui tremblote
le remet dans sa redingote.
Et puis tous deux nous rentrons
sagement à la maison.
Mon cousin est merveilleux,
il connaît des tas de jeux.
Demain soir sur la carpette,
il doit m'apprendre la levrette.
Si vraiment c'est amusant,
je vous l'apprendrai en rentrant.

Voici ma chère Maman,
comment je passe mon temps.
Vous voyez je suis très sage.
Je fuis tous les bavardages.
J'écoute vos leçons,
je ne parle pas aux garçons.

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Trop drôle cette lettre a Mme de Grignan ....


Ah ! ces cousins ! cousines ! ce sont des coquins
!                                         


 


Ma cousine



N'est-elle pas jolie ma cousine
Avec son sourire coquin
Qui ferait monter l'adrénaline
De n'importe quel terrien ?

Elle est pétillante et divine,
Avec son regard bleu si doux
Qui peut remplacer la morphine
Ou vous mettre dans le courroux.
 
Dans son regard, tout s'illumine
Elle aurait un "je ne sais quoi"
Qui fait que le monde s'anime
Tout autour d'elle. Elle est extra.

Enjôleuse et un peu taquine
Avec son amoureux transi,
Impossible qu'il la devine,
Il est pour elle toute ouïe.

Comme une sirène, son chant
Peut vous emporter au lointain,
Attention, soyez vigilants,
De ne tomber entre ses mains.

C'est une femme dans toute sa splendeur,
Ma cousine ! et je l'aime,
Elle rouspète, mais elle a du coeur,
Et je lui dédie ce poème...


Bonne journée !



 

Répondre
L


Bonjour Cousine...au risque de me tromper...


Madame de Grignan ne s'embarrassait pas de préjugés comme certain(e)s


Elle semblait y prendre du plaisir...


Bonne journée Cousine (après tout c'est peut être un cousin....!!!)


C'est tout de même gentiment dit


Amicalement,


Votre Cousin