Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 08:39

Libye - L'entêtement de Kadhafi autorise tous les scénarios catastrophe

Kadhafi

 

Le chaos dont la Libye est en proie donne à envisager des scénarios catastrophe à tous les pays ayant, sous des formes diverses, à craindre pour eux la répercussion de cette situation.

Les Etats-Unis et les pays de l'Europe du Sud ont été les premiers à en faire état. L'Amérique, en estimant que ses intérêts géopolitiques et économiques sont en cause. Les pays européens, en déclarant craindre un afflux incontrôlable vers leurs rivages de populations fuyant l'enfer libyen provoqué par Kadhafi et ses partisans ou profitant pour le faire de l'effondrement de l'Etat dans le pays.

S'ils ne se prononcent pas officiellement sur ce qui se passe en Libye, les autorités des pays voisins, la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte, n'en sont pas moins inquiètes de ce que les évènements se déroulant dans ce pays peuvent avoir de développements dangereux pour la stabilité de leurs Etats respectifs. Pour ces trois pays, l'affaire libyenne est un véritable casse-tête. Le départ du pouvoir de Kadhafi ne signifiera pas pour eux la fin des hantises qu'à fait naître la situation créée par l'insurrection populaire contre celui-ci. Contrairement aux Occidentaux, ils ne voient pas dans la chute du dictateur libyen la fin du chaos que son entêtement à rester au pouvoir a provoqué. Personne ne contrôle la situation en Libye, et le vide ainsi créé fait du pays un espace dans lequel ne manqueront pas de s'implanter et d'agir toutes les forces ayant pour objectif la déstabilisation de la Tunisie, de l'Algérie et de l'Egypte. L'arsenal de l'armée libyenne, pratiquement en déshérence maintenant, finira pas tomber entre leurs mains. L'organisation terroriste Aqmi, par exemple, usera de tous les moyens pour se l'approprier.

A n'en point douter, les autorités sécuritaires algériennes appréhendent sérieusement cette probabilité. Car sa réalisation renforcerait la capacité de nuisance de l'organisation terroriste. La menace que l'Aqmi soit le grand bénéficiaire du chaos libyen n'est pas une simple vue de l'esprit pour les autorités algériennes et les experts des questions sécuritaires. En plus de l'armement auquel elle peut avoir accès plus facilement du fait de l'anarchie qui s'est instaurée en Libye, elle peut également étoffer ses rangs avec «les soldats perdus» de la cause du dictateur libyen

Al-Qaïda n'a été en rien à l'origine de la révolte du peuple libyen, comme l'a prétendu Kadhafi. Mais la situation ouverte par cette révolte et la guerre civile qu'elle a engendrée ne sont pas de celles que Ben Laden et ses affidés laisseront passer sans l'exploiter pour les sinistres desseins qu'ils entretiennent pour le Maghreb et le Sahel.

En visite à Alger dans ce conteste explosif dû aux évènements qui secouent la Libye, le coordonnateur pour le contre-terrorisme au département d'Etat américain y a certainement consacré une bonne part de ses entretiens et concertations avec ses interlocuteurs algériens.

Si coopération entre l'Algérie et les Etats-Unis il y a en matière de lutte contre le terrorisme, elle ne doit pas dans le cas de l'affaire libyenne souffrir de divergences sur les voies à emprunter et les moyens à mettre en œuvre pour empêcher Al-Qaïda et Aqmi d'en être les bénéficiaires.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires