Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 10:23

Algérie – Égypte - La fuite en avant

Les Egyptiens ne s’y attendaient pas, ou encore ils ont très mal calculé leur coup contre l’Algérie ; ils ont récolté la tempête. Les voilà en effet à souligner aux autorités algériennes « l’importance d’arrêter l’escalade » ; l’expression est de l’adjoint du ministre égyptien des Affaires étrangères. C’est le message délivré hier à l’ambassadeur d’Algérie au Caire après la colère des Algériens. Voilà donc le constat fait par les autorités égyptiennes sauf qu’il est incomplet et forcément partial. C’est-à-dire que si escalade il y a, c’est bien par rapport à quelque chose, donc le point de départ, et ce quelque chose qui a révolté la planète, car inimaginable, inacceptable et incompréhensible à l’occasion d’un match de football, fut-il décisif, c’est l’accueil fait aux Algériens. Un lynchage en règle et une chasse aux Algériens. On s’attendait à ce que les Egyptiens répondent aux accusations des Algériens, les voilà qui demandent aux autorités algériennes de « faire le nécessaire pour assurer la sécurité des ressortissants égyptiens ». Ils sont jusque-là dans leur rôle, mais par contre, ils sont très mal placés pour demander aux Algériens d’arrêter l’escalade. On se rend en effet compte à quel point les autorités algériennes avaient vu juste en allant droit au but avec leurs homologues égyptiens. C’est-à-dire leur demander de la manière la plus explicite de prendre sérieusement en charge la question de la sécurité de l’ensemble des Algériens présents au Caire à l’occasion du match de football. Des engagements, et même plus tard avec la FIFA, ont été pris, mais l’Egypte ne les a pas respectés sauf à croire, et c’est bien difficile de l’admettre, que les autorités ont été débordées et qu’elles n’ont rien vu venir. Mais qu’ont-elles fait pour empêcher ou tout simplement arrêter la campagne d’hystérie qui avait précédé la rencontre de samedi ? Rien. Elles ont au moins toléré tous les dépassements verbaux jusqu’à l’arrivée de l’équipe algérienne, puis ce fut le passage à l’acte jusque dans les lieux supposés être hautement sécurisés, en tout cas interdits au public. Pourtant, celui-ci se trouvait en masse dans l’aéroport, ses abords et sa proximité immédiate, c’est-à-dire le lieu d’hébergement des Algériens. Cela est tout simplement invraisemblable. Parce que le déploiement policier a toujours été massif et omniprésent et que des sites sont plus sécurisés que d’autres en raison probablement de l’état de siège en vigueur depuis 1981. Rien ne leur échappe, surtout pas un débordement de cette ampleur, un débordement annoncé puisque les Algériens avaient tiré la sonnette d’alarme. Voilà donc ce qu’il en est des engagements de l’Etat égyptien. C’était, au contraire, un déferlement de haine. Et de ces mêmes autorités, on peut dire aujourd’hui, au regard des témoignages convergents, qu’elles ont laissé faire. Elles sont absolument mal placées pour renvoyer la balle aux autres. Ce qui a été fait aux Algériens est inacceptable, comme l’ont fait comprendre les millions d’Algériens informés en temps réel grâce aux petites merveilles de la technologie. Et là, le monde entier sait qui est quoi dans l’affaire.
Source El Watan - T. Hocine
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires