Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 03:23

Les Gorges du Tarn

Des canyons dessinés par la rivière

Bien que le Tarn ne se situe pas dans les Pyrénées, il est si beau, qu’il aurait mérité d’y figurer…Jugez en, ne serait ce que par le magnifique site des « Gorges du Tarn » 
Né au mont Lozère, à 1 600 mètres d'altitude, le Tarn suit sa course sur 375 kilomètres vers le sud-ouest. Encaissé dans le granité jus­qu'à Florac, son lit a creusé dans la roche, sur plus de 50 km, des gorges profondes (400 à 600 mètres). Cisaillant la terre en un gigantesque précipice, elles séparent, entre Ispagnac et Le Rozier, le causse de Sauveterre du causse Méjean. Au sud du Massif central s'étendent de grands plateaux calcaires qui forment la région des Grands Causses. Après des kilomètres de plat à travers ces grandes solitudes pierreuses, on s'approche du cours du Tarn, dont rien ne signale la présence. Pourtant, tout d'un coup, le causse à l'herbe rase laisse place à une saignée vertigineuse au fond de laquelle glissent, 400 mètres plus bas, des eaux turquoise.

Relief de plateaux et de canyons

À la fin de l'ère secondaire, il y a 80 millions d'années, ces terres étaient recouvertes par la mer. Lentement, des couches successives de sédiments se sont déposées pour se constituer au fil des millénaires en calcaires lités, dont les couches sont facilement repé-rables sur les flancs des falaises des gorges. En 20 millions d'années, le Tarn a incrusté son cours dans ces roches, formant des canyons vertigineux. Les différences de résistance à l'érosion de ces formations rocheuses sont à l'origine de véritables sculptures ainsi que de la formation de grottes spectaculaires, qui comptent parmi les plus célèbres de France (aven Armand, Grotte rosé et grotte de Dargilan).

Un paysage grandiose

Au bord de l'eau, on se sent écrasé par la grandeur et la majesté des murs de pierre qui s'élancent vers le ciel. Les pentes des à-pics offrent un environnement difficile ; des forêts y prospèrent pourtant, émaillant ainsi de couleurs vives le blanc des rochers. Au bord du causse, au sommet des à-pics, le panorama est spectaculaire. Quel que, soit l'endroit où l'on se trouve, l'œil est frappé par des formations géologiques monumentales : arches percées, pics solitaires, éboulements de blocs colossaux comme au Pas de Souci.

serté par l'homme

Si les randonneurs s'aventurent sur les sentiers des causses et les canoéistes au fond des canyons, les hommes peuplent peu ces régions arides et les habitations se font rares. Pour se protéger des éboulements et des inondations, certains villages, comme ceux de Castelbouc et de Pougnadoires, sont comme encastrés dans la falaise. Mais nombre de ces bourgs magnifiques sont aujourd'hui abandonnés. Ce sont des hôtes plus discrets, tels les truites et les castors, qui peuplent le cours du Tarn et ses berges. Loin au-dessus d'eux plane le vautour fauve. Long couloir ouvert aux influences méditerranéennes, atlantiques et montagnardes, les gorges accueillent une flore variée : on y a recensé le quart des espèces présentes en France.

La réintroduction du vautour fauve

En 1981, le parc national des Cévennes et le Fonds d'intervention pour les rapaces décident de réintroduire le vautour fauve, disparu depuis près de 50 ans. Un lâcher de 52 rapaces élevés en volières est organisé. Ils donneront naissance à 8 petits. Aujourd'hui, la réintroduction est une réussite. En se postant sur les parois rocheuses des gorges de la Jonte ou du Tarn, il n'est pas rare de voir des groupes de ces grands charognards tournoyer en quête de leur pitance. Ce grand planeur, qui peut atteindre 2,80 m d'envergure, est également présent dans les Pyrénées

Accès

Source l’Internaute
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jackisère 06/11/2009 13:22


Bonjour Le Pélerin; j'adore faire Les Gorges du Tarn en rando quelquesoit  la métèo et en toutes saisons ................c'est un de mes endroits  préfèré ! trop beau
Merci d'en avoir parlé  et bonne journèe
Jackisère


Le Pèlerin 08/11/2009 08:52


Bonjour Jackisère
oui ces gorges sont admirables.
Je suis heureux que ce blog vous ait plu
Je vous souhaite une bonne journée
Amicalement,
Le Pèlerin