Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 03:09

Les Pyrénées autrefois Il est des noms que l'on a plaisir à dire, à lire, à écouter, à répéter.

Il est des noms qui ont tout à la fois

pour les yeux, pour l'oreille et pour le cœur,

leur image, leur couleur et leur musique.

Il est des noms magiques.

Il est des noms qui chantent et qui dansent.

Et il me semble bien que Pyrénées est un de ces noms

et sans doute même est-il, de tous ces noms,

le plus mélodieux et le plus harmonieux.

Peut-être parce qu'il vient de Pyrène,

jeune et belle vierge, fille d'un roi barbare,

qu'Hercule séduisit au temps de ses exploits en Méditerranée.

Fuyant son père courroucé Bébryx, roi d'Ibérie,

Pyrène gagne la montagne anonyme

où des bêtes sauvages la dévorent à belles dents.

Mais Hercule retrouve sa dépouille et lui donne une sépulture

tout au sommet de la montagne sans nom

qu'il baptise du nom de sa défunte conquête.

Tout le monde n'est pas d'accord sur l'origine du nom,

mais ils sont nombreux à penser que Pyrénées

vient du grec pur, puros qui signifie le feu.

Et selon Diodore de Sicile,

c'est parce que leurs pics sont pointus comme des flammes

et souvent frappés par la foudre

que les Pyrénées ont reçu ce nom.

Dans son sillage,

Michelet n'a-t-il pas appelé les Pyrénées,

« les filles du feu ».

C'est par leur harmonie que les Pyrénées,

« montagnes civilisées » encore appelées « montagnes divines »,

séduisent l'œil.

C'est par leur charme que les Pyrénées

attirent l'homme, le fascinent et le subjuguent.

Parcourons-les de l'Océan à la Méditerranée :

du Pays basque au ciel vaporeux et voilé

à la luminosité éclatante du Pays catalan.

Comme Russell promène son lecteur

« longitudinalement de l'ouest à l'est

d'un bout à l'autre des Pyrénées ».

Pénétrons-les jusque dans leurs gorges, leurs cirques, leurs défilés,

leurs brèches, leurs gouffres et leurs abîmes.

Gravissons leurs monts, leurs crêtes, leurs arêtes,

leurs cimes et leurs pics.

Écoutons le bruit des cascades lointaines,

des torrents et des gaves bondissant sur des lits de pierres.

Pays basque au régime océanique où dominent

le vert des prairies bien grasses

et le brun d'épaisses forêts.

Peuple intelligent, agile et bondissant

qui aime chanter et danser le fandango aux pieds des monts.

Béarn au beau ciel bleu avec Pau, berceau d'un roi,

d'où l'on aperçoit les Pyrénées

comme de nulle part ailleurs.

Stations thermales aux noms évocateurs :

Cauterets, Luchon, Bagnères, Barèges, Capvern, Saint-Sauveur.

Vallées surplombées par des pics élancés :

VIgnemale, Marboré, mont Perdu, pics du Midi de Bigorre et d'Ossau.

Lieux privilégiés qui, au long des siècles,

et ont servi de cadre

à tant d'aventures sentimentales et amoureuses

et ont inspiré écrivains et poètes.

Depuis la minuscule Andorre qui parle déjà le catalan,

le relief s'abaisse insensiblement jusqu'à la Méditerranée.

Les vieilles provinces du Roussillon et de la Cerdagne

ont su conserver leurs mœurs et leur caractère

tout comme le Pays basque, leur pendant.

Perpignan et son Castillet,

sans doute la ville la plus gaie de France

au temps du carnaval,

où filles et garçons dansent la sardane au son de la cobla,

sous des platanes centenaires,

avec dans le lointain le vieux Canigou

dont les cimes enneigées scintillent dans l'azur.

Pyrénées originales et uniques,

Seule région au monde où l'on peut encore à la fois

être témoin d'un miracle et rencontrer un ours.

La simple vision d'un ours

Sera d ailleurs bientôt considérée comme un vrai miracle.

« Pyrénées, écrit Horace de Viel-Castel, ce pays aimé de Dieu,

où le reste de la France se rend une fois en sa vie,

comme les musulmans se rendent à la Mecque. »

Michelet vante « la fantastique beauté des Pyrénées »

tandis que le poète palois, Paul-Jean Toulet écrit :

« On voit bien que le Bon Dieu

s'est mêlé lui-même de les faire

au lieu de les confier à ses domestiques. »

Russell, considérant la montagne pyrénéenne       ,

comme sa véritable épouse,

déclare le plus naturellement du monde :

« Quand j'arrive près d'elles,

je crois qu'elles me reconnaissent. »

« Elles peuvent même, ajoute-t-il,

donner aux saints du ciel la nostalgie de la terre. »

Pyrénées enfin, profondément comblées par la nature

et prodigieusement humanisées par l'homme,

à propos desquelles l'écrivain Louis Bertrand a pu écrire :

« J'ai la faiblesse de croire que les Pyrénées

sont les plus belles montagnes du monde

car il est malaisé de trouver un sol plus pénétré

d'humanité, d'art, d'histoire, de poésie et de légende.

En tout cas, il me semble que nulle part

le paysage français n'atteint à pareil accent. »

II est temps maintenant

de pénétrer dans l'intimité de nos ancêtres pyrénéens

et de parcourir cette chaîne d'un bout à l'autre

pour satisfaire votre curiosité et votre sensibilité.

A votre tour d'être conquis par leur charme magique

et de tomber follement amoureux des Pyrénées du temps passé.

Source autrefois les Pyrénées Claude Bailhé.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires