Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 04:43

Colloque sur l'Algérie à Paris : Pour une véritable coopération économique

france algerie

Les relations entre la France et l’Algérie souffrent de la pénurie de la volonté politique, de l’inflation des institutions… » a indiqué M. Abdellatif Benachenhou, ancien ministre algérien des finances, jeudi, à Nanterre lors du colloque sur l’Algérie, organisé par l’association franco-algérienne A 92 (ACFA92), en collaboration avec le consulat d’Algérie et la mairie de Nanterre.

 Devant les interrogations des différents intervenants, concernant les blocages handicapant des entreprises françaises dans leurs tentatives d’investissement en Algérie et d’autre part, les « réticences » du gouvernement français à investir en Algérie, M. Benachenhou a souligné avec un ton d’humour «Il y a de petits cailloux dans les chaussures qui empêchent le train de rouler. On doit comprendre qu’il faut faire moins de vocabulaire et plus de réflexions.  ».

Il dira plus loin «  Nos amis Français ont beaucoup d’affection pour la Chine, parce que derrière il y a une puissance économique et c’est compréhensible. Nous avons des atouts importants qui doivent, cependant, être rendus insensibles à la politique politicienne. Et puis, disons-le, c’est l’ignorance de la proximité des Français… »

Ne s’arrêtant pas là, il dira « Il faut que les Français acceptent de partager la croissance avec l’Algérie » avant de jeter un pavé dans la mare «Si la France refuse de faire des affaires avec nous, elle aura des problèmes dans ses banlieues » Une manière de dire que le gouvernement de l’Hexagone a besoin, aussi, de l’économie algérienne pour « soigner » celui de son pays »

Pour atténuer, peut-être, un peu le ton de l’ancien ministre algérien, M. Mounir Gaouar a préconisé des échanges de partenariat gagnant gagnant, pour la création des richesses. Il faut noter qu’UBI France, un réel interlocuteur gouvernemental a boycotté cette rencontre. Nous y reviendrons sur tous les détails de ce colloque auquel ont participé la confédération algérienne du patronat, des entreprises algériennes et françaises…

Source El Watan Chahredine Berriah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires