Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 11:16
Société - La libido ne prend jamais sa retraite
couple-retraites.jpg 
Un couple de seniors.
Difficile d’imaginer pépé draguer la petite nouvelle de la maison de retraite. Et pourtant: le désir et la sexualité ne sont pas des meubles que l’on laisse derrière soi en entrant dans un établissement pour personnes âgées. «Il n’y a aucune raison de penser que l’âge éteint le désir, estime le sexologue Jacques Waynberg. C’est un désir assagi mais qui peut permettre de maintenir son identité d’homme et de femme.»
Ne pas renoncer au plaisir
Parce que conserver une sexualité est aussi une manière de rester en vie, certains établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) adaptent leurs pratiques pour permettre à leurs pensionnaires de conserver une sphère intime et affective. Ainsi, dans les établissements gérés par le Sivu des Rives de l’Elorn, dans le Finistère, les personnels soignants ont été formés au respect du droit des personnes âgées à «avoir une vie sociale ou affective mais aussi à la liberté de sortir, de boire, de fumer, de regarder la télé jusqu’à 4h du mat’… Il y a certains plaisirs auxquels je ne voudrais personnellement pas renoncer, même à 85 ans!», explique Eric Seguin, le directeur général.
Pouvoir demander à ne pas être réveillé par les rondes de nuit ou accrocher une pancarte «ne pas déranger» à sa porte: autant de droits accordés aux pensionnaires qui «peuvent verbaliser, dans le projet de vie construit avec eux, le fait qu’ils renoncent à un certain nombre de processus de sécurité impactant leur vie intime», explique Eric Seguin, qui refuse que les familles ne voient dans une maison de retraite qu’une manière de se sécuriser elles-mêmes. Un pari risqué, mais qui marche: «Cette philosophie différente où la personne âgée est partie prenante de son intégration a fait bondir le nombre de demandes d’admissions dans nos établissements», se réjouit-il.
Un instinct de vie
Ce n’est pas pour autant que les maisons de retraite du Finistère sont devenues des lieux de débauche: «Sur 250 résidents, il n’y a que cinq couples dont certains ont leur conjoint à l’extérieur», chiffre Eric Seguin. «Les histoires d’amour existent, mais elles sont rares», confirme Philippe Pons, directeur de la résidence médicalisée «Les Ambassadeurs» à Paris. «On peut distinguer trois types de sexualité: le fantasme, qui touche plus les hommes et consiste à profiter de certaines occasions pour voir ou toucher certaines parties du corps des soignants, la tendresse, qui est la forme la plus courante quand deux personnes se rapprochent en établissement, et les rares histoires d’amour», explique-t-il.
Même s’il est souvent difficile d’expliquer aux enfants que leur parent a un «flirt» avec un autre pensionnaire, il est important de respecter l’intimité des couples qui se créent. «On a toujours du mal à imaginer nos parents ou nos grands-parents dans leur sexualité, poursuit Philippe Pons. Le temps et la communication des équipes quant aux retombées positives aussi bien sur le moral que sur la santé de cette nouvelle relation aident à accepter la situation.» Des psychologues peuvent aussi intervenir auprès des enfants lorsque des parents atteints d’Alzheimer ont oublié qu’ils avaient encore un conjoint à la maison… Mais l’important, c’est que l’estime de soi ravivée par ces liens sentimentaux permette aux seniors de conserver l’instinct vital de la sexualité et de l’amour: «Aimer et être aimé, ça dure jusqu’à la mort», estime Eric Seguin.
Source 20minutes.fr Audrey Chauvet
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires