Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 07:57

Crise libyenne: Kadhafi et ses amazones

crepuscule El Gueddafi

 

Etrange attitude que celle du «Guide» de la révolution libyenne au soir de la première salve tirée par l'ennemi. Sans riposte digne du combattant qu'il se proclamait, il menace de mettre le feu à la Méditerranée.

Dès les premières frappes françaises, samedi à 17h 45, sur des colonnes de blindés libyens aux alentours de la ville de Benghazi, les deux porte-parole du gouvernement de Kadhafi (l'un en langue arabe, l'autre en anglais) répétaient que leurs forces armées avaient stoppé toute action militaire contre les insurgés dans l'heure qui a suivi le vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'Onu, se conformant ainsi à la volonté de la communauté internationale. Ils ont annoncé que la Libye est ouverte à l'accueil d'une Commission internationale d'enquête et de vérification des faits sur le terrain. Vrai ou faux, peu importe, trop tard. La guerre avait commencé et leurs déclarations ressemblaient, à s'y méprendre, à une reddition sans la moindre résistance face à «l'ennemi».

Ainsi Kadhafi a passé plus de quarante longues années à dépenser des milliers de milliards de dollars en armements en tous genres pour que, le moment de vérité venu, ils ne lui servent que pour un seul but : réprimer son propre peuple dans le sang. Quarante années à acheter des centaines d'avions de combat, des missiles sol-air, des milliers de chars, tanks et corvettes de combat ... pour équiper près de 100.000 combattants et pour qu'à la première attaque contre son pays, il agite le drapeau du vaincu. Quelle triste fin pour un «leader» qui se vantait d'avoir la première armée arabe et africaine ! Quelle honte d'avoir terrorisé avec son armada son propre pays et levé les bras à la première salve venue d'ailleurs ! Pathétique fin de règne d'un «Guide révolutionnaire arabe» abandonné, trahi par des frères de «l'énigmatique» Ligue des Etats arabes posant pour la gloire dans les salons de l'Elysée à Paris, aux côtés de ses ennemis occidentaux. Saddam Hussein lui, a riposté et tenté de résister quelques jours avant de battre en retraite dans une cache au milieu de villageois. Kadhafi s'est retiré, au premier soir de la guerre, dans son bunker, protégé par un bouclier humain de partisans civils. Et de là, il a appelé par radio interposée «au secours» le reste du monde auquel il a fait, depuis plus d'un mois, la sourde oreille lorsque celui-ci le suppliait d'entendre raison et de cesser d'assassiner son peuple. 1.000, 2.000, 6.000, 10.000... Libyens martyrisés dans un bain de sang par d'autres Libyens à ses ordres. Jusqu'aux premières heures du dimanche, Kadhafi, dérivant dans ses délires, menaçait encore de mettre à feu la Méditerranée et d'attaquer sans distinction des cibles civiles. Attaquer qui ? Les voisins tunisiens et égyptiens ? Il est encore temps pour le colonel Kadhafi d'éviter le pire en se conformant sans délai et sans réserve à toutes les exigences de la communauté internationale. La porte de la diplomatie se rouvrira au moment où les agressions cesseront», a garanti le président français dans sa déclaration qui a suivi le début des opérations contre la Libye.

Un sursis supplémentaire. Cela n'a pas suffi, parce que Kadhafi sait qu'il lui sera exigé de quitter définitivement le pouvoir et de rendre des comptes à son peuple pour les crimes commis et les vols des biens du peuple libyen au profit de sa famille. Acculé dans son bunker, ses discours se confondent entre appel à l'aide et menaces sur des cibles civiles. Tout en reniant la légitimité du Conseil de sécurité de l'Onu, il l'appelle pour une réunion d'urgence. Comme si le «bouclier humain» autour de sa résidence-bunker ne lui suffisait pas, des marins étrangers dans le port de Tripoli sont retenus en Otage, alors que des journalistes subissent le même sort. Et jusqu'à la menace de lâcher des vagues d'immigrés clandestins sur l'Europe, lui qui leur a réservé des camps de rétention financés par ceux qui le frappent aujourd'hui. Ridicule. Ce sont les signes désespérés du vaincu. Kadhafi ira-t-il jusqu'à s'abriter derrière ses derniers gardes du corps, ses «amazones» qu'il se plaisait à exhiber aux yeux du monde ? Pourtant, un seul geste suffira pour éviter à «son» pays la destruction, la ruine et les morts : se livrer. Insensé qu'il est, il ne croit pas encore à sa fin, jusqu'au jour où quelques soldats occidentaux viendront le chercher dans sa résidence-bunker. Ainsi finissent aujourd'hui les tyrans.

Source Le Quotidien d’Oran M'hammedi Bouzina Med

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires