Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 04:11

Midi- Pyrénées – Gers - Le clip qui inquiète les éleveurs de canards

canards-du-gers.jpg

Les canards du Gers

Un clip sur le canard du Gers circule depuis une ou deux semaines sur internet. Ce n’est pas franchement une bonne image de marque qui est véhiculée sur le département et sur la filière des palmipèdes gras.

Depuis quelques jours ce clip est entré dans les meilleures diffusions du net. Le canard en est le personnage principal… et dès lors les choses ne vont plus. «C’est une vision négative qui ne peut nous faire aucun bien », analyse Philippe Baron président de l’association de défense du gras. En effet, bien difficile de dire s’il s’agit d’une véritable condamnation ou simplement de la volonté de choquer. L’auteur, Pierre Mathieu, ancien animateur sur Canal et M6. Ce garçon originaire de Maubourguet (65) et qui a vécu à Biarritz n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà défrayé la chronique par un clip où de jeunes et jolies femmes se promènent nues dans les rues de Paris. Mais sa dernière production est bien moins agréable. Elle s’ouvre sur une bande de canards en semi-liberté et sur un panneau du Gers, de ceux que l’on trouve à l’entrée du département. Pour la suite c’est une caméra à travers les méandres de l’hémoglobine qui suit le canard, à l’abattoir, dans toutes les étapes, avec de multiples gros plans sur les séquences de la découpe. Puis l’avion nous entraîne dans un restaurant parisien. Nouvelle série d’images cadrées serrées sur la préparation du magret. Puis la caméra se promène sur l’assiette et sa viande saignante… On termine dans une discothèque avec des danseurs et de jeunes oisons. «Rien ne nous a été épargné » commentait une critique.

«Il n’y a pas une seule allusion sur le gavage et c’est déjà une excellente chose. Mais pour le reste…» Philippe Baron a tenté d’en savoir plus. Mais Pierre Mathieu est un artiste bien difficile à joindre. Il en est de même pour sa maison d’édition, «Place blanche record» tout aussi compliqué d’entrer en contact… à moins d’accepter de laisser son mail sur «Face-book».

Qu’a voulu faire le Gascon Pierre Mathieu? Choquer, c’est certain. C’est une habitude chez lui. Pourquoi un abattoir de canard au cœur de son clip… « Son raisonnement est assez difficile à suivre. Veut-il défendre la cause animale au profit d’une nourriture végétarienne. Je ne sais pas, mais le message et choquant.» Sur le net certains commentateurs parlent d’un «clip glauque avec des canards morts ». Souvent le Gers est associé dans ces commentaires. C’est aspect des choses est également gênant et paradoxalement le clip se termine sur le slogan «J’aime la viande».

Si dans un premier temps les professionnels de la filière n’excluaient pas une action en justice, Philippe Baron, précisait qu’il n’en serait rien. «Tout en restant vigilant rien ne sera fait qui pourrait donner plus d’importance à ce clip et à son auteur. restons-en là.» Les connexions qui se multiplient depuis quelques jours ne sont pas forcément un gage de succès pour l’auteur qui ne bénéficie pas toujours des meilleurs jugements, de ses anciens téléspectateurs de M6. Affaire à suivre en souhaitant que le Gers et la filière n’y perdent pas trop de plumes.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires