Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 10:10

El Gueddafi déclare la guerre totale

Libye drame humanitaire

 

Mouammar El Gueddafi s’est engagé hier dans une guerre totale contre son peuple en usant d’avions de chasse et de blindés, et jurant de répandre le sang de la rébellion.

Le monde a découvert, hier, des images hallucinantes de villes entières transformées en champs de bataille, qui rappellent au mauvais souvenir la guerre Irak-Iran. Même les enfants et les femmes n’ont pas été épargnés par la folie meurtrière d’El Gueddafi déterminé à sauver son trône quitte à marcher sur les cadavres de ses compatriotes. Comble du cynisme, la télévision officielle du régime finissant a fait un envoi depuis un champ de bataille, à partir duquel le journaliste visiblement dépourvu d’humanité, montrait des cadavres de jeunes combattants tués qu’il affublait du qualificatif de «mercenaires». C’est, poussé jusqu’à l’extrême, la vision macabre d’un régime terroriste décidé à imposer la «solution finale».

Le «guide» déboussolé s’est lancé, hier encore, dans une série d’interviews à des médias étrangers et parlé à «sa télévision libyenne», pour accuser pêle-mêle l’Occident et Al Qaîda d’être responsables de la rébellion.  Le fou a tenté maladroitement de faire un odieux chantage à l’Occident, allant jusqu’à faire les yeux doux à Israël qu’il se propose de sauver d’Al Qaîda ! «Si Al Qaîda réussit à s’emparer de la Libye, alors la région toute entière, jusqu’en Israël, sera la proie du chaos», a-t-il dit à la chaîne publique turque TRT. Sur la zone d’exclusion, il a estimé qu’en cas de mise en place, «les Libyens verront ce que ces pays veulent vraiment faire – prendre leur pétrole – et ils prendront alors les armes». El Gueddafi a aussi de nouveau affirmé qu’il ne quitterait pas le pouvoir, malgré les sanctions internationales et l’ouverture d’une enquête de la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Odieux chantage

Au plan diplomatique, il a dépêché hier un émissaire au Caire, au moment où ses forces multipliaient les attaques dans l’est du pays, notamment près d’une raffinerie, contraignant les insurgés à reculer de quelques kilomètres. Abdelrahmane al-Zawi, membre du cercle rapproché du numéro un libyen et responsable des questions de logistique et d’approvisionnement, est arrivé au Caire à bord d’un avion libyen, selon un responsable aéroportuaire. Sur le terrain, où l’insurrection a fait des centaines de morts et poussé à la fuite près de 200 000 personnes depuis le 15 février, les forces d’El Gueddafi semblaient gagner du terrain sur le front est face aux insurgés. Après avoir essuyé des tirs d’artillerie et des frappes aériennes des forces loyalistes, de très nombreux combattants rebelles, amassés dans des dizaines de véhicules, se repliaient vers Ras Lanouf (est), une ville stratégique pétrolière tenue par les insurgés.

Un avion de chasse a mené une attaque touchant la raffinerie située aux abords de Ras Lanouf. Un peu plus tôt, d’importantes explosions avaient été suivies par d’immenses flammes et des boules de feu dans le ciel au-dessus de la raffinerie As Sidra.

El Gueddafi joue le protecteur d’Israël !

Les rebelles semblaient pourtant auparavant avoir gagné du terrain, tirant quelque 50 roquettes, alors que certains avançaient plus vers l’ouest. Après avoir appelé en vain à son départ, les Etats-Unis et l’Europe se sont tournés vers l’opposition, rencontrant respectivement au Caire et à Strasbourg des représentants du Conseil national de transition, mis en place à Benghazi, épicentre de l’insurrection à 1000 km à l’est de Tripoli. Mais à la veille des concertations des Occidentaux à Bruxelles au sein de l’OTAN et de l’Union européenne, la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton, a refusé de soutenir la reconnaissance du Conseil national, estimant que cette décision revenait «au Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement». Paris, Washington et Londres continuent, de leur côté, d’étudier les moyens d’arrêter la répression, dont l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne en Libye. Le vice-président américain, Joe Biden, se trouvait en Russie, réticente à une telle zone.

Source El Watan Hassan Moali et agences

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires