Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 00:18

50e anniversaire du décès d’Albert Camus : L’humaniste incompris

 

Le monde de la pensée littéraire s’apprête à célébrer, le 04 janvier 2010, le cinquantième anniversaire du décès d’Albert Camus. Cet écrivain français, natif d’Algérie et prix Nobel de littérature en 1957, n’est plus à présenter. Il y a eu en effet tant d’écrits le concernant depuis la publication de son roman L’Etranger » (1942), et ceci à travers le monde dans son ensemble, qu’il serait impossible d’en comptabiliser le nombre.
De tous les écrivains français de son époque, il est à coup sûr le seul à avoir connu une renommée mondiale fulgurante, mais aussi une controverse par rapport non seulement à son œuvre, mais aussi à ses engagements politiques. Adulé par certains, pourfendu par d’autres, Albert Camus continue, 50 ans après son décès, à susciter l’intérêt et à provoquer la polémique. Mais il est en tout cas certain que la majorité s’accorde sur une chose et de taille : Albert Camus l’humaniste. Et encore, ce n’est pas très sûr. Plus que l’écrivain qui a fait ses preuves et qui a été récompensé par le prix Nobel de littérature, c’est davantage l’homme qui nous intéresse à travers cette célébration. En effet, qui était Albert Camus ? L’avenir a-t-il donné raison ou tort à l’écrivain engagé ? Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui on pourrait dire qu’Albert Camus est toujours et plus que jamais d’actualité ?
Entre ma mère et la justice
Qualifié de philosophe ou de romancier de tous les temps, et quelle que soit la catégorie où l’on placerait Albert Camus, l’homme et l’écrivain, reste, quoi que l’on dise à son sujet, un nom qui a marqué de sa plume prestigieuse l’histoire mondiale de la littérature, mais aussi l’histoire de la politique. En effet, l’homme n’est guère resté indifférent aux soubresauts du monde, et encore moins à ceux de son pays natal, l’Algérie. Le prix Nobel ne récompensa pas seulement le talent, mais aussi l’écrivain engagé. « Il ne se dérobe à aucun combat, après avoir été un des premiers à protester contre les inégalités frappant les musulmans d’Afrique du Nord, il devint l’ami secourable des exilés espagnols antifascistes, des victimes du stalinisme, des jeunes révoltés, des objecteurs de conscience. En lui décernant le prix Nobel, l’académie suédoise le cita comme l’un des plus engagés parmi les écrivains opposés au totalitarisme », écrit H.R. Lottman. Mais pour ses détracteurs, dont nombre d’Algériens et d’intellectuels français de gauche, point d’humanisme en Albert Camus.
Et ils remettent sur le plateau cette fameuse phrase prononcée par l’écrivain célébré à Stockholm en 1957 : « Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice. » José Lenzini écrit à ce sujet : « Ce jour-là, c’était le lendemain de la réception du prix Nobel, au cours d’une conférence de presse, Albert Camus apparaissait comme un renégat à la face de bien des intellectuels de gauche et de la quasi-totalité des nationalistes algériens en passe d’obtenir l’indépendance de leur pays ». Mais Albert Camus, qui ne cherchait certainement à blesser personne, et qui ne s’attendait pas à ce qu’un militant algérien l’interpellât sur la question algérienne, à Stockholm même, alors qu’il venait d’obtenir le prix Nobel de littérature, a peut-être répondu sans mégarde pris dans le flot de l’émotion.
Mais l’écrivain est connu pour ne jamais parler (ou écrire) pour ne rien dire. Quels que soient les justificatifs que l’on pourrait trouver à Albert Camus d’avoir prononcé une phrase qui a blessé nombre d’Algériens, et qui colle à ce jour à sa mémoire, et que ses détracteurs brandissent pour lui renier sa part d’algérianité, il est sûr que le combat de l’homme pour la justice ne souffre aucune controverse sérieuse, car sa vie entière a été un combat permanent contre l’injustice et le totalitarisme. Mais Albert Camus qui appelait les Algériens mes frères, n’avait assurément pas droit à l’erreur, même s’il précisa à celui qui l’avait interpellé à Stockholm qu’« il avait été le seul journaliste français obligé de quitter l’Algérie pour avoir défendu les musulmans ».
Les Algériens, mes frères
Il appelait les Algériens mes frères, et eux le considéraient comme tel, parce qu’Albert Camus a toujours joint la parole aux actes. Parce que beaucoup de ses vrais amis étaient Algériens, et parce qu’il était le premier à les défendre lorsqu’ils étaient brimés. Autant dire qu’il a toujours défendu le peuple opprimé. Dans ses jeunes années de journaliste à Alger Républicain, il a dénoncé la misère en Kabylie. Et ceci est une première venant d’un jeune pied-noir, dans une période où il ne faisait pas bon être du côté indigène, et durant une période où le mouvement national algérien faisait déjà parler de lui. Albert Camus en paya le prix fort, puisqu’à cause de ses articles dérangeants sur la misère en Kabylie, Alger Républicain fut interdit et Albert Camus privé d’écriture. On pourrait même dire qu’il fut interdit de séjour à Alger, puisqu’on lui refusa le droit d’y professer la philosophie. On lui proposa un poste de professeur de latin à Sidi Bel Abbès, une ville de l’ouest du pays où il lui fut insupportable d’y rester un seul jour. Il finit par accepter un poste à Oran. Une ville qu’il n’aima point. Albert Camus fit ressortir toute sa souffrance intérieure d’être condamné à vivre loin de sa ville, Alger, source de son inspiration première, dans son deuxième roman au titre révélateur La Peste (1947).
Il était celui qui appelait les Algériens « mes frères », et s’était insurgé contre l’administration coloniale lorsque cette dernière avait emprisonné des militants nationalistes algériens. Ceci bien sûr n’était pas bien vu des Français d’Algérie qui ne toléraient pas que l’un des leurs, et non des moindres, fasse de ses amitiés algériennes une affaire publique. Les romanciers français d’Algérie eux-mêmes, plutôt ceux regroupés autour d’un mouvement appelé algérianisme, et à leur tête Jean Pomier, fustigèrent l’écrivain de leur rancœur. Pomier écrit en effet que Camus était « malgré lui un des plus brillants naufrageurs de son pays natal ». José Lenzini précise à ce sujet : « Les pieds-noirs dans leur immense majorité accuseront Camus de lâcheté et le conspueront le 23 janvier 1956 quand il viendra proposer une trêve civile ». Albert Camus était pourtant celui qui cherchait continuellement le consensus, n’arrivant pas à se faire à l’idée de renoncer à vivre avec ses frères algériens, comme il n’arrivait pas à accepter l’idée que plus d’un million de pieds-noirs puissent un jour quitter ce pays qu’Albert Camus considérait comme étant aussi le leur. Une double souffrance.
Cette double souffrance est celle-là même qui fera de lui un incompris, chacun exigeant du prix Nobel de littérature qu’il choisisse son camp. Pour les Algériens, Albert Camus a bel et bien choisi le sien, celui des Français d’Algérie et la phrase prononcée à Stockholm est un aveu. Pour les Français d’Algérie, il a au contraire choisi le camp de ses frères algériens puisqu’il n’a jamais parlé d’une Algérie française. Aux uns et aux autres, Albert Camus répond : « Je ne veux pas, je me refuse de toutes mes forces à soutenir la cause de l’un des deux peuples d’Algérie, au détriment de la cause de l’autre. » (Actuelle III). Contre la guerre d’indépendance, et dénonçant la violence d’où qu’elle vienne, il accentua les rancœurs de ceux qu’il appelait ses frères, et des intellectuels français de gauche partisans de l’indépendance de l’Algérie, dont le plus célèbre d’entre eux, Jean-Paul Sartre, qui se détournèrent de lui. Et auxquels il explicite sa pensée :« Français, je ne puis m’engager dans les maquis arabes. Français d’Algérie, et dont la famille est exposée sur les lieux-mêmes, je ne puis approuver le terrorisme civil qui frappe d’ailleurs beaucoup plus les civils arabes que les Français. On ne peut pas me demander de protester contre une certaine répression, ce que j’ai fait, et de justifier un certain terrorisme, ce que je ne ferai pas. » (José Lenzini).
Lorsqu’il parla de fédéralisme, ce ne fut rien qu’un pavé dans la mare, car il ne fut entendu ni de ses frères de sang ni de ses frères algériens. Face à la polémique et aux surenchères qui ne faisaient qu’enfler, Albert Camus choisit de se taire en « s’exilant » dans le Limousin : « J’ai décidé de me taire en ce qui concerne l’Algérie, afin de n’ajouter ni à son malheur ni aux bêtises qu’on écrit à son propos. » (Actuelle III)
Tort ou raison?
Pour Ahmed Taleb El lbrahimi, « Camus a manqué de courage et de lucidité à l’heure des choix décisifs. » Pour Abdelkhébir Khatibi, « Camus est bien mort pour plusieurs générations dans le cœur des Maghrébins ». Pour René Quinn, « si l’on pense aux épisodes sanglants qui précédèrent et suivirent l’indépendance, à l’exil auquel ont été condamnés la plupart des pieds-noirs, à l’état de crise latente, économique et politique où semble vivre l’Algérie actuelle, on ne peut s’empêcher de penser que les faits n’ont pas jusqu’ici donné tort à Camus ; il serait probablement un des premiers à le regretter ». Pour Albert Camus qui se débattait avec la question algérienne, celle de l’URSS qui surgit dans le débat français, n’arrangea pas les choses. Mais l’avenir plus rapide que prévu, lui donna raison, avec certitude au moins sur ce registre. René Quinn rendant hommage à l’écrivain engagé écrit : « On peut cependant espérer que l’avenir lui rendra justice et saura apprécier à sa juste valeur en lui ce personnage rare à toutes les époques, un homme de cœur qui savait malgré tout garder la tête froide. »
L’écrivain est encore aujourd’hui un billet gagnant pour les éditeurs (exemple La Peste vendu à ce jour à plus de 5 millions d’exemplaires) car son œuvre se vend toujours avec la même régularité. Mais Albert Camus, l’homme, est toujours au cœur des polémiques par rapport à l’œuvre elle-même, ou par rapport à l’engagement de son auteur sur la question algérienne. C’est ceci qui fait justement la grandeur de son œuvre et la pérennise, car elle interpelle le lecteur de génération en génération. Raison pour laquelle l’écrivain est toujours et plus que jamais d’actualité. La noblesse de ses idéaux et sa pensée profonde ont fait de lui, comme le dit à juste titre René Quinn, « un personnage rare à toutes les époques ». Et l’humaniste qui de son Algérie natale a intercepté le cri de détresse de Stefan Zweig, l’écrivain juif autrichien persécuté par les nazis, interdit d’écriture et dont l’œuvre a été brûlée, et décida à la suite du suicide de son auteur de la véhiculer à travers sa propre œuvre afin de lui permettre de perdurer à la barbe des nazis, et ceci au péril de sa propre vie et au risque d’être fustigé par ceux qui ne comprendraient pas son geste, démontre que l’humaniste était dédoublé d’un homme au courage insoupçonné.
« Sachons gré à Camus de nous avoir montré que l’art est la noblesse de l’homme. Mais qu’il ne saurait subsister d’art là où l’homme est avili ». (Pierre de Boidesffre)
L. B. B. : Docteur en communication

Notes :
Camus (Albert), Actuelle 1/1. 1939-1958, Gallimard, Paris, 1958. De Boidesffre (Pierre), Métamorphose de la littérature, Asatia, Paris, 1951. Khatibi (Abdelkhébir), Le roman maghrébin, SMER, Rabat, 1979. Lottman (H.R), Albert Camus, Beauchesne, Paris, 1990. Lenzini (José), L’Algérie de Camus, Edisud, Paris, 1987. Pomier (Jean), Chronique d’Alger (1910-1957) ou le temps des algérianistes, La pensée universelle, Paris, 1972. Quinn (René) Albert Camus devant le problème algérien, in revue des Sciences humaines, n° XXXII, octobre-novembre 1967. Taleb El Ibrahimi (Ahmed), De la colonisation à la révolution culturelle (19621972), SNED, Alger, 1973. En ce qui concerne Albert Camus-Stefan Zweig, voir le résultat de notre recherche publié dans El Watan du 23 et 24 avril 2006 et intitulé « La vérité sur L’étranger d’Albert Camus. Le coauteur de Stefan Zweig »
Source El Watan Leïla Benammar Benmansour
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

sophie 03/01/2010 17:52


Magnifique portrait de ce célèbre écrivain Français du Vingtième siècle!
Merci
Sophie


Le Pèlerin 03/01/2010 22:06



Bonsoir Sophie,
Je l'admire aussi et je suis heureux de voir que nombreux sont ceux qui partagent mon avis
Bonne soirée
Le Pèlerin