Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 23:38

Les Algériens vivent une «misère sexuelle extraordinaire»

innocence violee

 

Les nombreux cas d’enlèvements et de harcèlements révèlent des maux de la société algérienne: misère sexuelle, drogue et mal-logement.

Haroun et Ibrahim avaient respectivement 10 et 9 ans. Après avoir disparu pendant plusieurs jours, leurs corps mutilés ont été retrouvés sans vie à Constantine, ville désormais meurtrie par ce drame. A la consternation s’ajoute évidemment l’incompréhension.

«Comment peut-on s’en prendre de la sorte à deux gamins innocents, pleins de vie et qui n’ont jamais fait de mal à une mouche», s’insurge Seïf Ghanem-Lakehal, un employé dans une entreprise privée.

Le 17 mars, des milliers de jeunes se sont rassemblés dans le centre-ville de Constantine pour crier leur colère et leur volonté de voir les responsables de ce crime jugés. La foule chauffée à blanc réclamait même la mort des assassins.

Une réclamation jugée «mauvaise» et «facile» par le sociologue algérien  Nacer Djabi.

«La solution pour eux serait donc d’éliminer les deux tueurs et qu’on n’en parle plus», ajoute-t-il.

D’après lui, il est nécessaire que le pouvoir politique s’intéresse à la misère des jeunes, celle qui peut pousser à commettre de tels actes: la drogue, la gestion des villes et la misère sexuelle. Les kidnappings d’enfants, les viols, les agressions sexuelles et les assassinats révèlent que les Algériens «vivent une misère sexuelle extraordinaire», analyse-t-il dans un entretien accordé au site d’information Tout sur l’Algérie.

«Il ne faut pas se voiler la face. L’Algérien n’arrive plus à se marier et à satisfaire ses besoins sexuels dans un cadre plus ou moins légitime. Donc, la perversion se manifeste de plusieurs manières, dont la méchanceté et l’agression contre les femmes. On vit dans une société où les gens qui n’ont pas d’argent, de voitures ou d’appartements vivent une misère sexuelle extraordinaire.»

Une analyse saluée par l’éditorialiste du quotidien Liberté qui regrette toutefois que le pouvoir politique prenne seulement des mesures d’urgences. Or les maux de la société algérienne sont tenaces et demanderaient une politique publique plus «réaliste».

«Quand un savant parle et dit qu’il faut avoir une politique claire contre la drogue, régler le problème sexuel des Algériens et humaniser ces quartiers qu’on construit, tout le monde feint de ne pas avoir entendu. Pourtant, ce que rappelait le professeur Nacer Djabi, sur Tsa-algérie.com, semble d’une frappante évidence.»

Source TSA Africa7.net

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires