Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:02

La Ligue arabe lâche Kadhafi

bain de sang en libye

 

Devant les massacres perpétrés par les forces armées de Mouammar Kadhafi, les appels à aider militairement la rébellion libyenne deviennent nombreux, et même la Ligue arabe a donné son feu vert pour une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

Le déséquilibre sur le terrain entre les insurgés et l’armée libyenne, qui utilise l’aviation et l’infanterie dans sa contre-offensive, ne laisse pas la communauté internationale insensible comme en témoigne la multiplication des appels en faveur d'un soutien militaire aux rebelles libyens, notamment à Washington, accusé de “traîner les pieds” par un ancien ministre libyen. En effet, face à l’excès de prudence affichée par l'Administration US, qui est encore au stade de l’examen de “toutes les options”, y compris militaires, la pression est montée d'un cran sur le président Barack Obama.

À l'instar de l'influent sénateur républicain John McCain pour qui une zone d'exclusion aérienne permettrait “d'envoyer un signal” de fermeté au dirigeant libyen, le sénateur démocrate John Kerry a estimé qu'une telle zone devait être décrétée pour empêcher l'aviation libyenne de s'en prendre aux rebelles et à la population civile. “La dernière chose que nous voulons est une intervention militaire mais je ne considère pas que la zone d'exclusion en constitue une”, a affirmé sur CNN M. Kerry, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

“Nous ne voulons pas de troupes sur le terrain, ils ne veulent pas de (nos) troupes sur le terrain”, a-t-il convenu, tout en précisant qu'il y avait d'autres moyens de montrer la puissance américaine pour faire plier Mouammar Kadhafi. Ce dernier a été lâché hier par la Ligue arabe, qui a annoncé son soutien au projet d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, selon le ministère français des Affaires étrangères, citant une assurance de son secrétaire général au chef de la diplomatie française Alain Juppé.

Amr Moussa, qui souhaitait la veille que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi engage “tout de suite” un “processus de réconciliation avec son peuple”, tout en relevant que le peuple n'allait probablement pas l'accepter, a donné hier son feu vert pour la zone d’exclusion aérienne.

Interrogé par la chaîne de télévision TV5-Monde, Radio France Internationale et le Monde sur le point de savoir si le colonel devait se retirer après les massacres de grande ampleur commis par ses forces, M. Moussa a observé : “Je propose qu'il commence tout de suite un processus de réconciliation avec son peuple, s'il veut rester ; mais je ne pense pas que le peuple va laisser passer ça, c'est triste”, a-t-il commenté. Mais au cours de son entretien hier au Caire avec Alain Juppé, “M. Moussa a confirmé le soutien de la Ligue arabe à une zone d'exclusion aérienne”, a révélé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero. Pour rappel, mercredi dernier, la Ligue arabe avait indiqué qu'elle pourrait soutenir la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, tout en restant opposée à une intervention militaire dans le pays.

Entre-temps, la France et la Grande-Bretagne tentent d'obtenir l'accord du Conseil de sécurité de l'ONU pour l'établissement d'une telle interdiction de l'espace aérien libyen. En attendant, les habitants de Ras Lanouf, poste avancé de la rébellion dans l'Est libyen, ont fui la ville avant des raids menés par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi dans une nouvelle tentative du régime de contrer l'insurrection qui secoue le pays depuis trois semaines.

Deux raids aériens ont visé dans la matinée le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf, pris vendredi par l'insurrection à 300 km au sud-ouest de Benghazi, où des combattants ont répliqué avec l'artillerie anti-aérienne. Dimanche, Ras Lanouf avait déjà été la cible de deux raids qui n'ont pas fait de victimes. À chaque passage de l'aviation militaire, un feu nourri éclate de toutes les armes au sol, batteries antiaériennes, lance-grenades ou simples armes automatiques, visant l'origine supposée du bruit de l'appareil, sans parvenir à l'atteindre.

Source Liberté Merzak T.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires