Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 08:00

Le président français a annoncé, hier, la « décristallisation » des pensions des anciens combattants étrangers.

retraites-algeriens.jpg

Concrètement, cette décision devrait marquer la fin de l’inégalité officielle de traitement entre militaires retraités français et ceux issus des troupes coloniales, et qui sont pour la plupart des Africains ayant servi dans l’armée française. Les pensions des combattants étrangers sont en effet gelées depuis 1959. L’annonce a été faite, précise l’AFP qui a rapporté l’information, lors d’un déjeuner réunissant les dirigeants de 13 pays africains. « C’est pour témoigner de notre reconnaissance indéfectible envers les anciens combattants originaires de vos pays que nous souhaitons les voir bénéficier désormais des mêmes prestations de retraite que leurs frères d’armes français », a notamment déclaré M. Sarkozy. Il est à souligner que la « cristallisation » des pensions au moment de l’indépendance des colonies françaises était vécue comme une « sanction » infligée par la France à l’égard de combattants qui s’étaient pourtant battus pour elle pendant les deux guerres mondiales et qui avaient contribué de manière décisive à débarrasser l’Europe du nazisme et du fascisme. Des milliers d’entre eux y ont d’ailleurs laissé leur vie.

Dans une décision rendue le 28 mai dernier, le Conseil constitutionnel français, rappelle l’AFP, avait estimé non contraire au principe d’égalité que les pensions soient différentes, selon que l’ancien combattant réside en France ou à l’étranger. Mais il avait censuré des dispositions législatives qui réservaient un sort différent aux bénéficiaires français et étrangers résidant à l’étranger. La dépêche de l’AFP précise que cet alignement devrait bénéficier à quelque 30 000 personnes. Selon la presse française, il en coûterait un peu plus de 150 millions d’euros au budget français pour mettre un terme à cette injustice qui aura duré plusieurs décennies. Dans un article consacré au sujet, le quotidien le Monde rappelle que depuis 1959, le gel permanent des pensions des vétérans africains a fini à la longue par devenir un important sujet de discorde entre Paris et les capitales africaines. Plus encore, ce gel « était même devenu une preuve du "racisme" officiel de la France ». Au-delà du symbole, si l’annonce de l’alignement des retraites des anciens combattants issus des troupes coloniales et résidant à l’étranger sur celles de leurs homologues français a été accueillie favorablement en Afrique, il se trouve que certains d’entre eux estiment tout de même qu’il est de leur droit légitime de réclamer les sommes qui leurs ont été enlevées depuis les années 50. La presse française de gauche estime, en tout cas, que c’est à cette seule condition qu’il sera possible de mettre définitivement fin à la polémique suscitée par ce dossier.

Source El Watan Z.C.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
<br /> <br /> Ce n'est que justice ! GENEVIEVE<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Tout<br /> à fait......Mieux vaut tard que jamais<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />