Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 10:02

Sur fond de guerre civile en Libye - Les derricks de l’OPEP sous pression

pompagepetrole.jpg

 

La guerre civile qui se déroule en Libye met les derricks de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP sous pression.

L’option d’une augmentation de la production est ainsi discutée entre les membres de l’Opep même si aucune décision n’était prise hier. Selon le ministre koweïtien du Pétrole, Ahmed Abdallah Al- Sabah, des consultations ont eu lieu entre les membres de l’Organisation sur l’impact des affrontements violents en Libye. Dans ce pays qui représente 1,55 million de barils/jour, le port pétrolier de Ras Lanouf qui dispose d’environ 200 000 barils dans son terminal et abrite une raffinerie d’une capacité de 220 000 barils/jour, a été touché par des raids aériens. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les pertes de la production libyenne représentaient de 850 000 à 1 million de barils/jour, soit plus de la moitié de la production du pays et environ 1% de la consommation mondiale. Toutefois, l’Opep «n’a pas décidé vers où aller», a affirmé hier le responsable koweïtien qui a démenti que le Koweït ait augmenté sa production. En augmentant sa production, l’Opep contribuera-t-elle à stabiliser les cours du pétrole qui ont connu, les dernières semaines, une hausse de plus de 20% ? Cela même si les cours fléchissaient, mardi matin à 114,91 dollars le baril de Brent, après être monté, la veille lundi, jusqu’à 118,50 dollars, se rapprochant de leur pic du 24 février dernier (119,24 dollars). Et dans la mesure où l’évolution des cours a été influencée par les récentes déclarations du secrétaire général de la Maison Blanche, William Daley. Selon l’officiel américain, les Etats-Unis n’excluaient pas de puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour endiguer la flambée des prix liée à l’instabilité dans le monde arabe. Or, l’augmentation de la production de l’Opep (officiellement de 24,84 millions de barils/jour), conjuguée à l’option américaine, suffira-t-elle ? Rien n’est évident, d’autant que les prix pourraient augmenter davantage, si l’instabilité atteint l’Arabie saoudite, plus grand producteur de pétrole, où des appels à manifester ont fleuri, ou d’autres pays comme Bahreïn et le Yémen. Or, l’Opep dispose d’un excédent inutilisé de 6 millions de barils/jour, la hausse de la production devenant donc injustifiée ! En précisant que la production mondiale est évaluée à 87 mbj, la demande en pétrole reste soutenue et la durée des stocks est de 61 jours. En pompant davantage ou en maintenant ses niveaux actuels, l’Opep restera néanmoins sous pression jusqu’à sa réunion prochaine en juin 2011.

Source Le Soir d’Algérie C.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires