Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:22

Kadhafi seul contre tous

crepuscule El Gueddafi

 

N’ayant plus qu’une partie de Tripoli sous son contrôle, le leader libyen est désormais isolé sur la scène internationale, après la série de sanctions décidées à l’unanimité contre lui et ses proches par l’organe exécutif des Nations unies, qui a également saisi la Cour pénale internationale.

L’étau se resserre chaque jour davantage autour de Mouammar Kadhafi, qui ne peut désormais plus quitter Tripoli, où il est encerclé par les manifestants, et coincé aussi par les sanctions onusiennes l’empêchant de voyager à l’étranger. Ainsi, même ses soutiens à l’étranger l’ont lâché, à l’image de la Russie et de la Chine qui ont fini par se ranger du côté des autres membres du Conseil de sécurité en votant à l’unanimité la résolution de sanctions contre le régime Kadhafi.

Emboîtant le pas aux Nations unies, la Grande-Bretagne a levé hier l'immunité diplomatique sur la famille Kadhafi. Cela étant, c’est sans difficulté que l’organe exécutif de l’ONU avait adopté, samedi à l'unanimité, une résolution imposant des sanctions sévères au colonel Mouammar Kadhafi, à sa famille et à des proches du régime. Un embargo sur la vente d'armes et de matériels connexes est désormais imposé à la Libye, ainsi qu’une interdiction de voyager sur le sol des États membres concernant seize personnes, dont Mouammar Kadhafi, sept fils et sa fille, et des personnes intimement liées au régime.

Par ailleurs, considérant que “les attaques systématiques” contre la population civile en Libye actuellement en cours “peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité”, les États membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont décidé de transférer au procureur à la Cour pénale internationale (CPI) la situation en Libye depuis le 15 février et demandent aux autorités libyennes “de coopérer pleinement” avec le tribunal. Cette décision a été longuement contestée par certains pays, qui ont émis des objections.

Il s’agit de la Chine, de la Russie, de l'Afrique du Sud, de l'Inde, du Brésil et du Portugal. Le recours à la CPI était d'autant plus discuté que six États du Conseil de sécurité n'en sont pas membres, dont les États-Unis, la Chine et la Russie. L’ambassadeur de Libye à l'ONU, Abdurrahman Chalgam, ancien ministre des Affaires étrangères, avait cependant fait parvenir une lettre samedi au Conseil de sécurité dans laquelle il déclarait soutenir le recours à la CPI.

Après le vote, l'ambassadeur a souligné que le régime libyen n'avait “plus aucune légitimité”. “Cette résolution sera un signal pour mettre fin à ce régime fasciste qui existe encore à Tripoli”, a-t-il dit. Un gel des avoirs financiers du colonel Kadhafi, de quatre de ses fils et d’un proche du régime a été décidé lors du vote, qui a eu lieu en présence du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

Dans le même ordre d’idées, les membres du Conseil demandent en outre la fin immédiate des violences et que des mesures soient prises pour répondre aux aspirations légitimes du peuple libyen. Ils exhortent les autorités libyennes à agir “avec la plus grande retenue”, à “assurer la sécurité de tous les étrangers”, à “assurer le passage sûr des fournitures humanitaires et médicales” et à “lever immédiatement toutes les restrictions sur toutes les formes de médias”.

S'agissant de l'embargo sur les armes, il concerne toutes les ventes et tous les transferts de toutes les catégories d'armes et de munitions, de même que toute assistance dans le domaine militaire à la Libye.

Pendant ce temps, les évacuations massives d'étrangers fuyant la Libye se sont poursuivies dimanche, avec l'arrivée, notamment, d'un navire militaire italien à Catane, en Sicile, avec près de 260 personnes à bord, alors que 100 000 personnes ont déjà quitté le pays. “Près de 100 000 personnes”, des travailleurs égyptiens et tunisiens principalement, ont fui la Libye pour les pays voisins, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés qui tente de leur venir en aide. L’exode se poursuit.

Source Liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires