Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 09:32

Libye - Comment se taire !

Des-morts-Tripoli.jpg

Comment se taire face au déluge de feu qui s’abat sur les Libyens ? Comment se taire devant ces images insoutenables de sauvagerie : des jeunes, des femmes et des enfants déchiquetés par les munitions de guerre utilisées par le pouvoir maffieux d’El Gueddafi ? Ce massacre à huis clos, qui se déroule chez nos voisins, interpelle la conscience humaine ; si tant est qu’il y a encore de l’humanité en ce bas monde. Ce personnage théâtral, qui amusait le monde depuis une quarantaine d’années par ses frasques, son ire et son délire, vient de nous montrer l’aspect le plus abject de sa personnalité : son goût irrésistible pour l’odeur du sang.

Celui de ses compatriotes qu’il veut condamner à être irrémédiablement des sujets corvéables à merci. Oui, le fantasque El Gueddafi vient de nous montrer le côté hideux et monstrueux de sa personnalité. Il a, en quelques jours, repoussé dramatiquement les limites de l’ignominie dans son entreprise génocidaire contre son peuple qui l’a supporté près d’un demi-siècle durant. Rien, absolument rien ne peut justifier les exactions et les expéditions punitives commises par sa garde prétorienne, sinon la maladie du pouvoir qui a fait perdre au «guide» la boussole de l’humanité. On a, effet, jamais vu un responsable d’un pays bombarder ses compatriotes avec des avions de chasse et de l’artillerie lourde. C’est carrément hallucinant ! De la folie.

Cela renseigne bien sur le profil psychologique de Mouammar El Gueddafi qui pourrait être catalogué dans la rubrique des gens anormaux, souffrant de schizophrénie. Ce sont des images atroces qui rappellent celles des enfants de Ghaza en 2009. Et, curieusement, le «monde libre» dont se gargarise Américains, Français, Britanniques et autres Allemands semble avoir perdu la voix. Pourtant, les milliers de Libyens se sont insurgés pour recouvrer précisément leur liberté et s’affranchir de la dictature d’un fou qui se prend au sérieux. Mais, hélas, les râles des Libyens peinent pour l’heure à transpercer les oreilles des ces puissants du monde si prompts à réagir quand il s’agit «d’héliporter» la démocratie en Irak ou de larguer la «liberté» en Afghanistan. Mouammar El Gueddafi, jadis indésirable est – comme par enchantement – redevenu fréquentable depuis quelques années par la magie des pétrodollars.

Tony Blair, Berlusconi, Condoleeza Rice et Sarkozy se sont précipités à la queue leu leu chez le «roi des rois d’Afrique» pour subir le grand oral du guide en contrepartie de contrats juteux. En Tunisie, comme en Libye et en Egypte, ce «monde libre» n’a pas de leçon de démocratie et des droits de l’homme à donner. On comprend mieux maintenant ce silence coupable des grandes puissances face à cette abominable extermination à laquelle se livre El Gueddafi et ses enfants contre le peuple libyen. Son fils, Seif El Islam, a brandi hier son sabre contre ses compatriotes. Il a averti que l’armée allait déclencher «la guerre totale jusqu’à la dernière goutte de sang». Cette furia sanguinaire du fils du père est maintenant dans sa phase d’exécution. Et, à Dieu ne plaise, jusqu’à la «solution finale». Comment se taire, alors ?

Source El Watan Hassan Moali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires