Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 12:23

Mali - Confirmation de la mort d’Abou Zeid après les tests ADN

  abou-zeid-tue-au-mali

 

 

Abou Zeid, leader de Aqmi au Maghreb islamique, aurait bien été tué il y a quelques jours dans le nord du Mali. Les tests ADN pratiqués confirmeraient le décès de « l’émir d’Aqmi », responsables de plusieurs enlèvements d’occidentaux et du soulèvement djihadiste au Mali.

Le Tchad revendique la mort de Abou Zeid
Sous le titre « Mort de l’émir d’Aqmi Abou Zeid », le site en ligne  de la télévision Ennahar écrit que « les troupes françaises ont arrêté trois terroristes près de Tigharghar » au nord Mali et « selon des sources sécuritaires, elles ont découvert (les corps) de 40 terroristes dont celui d’Abou Zeid ».  Une information confirmée au Monde « par une source fiable proche des opérations militaires en cours dans le nord du Mali ».

Le président tchadien, Idriss Deby, a lui affirmé que ce sont ces soldats qui avaient tué le chef d’Aqmi.  « Ce sont les forces tchadiennes qui ont tué deux chefs djihadistes, dont Abou Zeïd », a déclaré le chef de l’Etat à des hommes politiques de l’opposition, en présence de journalistes, à l’issue d’une cérémonie d’obsèques pour des soldats tchadiens tombés au combat. Des troupes tchadiennes sont engagées, de concert avec les forces françaises de l’opération Serval, dans le nord du Mali où elles affrontent les groupes islamistes qui, jusqu’à début janvier, tenaient la partie septentrionale de ce pays.

Les tests ADN confirment
Selon le quotidien algérien El Khabar et la radio française RFI, des tests ADN ont été pratiqués en Algérie sur deux membres de la famille d’Abou Zed, pour tenter de confirmer son identité. Les services de sécurité sont en train de comparer l’ADN de deux proches parents d’Abou Zeid avec des échantillons prélevés sur les restes d’un corps remis par les forces françaises » aux autorités algériennes, précise le quotidien.

Et selon M6-MSN,  « les comparaisons ADN effectuées sur le corps de l’homme tué dans le massif des Ifoghas confirment qu’il s’agit bien d’Abou Zeïd ». Une information qui devrait être validée dans les prochaines heures par les autorités françaises. « Nous craignons d’éventuelles représailles sur des otages en divulguant des informations  sensibles », indique une source au ministère des affaires étrangères sous le sceau de l’anonymat.

Hollande prudent
Le Quai d’Orsay, quant à lui, n’a ni démenti ni certifié cette annonce. Comme Najat Vallaud-Belkacem et François Hollande. Le »C’est à prendre au conditionnel, nous n’avons pas de confirmation officielle », a déclaré la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, invitant à faire preuve d’ »une extrême prudence ». « Nos forces sont engagées dans des opérations extrêmement dures sur le terrain, qui sont des combats sans merci. Tout compte, y compris l’information. Je crois qu’il faut être extrêmement prudent avec celles que l’on a, celles que l’on répercute. Pour l’instant, ce n’est pas confirmé », a-t-elle poursuivi sur France 2.

« Des informations circulent, je n’ai pas à les confirmer parce que nous devons aller jusqu’au bout de l’opération », a déclaré pour sa part le président François Hollande, qui évoquait dans un discours l’opération militaire au Mali, entrée « sans doute » dans sa dernière phase, « sûrement la plus délicate ».

Un responsable américain, joint par l’AFP, a jugé « très crédibles » les informations sur la mort de l’un des principaux chefs d’Aqmi. « Nous estimons que ces informations sont très crédibles », a déclaré ce responsable sous couvert de l’anonymat. « Si cela est vrai, ce serait un coup significatif porté à Aqmi », a-t-il ajouté.

Profil de leader
Présenté comme un des chefs d’Aqmi dans la zone sahélienne, Abdelhamid Abou Zeid, de son vrai nom Mohamed Ghdiri, est un Algérien d’une quarantaine d’années. Il était apparu pour la première fois en 2003 comme adjoint d’Abderazak El-Para, principal instigateur de l’enlèvement de trente-deux touristes européens dans le grand Sud algérien au cours de cette même année. Il serait notamment responsable de l’enlèvement puis de l’exécution de humanitaire français de 78 ans Michel Germaneau, dont AQMI avait annoncé l’exécution le 25 juillet 2010. Présenté comme l’un des leaders de la poussée djihadiste au Mali, Abou Zeid est « un morceau de choix » pour l’armée française.

Source Algérie 360 / RTL

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires