Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 05:49

Pagaille à l’aéroport d'Alger

Pagaille-a-l-aeroport-d-Alger.jpg

Des centaines de voyageurs se sont retrouvés bloqués dans les halls de l'aéroport international Houari- Boumediene, pénalisés et surpris par une grève inopinée des pilotes d'Air Algérie. Comme toujours, sans préavis ni information préalable.

Les pilotes de la compagnie Air Algérie ont l’habitude d’observer des débrayages sans préavis. C’est ce qui s’est reproduit, une fois de plus, à l’aéroport international Houari- Boumediene. Entamée depuis hier matin, cette grève a entraîné un grand mécontentement chez les clients de la compagnie. Des centaines de voyageurs étaient bloqués dans les halls de l’aéroport pendant plusieurs heures, face à des guichets fermés sans aucune explication. Fidèle à elle-même, la compagnie nationale Air Algérie et sa direction de la communication ne sont pas venues au secours de leurs clients, ne donnant aucune explication aux voyageurs qui attendaient dans la confusion sur ce mouvement de protestation. De longues files se sont formées au niveau des guichets d’enregistrement dont les écrans de téléaffichage n’indiquaient aucun horaire de vol. Un vol de correspondance Alger-Paris qui devant décoller à 07h30 n’aquitté Alger qu’à 13h30. Ce qui causa un grand désagrément aux clients qui ont d’autres vols programmés depuis l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Mis à part ce vol, tous les avions d’Air Algérie étaient cloués au sol pendant toute la matinée. Le Syndicat des pilotes de ligne algériens (SPLA) explique, dans son communiqué, que la principale revendication est «l’élaboration d’un statut particulier (régime spécifique) du pilote conformément à la loi n° 90-11, notamment son article 11». Outre le statut particulier, le SPLA revendique l’application des différents accords bilatéraux entre le syndicat des pilotes et la direction. Pour rappel, un débrayage similaire avait été observé au mois de janvier 2012 pour pratiquement les mêmes revendications, avec en première ligne le «rétablissement du statut du pilote de ligne». Outre ces revendications socioprofessionnelles et la grande pagaille enregistrée, cette grève a été caractérisée également par un manque de respect des grévistes à l’égard des journalistes qui se sont rendu sur place pour assurer la couverture médiatique de ce débrayage. Ils ont été malmenés verbalement et physiquement. Une journaliste du quotidien «Le Temps d’Algérie» a été arrosée par un déluge de vulgarités, tandis qu’un journaliste du quotidien «L’Expression» sera, lui, physiquement agressé, l’un comme l’autre de ces actes de voyous ayant été perpétrés en public et devant témoins. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) dénonce, à cet effet, avec «la plus grande fermeté» ce comportement «sauvage indigne d’un corps professionnel censé constituer l’exemple même de la bonne tenue, du bon accueil et d’éducation». Il s’avère finalement que les pilotes algériens ont plus d’une raison de «rester sur terre»…     

Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires