Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 00:34

 Pensées d’Automne...

Je vous propose un poème de notre ami et poète d'Hussein-dey Serge Molines...

Ses textes sont toujours fort appréciés par mes lecteurs

Qu'il en soit remercié pour tout le plaisir qu'il nous donne à nous faire partager ses sentiments et ses souvenirs nostaliques de l'Algérie...

L-Automne-par-Serge-Molines.gif

 

Je vois la nature changer rapidement. Toutes ces couleurs mordorées sont très belles à contempler. Les allées sont encombrées de feuilles mortes et par ci, par là on les voit tourbillonner dans le ciel et tomber avec grâce sur le sol. Elles résistent au vent où à la brise pour rester accroché aux branches mais  finissent par lâcher prise pour venir s’évanouir sur le sol. Je regarde tous ces arbres  qui se  déshabillent sans pudeur sous mes yeux  laissant apparaître leur silhouette noueuse et inquiétante. Je détourne mon regard mais une feuille légère comme une plume vient me caresser la joue et se poser délicatement sur mon épaule...De là-haut, quelqu’un voudrait-il me dire quelque chose ? Peut-être, je ne sais pas.

Je lève les yeux au ciel et je regarde ces branches d’arbres  qui sous l’effet du vent, en gestes désordonnés  semblent me saluer. Elles ont perdu leur superbe et se soumettent  à l’endormissent habituel, attendant la venue de la douce et blanche neige qui leur donnera  momentanément la beauté qu’elles  ont perdue. Toutes ces couleurs chatoyantes, cendrées aux reflets chauds et délicats se détachent sur un ciel gris, triste, mais elles donnent encore à la nature qui s’enfuit un semblant de vie qui s’effiloche au fil des jours.  La végétation se meurt lentement comme se meurent les soirées chaudes d’Eté, lentement, et les feuilles et bois morts qui forment sur le sol un tapis généreux   crissent  sous mes pas  en longues plaintes  qui résonnent dans la forêt. Les chants joyeux et mélodieux des oiseaux ont presque disparu plongeant  la forêt dans  un silence pesant et brutal qui provoque la mélancolie et l’interrogation.

Un brusque coup de vent balaye le sol soulevant brusquement les feuilles qui terminent leur course aux pieds des arbres laissant apparaître quelques lambeaux de terre recouverts d’herbe ou de mousse vertes. Il se dégage de cette terre humide et froide  une odeur âcre de bois morts et de champignons.

Assis sur un tronc d’arbre  probablement abattu par le vent, je réveille les souvenirs  enfouis au fond de ma mémoire pour les faire revivre avec chaleur et bienveillance. Ils  vont me faire voyager encore une fois, avec la plus grande nostalgie vers cette belle terre d’Algérie  si chère à mon cœur. Cœur meurtri  et déchiré par cette séparation odieuse qui est venue anéantir brusquement et définitivement  notre vie, nos espoirs et nos rêves. Abandonnés dans les méandres de la vie, perdus dans une voie sans issue nous avons dû endosser avec fierté et détermination notre costume de  « rapatriés «  pour  errer indéfiniment  à la recherche du chemin qui saura nous conduire vers la paix, le bonheur et la sérénité.

Je regarde le paysage qui m’entoure et ne peux m’empêcher de le  comparer à celui grandiose de mon enfance avec pour toile de fond perpétuelle, le soleil, la mer , le ciel bleu , les hivers si doux, les petites routes caillouteuses bordées de figuiers de barbarie , de roseaux , d’acacias ,les grandes forêts de pins , de chênes lièges, d’eucalyptus,  les grandes plantations d’orangers, de citronniers , d’oliviers et les couchers de soleil étourdissants de beauté . Je pense encore aux Etés torrides, au siroco , ce vent chaud venu du Sahara qui nous apportait un  sable fin qui se faufilait dans le moindre interstice . Je n’oublie pas les terres arides  et désertiques où le manque d’eau se fait sentir mais qui restent quand même d’une beauté incomparable et inoubliable.  Tous ces paysages qui ont marqué mon enfance et mon  adolescence me manquent terriblement .Rien de comparable avec ce que je vois aujourd’hui. Ce vide profond et ce déracinement  qui sévissent  en moi  m’oppressent. Je suis triste car rien ne reviendra comme avant  et j’ouvrirais encore longtemps ce beau livre de souvenirs et laisserai mon âme faire revivre ce passé afin que je ne puisse  jamais l’oublier.  Merci mon dieu de m’avoir permis de vivre  dans un pays aussi merveilleux,  donnant à ma vie le décor le plus somptueux , le plus absolu qui puisse exister. Merci aussi à l’Algérie de m’avoir donné tout ce qu’elle avait de meilleur et d’une valeur inestimable, qui m’a permis de constituer  un capital confortable  de souvenirs éclaboussés de  lumière aujourd’hui définitivement enfouis dans mon âme..   

Il se fait tard, de lourds nuages noirs assombrissent le ciel, je quitte ma place et ce décor où la vie commence  à se figer. Je remonte le col de mon blouson, un frisson me  parcourt, j’ai un peu froid …bonjour l’Automne !...

Auteur Serge Molines Novembre 2010

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

comparateur mutuelle 15/11/2010 10:00



interessant ton article :)



Le Pèlerin 16/11/2010 06:45



Bonjour Comparateur
Mutuelle....


Je suppose que tu dois être très occupé avec les remboursements de moins en moins
conséquents de notre Sécu


Il y a de quoi faire pour les mutuelles car bientôt on ne nous remboursera plus rien et le
trou de la sécu continuera d'enfler sans cesse


Si l'on émasculait touts ceux qui profitent de manière éhontée de notre système sécu...Il y
aurait des dégâts quant à notre croissance démographique


...Si l'on révélait le nom des auteurs on aurait bien des surprises... !


Car la sécu, compte tenu des infos en sa possession a des moyens d'effectuer des
statistiques aisément,


Un enfant pourrait identifier les fraudeurs


Enfin on lave le linge en famille


Mais les mutuelles sont là pour palier la carence de la sécu...Un gros marché en
perspective


Le marché du remboursement des frais de santé se déplace


Merci pour ton commentaire sur mon article


Cordialement,


Le Pèlerin