Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 03:49

Ligue 1: Marseille surclasse le PSG

om_psg_2011-3-0.jpg

Marseille a largement dominé le 77e "classico" de l'histoire en battant (3-0) logiquement une équipe du Paris SG jamais dans le coup qui voit ainsi Montpellier s'échapper seul en tête de la Ligue 1, dimanche en clôture de la 15e journée.

AFP - Marseille a largement dominé le 77e "classico" de l'histoire en battant (3-0) logiquement une équipe du Paris SG jamais dans le coup qui voit ainsi Montpellier s'échapper seul en tête de la Ligue 1, dimanche en clôture de la 15e journée.

Plongés dans le doute et au bord de la crise de nerfs avant cette rencontre, les Marseillais, qui remontent à la 9e place à 9 points du PSG, ont réagi de la plus belle des manières après leur défaite de mercredi en Ligue des champions.

Ajoutant le style à la détermination, ils ont fait plier une équipe parisienne méconnaissable, où Pastore a encore déçu.

Entre deux clubs en proie à des tensions internes, ce "classico" revêtait de nombreuses implications.

Pour l'OM, après deux défaites en championnat et en Ligue des champions, il s'agissait de retrouver la confiance et de reprendre son chemin en avant, afin de se rapprocher du haut du tableau. Mais l'éviction cette semaine d'André-Pierre Gignac pour une réaction violente envers son entraîneur n'était pas de nature à apporter la sérénité.

De son côté, le PSG, qui restait sur un nul à Bordeaux (1-1) et une défaite à domicile (0-1) face à Nancy, avait l'obligation de l'emporter pour revenir à hauteur du nouveau leader montpelliérain.

L'OM, où Lucho et Mbia étaient titularisés, en lieu de place de Valbuena et Cheyrou, laissait le jeu aux Parisiens, qui combinaient bien. Mais sur leur première incursion, les partenaires de Steve Mandanda allaient calmer les ardeurs parisiennes.

Loïc Rémy, à la réception d'un centre millimétré, servi de la droite par le défenseur espagnol Azpilicueta, claquait une superbe tête qui trompait le gardien Sirigu, le long de son poteau gauche (1-0, 9). Rémy, sans aucun marquage, profitait ainsi de la grande mansuétude de la défense parisienne pour mettre l'OM en position idéale. Il inscrivait du même coup le 100e but marseillais face à son grand rival parisien depuis le 1er "clasico" disputé en 1971.

Auteur de son 7e but de la saison, Rémy devait malheureusement quitter très vite ses partenaires. Voulant jouer une balle de la tête, il retombait mal sur la cheville et même s'il reprenait le jeu, devait céder sa place à la 31e minute à Jordan Ayew.

En face, les Parisiens multipliaient les mauvais choix et les approximations, avec un Pastore mal inspiré et jouant à contretemps.

Pourtant, Sissoko aurait pu égaliser à la 35e si son tir n'avait trouvé le poteau gauche de Mandanda avant de filer devant la ligne.

L'arbitre sifflait la pause alors que le match devenait rugueux et de plus en plus accroché.

En seconde période, malgré les efforts de Gameiro, Nene ou Menez, les Parisiens ne parvenaient que très rarement à mettre en difficulté la défense marseillaise.

Et à l'heure de jeu, c'est l'OM qui se mettait à l'abri, grâce à Morgan Amalfitano. L'ancien Lorientais était servi dans l'axe par Ayew et, sans contrôle, trompait Sirigu d'un tir croisé (2-0, 65).

Assommés, les Parisiens n'allaient pas se relever, les entrées de Erding et Bodmer à la place de Gameiro et Bodmer ne changeant rien au scénario. Invaincu cette saison à l'extérieur, le Paris SG se dirigeait donc vers sa première défaite, laissant ainsi échapper un fauteuil de leader qu'il occupait depuis la 8e journée.

Et l'OM a enfoncé encore le clou, quand André Ayew a repris de la tête un centre d'Amalfitano. La balle passait entre les jambes de Ceara, et l'infortuné Sirigu ne pouvait que repousser le ballon, mais derrière la ligne (3-0, 83).

Click here to find out more!Source France 24

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Marseille 28/11/2011 10:59


BRAVO ! MARSEILLE !!! WAW...! en plus "  TROIS....ZERO "  !!!!!!!


C'est une belle victoire .........que du bonheur .........


Bonne journée

Le Pèlerin 29/11/2011 06:09


Allons Marseille ... Vous allez faire la fête...! Je vous souhaite une semaine de joie et de bonheur Cordialement, Le Pèlerin