Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 06:42

Mohamed Fellag

Mohamed-Fellag-au-festival-de-Cannes.jpg

  Mohammed Fellag au festival de Cannes 2012

Mohamed Saïd Fellag, de son vrai nom Mohand Fellag, né le 31 mars 1950 à Azeffoun, wilaya de Tizi-Ouzou, est un acteur, humoriste et écrivain algérien d’origine amazighe.

Introduction

Je suis quelque peu honteux de ne pas avoir consacré plus de visibilité à Mohamed Fellag dans mes blogs, tant son  immense talent est éclatant.

Il a obtenu, voici un an le prix « Génie » du meilleur acteur au Canada pour son rôle de professeur de l'intégration dans «Monsieur Lazhar», le dernier long-métrage de Philippe Falardeau.

Je possède bien quelques DVD’s de ses spectacles, et je me « marre » sans retenue.

Ses sketchs et ses spectacles sont de véritables « jeux de mots » et ils ont toujours le mérite de narrer un problème de société.

A mourir de rire, autant ne pas mourir idiot…..

Pour ce jour je me contente de vous présenter un texte brut relatif à sa vie, sa carrière, sa biographie.

J’aurai l’occasion de revenir sur cet immense acteur algérien

Le Pèlerin

Biographie

Mohamed Saïd Fellag est natif de la région de la Kabylie (Commune Azeffoun, Aarch Aït Djennad, Wilaya de Tizi-Ouzou). Il fait des études de théâtre à l'Institut national d'art dramatique et chorégraphique d'Alger, à Bordj el Kiffan, de 1968 à1972. Il se produit dans de nombreux théâtres d'Algérie au cours des années 1970.

De 1978 à 1981, il voyage en France et au Canada, vivant de petits emplois et repoussant sans cesse la réalisation de ses projets artistiques.

En septembre 1985, il retourne en Algérie, est engagé par le Théâtre national algérien, où il travaille en tant que comédien et metteur en scène.

En 1987 il crée son premier spectacle, Les Aventures de Tchop.

En septembre 1993, il est nommé directeur du théâtre de Béjaïa (Bougie).

Après la révolte d'octobre 1988 puis, au début des années 1990, avec la montée des tensions entre les islamistes et le pouvoir, violences et assassinats se multiplient. En 1994, Fellag part en tournée avec « Un bateau pour l'Australie », en Algérie et en Tunisie. À la fin de l'année il s'établit à Tunis où il crée « Delirium ». Il reçoit un accueil chaleureux du public tunisien.

En 1995, menacé de mort, Fellag décidera de s'exiler à Paris.

On associe souvent Mohamed Fellag avec son spectacle « Djurdjurassique Bled », son premier spectacle en français, créé en décembre1997, qui lui vaut le prix du Syndicat de la critique 1997-1998, révélation théâtrale de l'année.

Dans ce spectacle, il raconte en différentes étapes l'histoire de son pays natal, ses angoisses, ses folies et l'humanité de son peuple.

Mohamed Fellag s'est marié vers l'âge de 40 ans. Il vit aujourd'hui avec la comédienne Marianne Épin.

Une reconnaissance nationale

Fellag connaît une très grande notoriété en Algérie.

Fellag traite sans complexe et avec finesse les thèmes qui agitent l'Algérie et les Algériens, tels que les abus de pouvoir, les rapports entre hommes et femmes, les frustrations des jeunes, etc., tout cela en employant parfois un vocabulaire très cru.

Après les émeutes d'octobre 1988, alors que des militaires et le président algérien sont présents dans la salle, il supplie les femmes de pardonner aux hommes : « Excusez-nous. Maintenant vous pouvez vous habiller comme vous voulez. Vous pouvez même ne pas vous habiller du tout. » Les hommes restent muets et sans réaction. À partir de là, les dénonciations de Fellag se multiplient. Il n'épargne ni la politique ni les islamistes.

Spectacles

1987 : Les Aventures de Tchop, Alger

1989 : Cocktail Khorotov, spectacle en dialecte algérien, Petit Théâtre, Alger.

1990 : SOS Labès.

1991 : Un bateau pour l'Australie (Babor Australia), duquel a été tiré un DVD 1994 : Delirium, Tunis.

1997 : Djurdjurassique Bled, Théâtre international de langue française, Paris.

2001 : Rue des petites daurades, Théâtre international de langue française, Paris.

2002 : Le Syndrome de la page 12, Théâtre du Rond-Point, Paris.

2003 : Che bella la vita !, Théâtre international de langue française, Paris.

2003 : Opéra d’Casbah, « mise en images » Jérôme Savary, avec Fellag, Biyouna, Abdou Elaïdi, un orchestre arabo-andalou et des danseuses ; Espace Saint-Jean (sous chapiteau), Marseille.

2004 : Le Dernier Chameau, mise en scène de Patrick Sommier, MC93 Bobigny, duquel a été tiré un DVD (2005), Théâtre des Bouffes du Nord, Paris.

2008 : Tous les Algériens sont des mécaniciens, mise en scène de Marianne Épin et l'auteur, Les Nuits de Fourvière, Lyon.

2011 : Petits chocs des civilisations, mise en scène de Marianne Épin.

Metteur en scène

2008 : Comment réussir un bon petit couscous, de Fellag, CNCDC (Centre national de création et de diffusion culturelles) de Châteauvallon, Ollioules (Var), interprété par Bruno Ricci.

2008 : Tous les Algériens sont des mécaniciens, mise en scène avec Marianne Épin.

Quelques sites parmi d’autres sur lesquels vous pourrez retrouver l’acteur

http://www.fellag.fr/

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=92169.html

http://www.youtube.com/watch?v=mA6-e4gI96s

Pour visualiser l'album photos relatif à l'acteur, cliquez ici
Sources diverses Internet
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires