Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 02:41

“Tamazight langue nationale et officielle.

printemps berbere

 

Pour les libertés démocratiques.” Deux slogans unifiant les deux marches organisées presque simultanément, hier, au chef-lieu de la ville de Bouira par le RCD et le MAK à l’occasion de la célébration du 20 Avril. Tôt le matin, des centaines de militants de la cause amazighe ont déferlé vers la ville de Bouira, venus pour la plupart de la région-est de la wilaya. Les militants et sympathisants du MAK se sont donné rendez-vous devant l’université Akli-Mohand-Oulhadj. C’est à 11h que la marche s’ébranle vers le siège de la wilaya. Ils étaient plus de 1 000 personnes à prendre part à cette marche. Traversant les artères menant vers la wilaya, les marcheurs ont scandé des slogans anti-pouvoir ; “Pouvoir assassin” et ont appelé à l’officialisation de la langue amazighe ; “Assa azeka, tamazight thela thela, tamazigh langue nationale et officielle”. Devant le siège de la wilaya, une lettre adressée par Ferhat M’henni a été lue. Dans sa lettre, il dénonce “les pratiques du pouvoir en place qui œuvre dans la division au niveau des régions berbérophones. La date du 20 Avril est synonyme d’unité car elle revêt un caractère de lutte contre les dépassements du pouvoir en place afin d’instaurer une vraie démocratie et pour l’institutionnalisation de la langue amazighe comme langue officielle”. Arrivé au pont Sayah où est érigée la stèle de l’Émir Abdelkader, certains ont recouru au jet de pierres, ce qui a causé des dégâts matériels à certaines automobiles. Une intervention musclée des services de sécurité ne s’est pas fait attendre. Plus d’une douzaine de personnes ont été arrêtées dont un journaliste du quotidien El Watan. Pour leur part, les élus (Helal Ahmed P/APC d’El-Esnam, Chabane Meziane P/APC Haïzer) étaient de la marche qui a sillonné les rues Benabdallah, Zighout-Youcef jusqu’au siège de la wilaya. Les marcheurs ont brandi des pancartes dont on pouvait lire “Pour tamazight langue nationale et officielle”. Les manifestants ont scandé des slogans contre la politique du pouvoir en place. Dans la prise de parole, le responsable régional du RCD a mis l’accent sur la lutte pacifique du mouvement tout en insistant sur l’unité nationale. Il dénonce, au passage, la corruption qui ronge le pays dont certains responsables sont impliqués. Pour la langue amazighe, “elle doit avoir sa place qui est la sienne dans la société algérienne. Elle doit être officialisée car elle n’a rien à envier aux autres langues”, dira-t-il. Un vibrant hommage a été rendu aux militants de la cause amazighe. “Cette lutte qui a connu sa naissance depuis les années 1940.” Meziane Chabane, P/APC et militant du RCD, est revenu sur les réformes engagées par le pouvoir. “Il n’y aura pas de réforme sans l’officialisation de la langue amazighe”, dira-t-il. Parlant de la gestion du pays, “le pouvoir a failli à sa mission”, souligne-t-il. La marche s’est dispersée dans le calme.

Source Liberté A. Debbache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires