Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 13:27
L'heure de la «résurrection»
france algerie
Même si la question de la mémoire demeure, en plein Cinquantenaire de l'Indépendance, au centre des tensions entre l'Algérie et la France, il reste que des signes de relance des relations bilatérales sont perceptibles.
Depuis l'élection de François Hollande, une nouvelle ère qualitative semble s'ouvrir devant Alger et Paris. Les visites croisées entre les deux capitales et les déclarations plutôt «positives» du chef de la diplomatie française devant la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, quelques jours après sa visite en Algérie, laissent présager des perspectives encourageantes.
Le nouveau locataire de l'Elysée qui compte reconstruire sur les vestiges de cinq années d'une gestion ruineuse de la droite sarkozienne est, non seulement un fin connaisseur de l'Algérie, mais surtout un président animé de la volonté de rectifier le tir de son prédécesseur.
Il y va avant tout de l'image de marque d'un pays, mais pas celle d'un individu qui est sorti par la petite porte. Car comment expliquer qu'aussitôt élu, Sarkozy a commencé par enterrer le traité d'amitié et le «partenariat» d'exception tant voulu par Jacques Chirac? Ce dernier, contrairement à son successeur, a été triomphalement accueilli par le peuple algérien lors de sa visite, en 2003, en Algérie. C'est cet esprit que François Hollande compte instaurer. Aussitôt investi, Hollande s'est attelé à reprendre le contact avec son premier partenaire économique de la rive sud, en dépêchant son chef de la diplomatie.
Il s'agit, en premier lieu, de reprendre l'initiative, et surtout de rassurer le gouvernement algérien de son intention de mettre une croix sur la gestion chaotique du précédent quinquennat.
A travers la dernière visite de Laurent Fabius, la première dans un pays arabe depuis sa nomination à la tête du Quai d'Orsay, on perçoit une volonté de fixer un nouveau cap entre l'Algérie et la France, en accordant la priorité au rapprochement et à la diversification des relations. La France a également tout intérêt à soigner son image aux yeux des Algériens, notamment de la communauté immigrée, non encore remise des «poussées» xénophobes de l'ère Sarkozy.
C'est cette même communauté qui avait renversé la vapeur en faveur du candidat socialiste au second tour de la présidentielle, révèle un sondage de l'Ifop. Cependant, à quelques mois de la visite de Hollande en Algérie, plusieurs dossiers doivent être assainis. Selon le chef de la diplomatie française, ces dossiers concernent la question des propriétés immobilières, la circulation des personnes et l'ouverture d'écoles.
Des dossiers qui seront ficelés bien avant la visite de François Hollande prévue pour la fin de l'année. Mais pour faire de la visite de Hollande une fête, Manuel Valls, qui sera à la rentrée sur les traces de Laurent Fabius, s'attellera, outre la préparation de la prochaine visite du président français, à renégocier les accords de 1968, inhérents à la circulation des personnes.
Sur un autre chapitre, et à l'inverse de ses prédécesseurs, en l'occurrence Brice Hortefeux et Claude Guéant, dont le passage à Alger a été «contrarié», Valls va sans doute envoyer des messages rassurants, aussi bien en direction de ses interlocuteurs que de la communauté immigrée.
Mais, comme la question de la mémoire constitue l'écueil principal pour une relation apaisée, Hollande va-t-il réussir là où ses prédécesseurs ont échoué? Lui qui, il y a une semaine, a reconnu la responsabilité de la France de Vichy dans la rafle des juifs au Vélodrome d'hiver, le 17 juillet 1942, va-t-il en faire de même pour les crimes coloniaux à grande échelle jusque-là restés impunis?
Car, si M.Hollande a qualifié la rafle du Vel d'Hiv de «crime commis en France et par la France», il ne doit pas feindre d'ignorer que les crimes perpétrés en Algérie lors de la période coloniale, ont été commis par la France et hors de ses frontières.
Source L’Expression
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires