Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 10:40

Des insurgés défilent devant un char des forces loyalistes libyennes carbonisé près d'Aldjabiya reprise le 26 mars 2011

Les rebelles ont repris samedi des villes strategiques

 

Des proches du colonel Kadhafi ont commencé à faire "défection" face à l'intervention de la coalition en Libye

C'est ce qu'on déclaré dimanche Hillary Clinton et Robert Gates, respectivement à la tête de la diplomatie et de la défense américaines.

Les rebelles libyens qui poursuivaient dimanche leur progression vers l'ouest tiennent la ville de Bin Djaouad, se rapprochant encore de Syrte, la ville natale de Mouammar Kadhafi qui contrôle l'accès à Tripoli.

Après avoir repris la veille, avec l'aide de l'aviation de la coalition internationale, les villes stratégiques d'Ajdabiah et de Brega, les insurgés étaient entrés dimanche matin dans Ras Lanouf.

Les insurgés avaient rejoint Oukaïla, située à 110 km à l'ouest d'Ajdabiah, et dernière localité sur la route menant au port pétrolier de Ras Lanouf dans golfe de Syrte.

Samedi, la coalition internationale avait mené samedi des raids aériens intensifs contre les forces loyales au colonel Kadhafi sur les 400 km de route menant d'Ajdabiya à Syrte (est).

Le rythme des opérations aériennes n'a pas faibli avec 160 sorties recensées contre 153 la veille, a annoncé le Pentagone. La coalition internationale a mené également des raids aériens sur les villes de Syrte (est) et Sebha (sud), selon la télévision libyenne et des témoins.

Fort du soutien international, les insurgés ont repris coup sur coup samedi le contrôle du verrou stratégique d'Ajdabiya, à 160 km au sud de Benghazi, fief de l'opposition, puis de la ville pétrolière de Brega, à 80 km plus à l'ouest, selon des journalistes sur place.

Selon le vice-amiral américain Bill Gortney, l'armée libyenne a été considérablement affaiblie: "Kadhafi n'a quasiment plus de défense  anti-aérienne et n'a plus qu'une capacité réduite de commander et de soutenir ses troupes sur le terrain.  Son aviation ne peut plus voler, ses navires restent au port, ses dépôts de munitions continuent d'être détruits, les tours de communications sont  abattues, ses bunkers de commandement rendus inutilisables", a-t-il détaillé.

Un signe d'ouverture du régime ?

Le régime libyen s'est dit prêt "à mettre en oeuvre" un plan de l'Union  africaine (UA) qui propose la cessation des combats et l'ouverture d'un  dialogue entre Libyens en préalable à une "transition" démocratique.

"Nous sommes prêts à mettre en oeuvre la feuille de route" envisagée par l'UA, y compris "la mise en oeuvre d'une politique qui réponde aux aspirations  du peuple libyen de façon pacifique et démocratique", ont affirmé les membres d'une forte délégation gouvernementale à une importante réunion de l'UA à Addis Abeba, où aucun représentant de la rébellion n'était présent.

Le chef d'état-major français, Edouard Guillaud,  a déclaré que les opérations militaires allaient vraisemblablement se prolonger des "semaines".

Source FR3.fr FTV avec agences  AFP/Aris Messinis

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires